Philia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Philia (en grec ancien φιλία / philía) est le mot grec désignant l'état, le sentiment ou l'émotion de l'amitié ou de la camaraderie, qui à la différence de Eros désigne ce que Tobie Nathan dénomme un « amour raisonnable »[1].

Origines sémantiques[modifier | modifier le code]

Philia désignait à l'origine l'hospitalité[2], autrement dit « proprement non une relation sentimentale mais l'appartenance à un groupe social »[3].

Dans l’Éthique à Nicomaque, Aristote appelle philia l'affection qui fait que nous aimons un être pour ce qu'il est, et non pour ce qu'il peut nous apporter.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cécile Daumas & Anastasia Vécrin (2014) Tobie Nathan : « Il faut toujours être au moins trois pour obtenir une passion amoureuse », 15 août 2014.
  2. Émile Benveniste, Vocabulaire des institutions indo-européennes, I, 1969.
  3. Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Enrico Peroli, « Le bien de l’autre. Le rôle de la Philia dans l’éthique d’Aristote », Revue d’éthique et de théologie morale, vol. 4, no 242,‎ , p. 9 à 46 (lire en ligne, consulté le 16 mars 2020)
  • (en) Belfiore E.S (2000) Murder among friends : violation of Philia in Greek tragedy. Oxford University Press on Demand.
  • Bruni L. (2010) Éros, Philia et Agapè. Revue du MAUSS, (1), p. 389-413.
  • Dimitri El Murr, « L’amitié (philia) dans le système social de la République », Revue philosophique de Louvain, t. 110, no 4,‎ , p. 587 à 604 (lire en ligne)
  • (en) Cummins W.J. (1981) Eros, epithumia, and philia in Plato. Apeiron, 15(1), p. 10-18 (résumé).
  • Fraisse J.C. (1974) Philia la notion d'amitié dans la philosophie antique : Essai sur un problème perdu et retrouvé.
  • Givre P. (2007) Philia et adolescence. Adolescence, (3), p. 505-528.
  • Nikolsky B. (2009) La philia dionysiaque dans le Cyclope d'Euripide, GAIA, Revue interdisciplinaire sur la Grèce ancienne, 12(1), p. 123-131.
  • (en) Schein S.L. (1990) Philia in Euripides Medea
  • (en) Whiting J. (2006) The Nicomachean account of philia. The Blackwell Guide to Aristotle's Nicomachean Ethics, p. 276-304 (résumé).

Voir aussi[modifier | modifier le code]