Philipp van Limborch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le protestantisme
Cet article est une ébauche concernant le protestantisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Philipp van Limborch
Philippus van Limborch.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
AmsterdamVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Activité

Philipp Van Limborch, né le 19 juin 1633 à Amsterdam où il est mort le 30 avril 1712, est un théologien remonstrant hollandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’un juriste, il étudie à l’université de Leyde, puis à Utrecht où il entre en 1652. En 1657, il devient pasteur remonstrant à Gouda. En 1667, il est muté à Amsterdam, où on le retrouve dans les années qui suivent professeur de théologie au séminaire remonstrant, tâche ajoutée à son ministère pastoral. C’était un ami de John Locke.

Œuvres et ministère[modifier | modifier le code]

Son œuvre la plus importante, Institutiones theologiae christianæ, ad praxim pietatis et promotionem pacis, christianæ unice directæ (Amsterdam, 1686, 5e édition 1735), expose clairement le système théologique de Simon Episcopius et Stéphane Curcellæus. La quatrième édition (1715) comprend un récit posthume Relatio historica de origine et progressu controversiarum in fœderato Belgio de praedestinatione. Limborch écrit aussi De veritate religionis Christianae amica coltatio cum erudito Judæo (Gouda, 1687) ; Historia Inquisitionis (1692), en quatre tomes joints au the Liber Sententiarum Inquisitionis Tolosanæ (1307-1323) ; et un Commentarius in Acta Apostotorum et in Epistolas ad Romanos et ad Hebræos (Rotterdam, 1711).

Il se fait l'éditeur des travaux de ses prédécesseurs, et de Epistolæ ecclesiaslicæ præstantum ac eruditorum virorum (Amsterdam, 1684), surtout de Jacobus Arminius, Joannes Uytenbogardus, Conrad Vorstius, Gérard Vossius, Hugo Grotius, Simon Episcopius (son grand-oncle) et Gaspard Barlaeus. Ces travaux contribuent à l'histoire de l'arminianisme. Ces œuvres sont indisponibles en français ; une traduction anglaise de sa Théologie fut publiée en 1702 par William Jones (A Complete System or Body of Divinity, both Speculative and Practical, founded on Scripture and Reason, Londres) ; une traduction anglaise de l'Historia Inquisitionis, par Samuel Chandler, dont la préface concerne la persécution, ses causes supposées et véritables paru en 1731.

Works[modifier | modifier le code]

  • Institutiones theologiae christianae, ad praxin pietatis et promotionem pacis, christianae unice directae, Amsterdam, 1686, 5e éd., 1735.
  • De veritate religionis Christianae amica collatio cum erudito Judaeo, Gouda, 1687.
  • Historia Inquisitionis (1692), in four books prefixed to the Liber Sententiarum Inquisitionis Tolosanae, 1308-1323.
  • Commentarius in Acta Apostolorum et in Epistolas ad Romanos et ad Hebraeos, Rotterdam, 1711.

Liens externes[modifier | modifier le code]