Philippe-Auguste Hennequin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hennequin.
Philippe-Auguste Hennequin
Naissance
Décès
Activité
Lieux de travail

Philippe-Auguste Hennequin, né à Lyon le et mort à Leuze-en-Hainaut (Belgique), le , est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bataille de Quiberon, musée des Augustins de Toulouse.

Né de Gilles Jean Hennequin, fabriquant de soieries , et de Catherine Simon, Philippe-Auguste Hennequin appartenait à la famille Hennequin du Bourbonnais, qui a donné notamment Joseph Hennequin (1738-1837), avocat au parlement de Paris, maire, puis sous-préfet de Gannat, et le général baron d'Empire Jean-Baptiste François Hennequin (1774-1832).

Il épouse le à Lyon Jeanne Françoise Deprez et compte dans sa descendance les auteurs dramatiques liégeois : Alfred Hennequin, auteur de vaudevilles à succès (comme Niniche, 3 chapeaux) et son fils Maurice, ainsi que plusieurs officiers généraux de l'armée belge.

Philippe-Auguste Hennequin est d'abord l'élève du peintre suédois Per Eberhard Cogell (en) (1734-1812), à Lyon, puis il est admis dans l'atelier de Jacques-Louis David à Paris. Il se rend à Rome grâce à un mécène anglais, mais les émeutes anti-françaises de 1793 l'obligent à quitter la ville éternelle.

Son engagement révolutionnaire est certain. Sous l'Empire, il réalise de grandes compositions historiques qui le rendent célèbre. Son tableau Le Triomphe du peuple français au 10 août[1] obtient le premier prix au Salon de 1799, cependant il fut découpé et dispersé entre les musée de Rouen, d'Angers, du Mans et de Caen en 1820. Sous la Restauration, il s'exile en Belgique où il devient directeur de l’Athénée des Arts à Liège (1813-1814), puis de l'Académie de Tournai. Devenu aveugle, il meurt dans la misère.

Le musée des beaux-arts de Lyon conserve un grand nombre de ses dessins.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En Belgique
En France

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit.
  • Philippe-Auguste Hennequin, Un peintre sous la Révolution et le Premier Empire. Mémoires de Ph. Aug. Hennequin, écrits par lui-même, réunis et mis en forme par Jenny Hennequin, Paris, 1933.
  • Jérémie Benoit, Philippe-Auguste Hennequin 1762-1833, Paris, Arthena, 1994.

Liens externes[modifier | modifier le code]