Philip Langridge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant un chanteur image illustrant britannique
Cet article est une ébauche concernant un chanteur britannique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Philip Langridge
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
GuildfordVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Tessiture
Distinction

Philip Langridge est un ténor britannique né le à Hawkhurst dans le Kent et mort le [1] .

Biographie[modifier | modifier le code]

Philip Langridge fait ses études à Londres à la Royal Academy of Music et débute à la fin des années 1950.

Son répertoire va du baroque à Benjamin Britten et Michael Tippett, en passant par Mozart, le bel canto et la musique slave (Moussorgski, Janáček, Szymanowski, etc.). Il participe notamment à l'enregistrement d'une des versions de référence de Moses und Aron d'Arnold Schönberg (rôle d'Aron) sous la direction de Georg Solti.cultive également

Souvent comparé à Nicolaï Gedda (même timbre juvénile, même aisance technique et mêmes limites en termes de puissance et de volume), Philip Langridge est considéré comme l'un des trois plus grand ténors britanniques de l'ère moderne aux côtés de Peter Pears et de Robert Tear.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

ainsi que la quasi-totalité des œuvres pour ténor de Benjamin Britten chez Naxos.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nécrologie du New York Times, 8 mars 2010.