Philippe-Ernest Legrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Legrand.
Philippe-Ernest Legrand
Fonction
Professeur d'université (d)
Université de Lyon
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
CulanVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Propriétaire de
Membre de

Philippe-Ernest Legrand, de son nom complet Philippe Alexandre Ernest Félix Legrand, est un helléniste français, né le à Saint-Doulchard[1] et mort le à Culan[2]. Historien, philologue, archéologue, épigraphiste, son grand-œuvre est la traduction et l'édition d’Hérodote, parue dans la collection « Budé », qui fait toujours référence.

Parcours[modifier | modifier le code]

Philippe-Ernest Legrand naît le 2 septembre 1866 à Saint-Doulchard. Il est le fils d'un avocat à la cour d'appel de Bourges, maire de Saint-Doulchard, Félix Legrand. Il fait ses études à l’École normale supérieure de 1885 à 1888[1] et obtient un doctorat ès-lettres en 1898 ; une de ses thèses porte sur Théocrite, et sa thèse complémentaire s’intitule Quo animo Graeci praesertim V° et VI° saeculis tum in vita privata tum in publicis rebus divinationem adhibuerint[1].

Il enseigne à l’université de Lyon de 1891 à 1926. En 1902, il obtient la chaire de philologie et épigraphie grecque, puis, à partir de 1920, celle de langue et littératures grecques[1]. Il prend sa retraite anticipée en 1926, et se retire dans le château de Culan pour travailler son édition d’Hérodote[1].

Il fut également membre de l’École française d'Athènes entre 1888 et 1891[1], et membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres à partir de 1933[2].

Il est inhumé au cimetière des Capucins de Bourges.

Travaux[modifier | modifier le code]

Outre Hérodote, il a étudié l’œuvre de nombreux poètes grecs, dont les Bucoliques. Spécialiste d’histoire littéraire, il s’intéressa également vivement à Ménandre, qui fut redécouvert au début du siècle grâce aux Papyrus d’Oxyrhynchos[2], de même qu’à la comédie nouvelle[2]. Une liste incomplète des auteurs sur lesquels il travailla comprend Sophron, Callimaque, Hérondas, Léonidas de Tarente, le Pseudo-Théocrite, Bion, Moschos, Jean Chrysostome[2].

Publications[modifier | modifier le code]

Éditions et monographies[modifier | modifier le code]

  • Étude sur Théocrite, Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome, fasc. LXXIX, 1898.
  • Daos : Tableau de la Comédie grecque pendant la période dite nouvelle, Lyon, Fontemoing, 1910.
  • La Poésie alexandrine, Payot, 1924.
  • (fr+grc) Les Bucoliques grecs, Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, 1925-1927, 2 vol.
    • Théocrite (1925).
    • Pseudo-Théocrite, Moschos, Bion, divers (1927).
  • (fr+grc) Édition et traduction de Hérodote, Histoires, Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, 1932-1954, 10 vol.
    • Introduction (1932).
    • Livre I : Clio (1932).
    • Livre II : Euterpe (1936).
    • Livre III : Thalie (1939).
    • Livre IV : Melpomène (1945).
    • Livre V : Terpsichore (1946).
    • Livre VI : Erato (1948).
    • Livre VII : Polymnie (1951).
    • Livre VIII : Uranie (1953).
    • Livre IX : Calliope (1954).
    • Index analytique (1966).

Articles[modifier | modifier le code]

Une liste étendue des articles de Philippe-Ernest Legrand se trouve dans : Guillaume Mollat, « Notice sur la vie et les travaux de M. Philippe Legrand », Comptes rendus de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 98, no 4,‎ , p. 413-418 (ISSN 0065-0536, lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Guillaume Mollat, « Notice sur la vie et les travaux de M. Philippe Legrand », Comptes rendus de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 98, no 4,‎ , p. 413-418 (ISSN 0065-0536, lire en ligne).
  2. a b c d et e Louis Séchan, « Assemblée générale du 17 juin 1954 – Allocution de M. Louis Séchan », Revue des études grecques, vol. 67, nos 316-318,‎ , p. 19-30 (ISSN 0035-2039, lire en ligne). Lire « Philippe-Ernest », non « Philippe-Emmanuel ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]