A Tribe Called Quest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Phife Dawg)
Aller à : navigation, rechercher
A Tribe Called Quest
Description de cette image, également commentée ci-après

A Tribe Called Quest en concert en 2008.

Informations générales
Surnom ATCQ
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Rap East Coast[1], hip-hop alternatif[1], jazz rap[1]
Années actives 19851998, 20062013
Labels Jive Records
Site officiel atribecalledquest.com/
Composition du groupe
Membres Q-Tip
Phife Dawg
Ali Shaheed Muhammad
Jarobi White

A Tribe Called Quest est un groupe de hip-hop américain, originaire du Queens, à New York. Formé en 1985[2], il se compose du rappeur et producteur Q-Tip, du MC Phife Dawg alias Phife Diggy (Malik Taylor), et du DJ et producteur Ali Shaheed Muhammad. Un quatrième membre, le rappeur Jarobi White, quitte le groupe après la publication de leur premier album en 1991. Il contribue sporadiquement aux chansons du groupe jusqu'à leur réunion en 2006.

Le groupe dénombre cinq albums publiés entre 1990 et 1998 ; il se sépare en 1998. En 2006, le groupe se réunit et se lance dans une tournée américaine. Le groupe est considéré comme pionnier du hip-hop alternatif, et a inspiré de nombreux artistes[3]. John Bush du site AllMusic le considère comme « le groupe artistique de rap le plus intelligent des années 1990[1] » et les éditeurs d'About.com le classe quatrième dans sa liste des 25 meilleurs groupes de rap de tous les temps[4]. En 2005, A Tribe Called Quest remporte un Special Achievement Award au Billboard R&B Hip-Hop Awards d'Atlanta[5]. En 2007, le groupe est formellement honoré à la quatrième édition des VH1 Hip Hop Honors.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire du quartier du Queens, à New York, A Tribe Called Quest se fait connaître comme le premier groupe de hip-hop à critiquer le gangsta rap et la tournure machiste que prenait le rap en général à cette époque. Leurs paroles se focalisaient sur des problèmes abstraits et sociaux comme le mot nigger, signifiant « négro » en français, le viol et la société de consommation. Le groupe se compose initialement du rappeur et producteur Q-Tip, du MC Phife Dawg alias Phife Diggy (Malik Taylor), du disc jockey et producteur Ali Shaheed Muhammad, et du rappeur Jarobi White[1]. En termes de musicalité, ATCQ contribue au développement du style jazz rap[1], avec d'autres groupes comme Gang Starr, De La Soul, Guru ou The Roots. En début 1989, le groupe signe un contrat avec Geffen Records et produit cinq démos, qui seront plus tard des chansons incluses dans leur futurs albums : Description of a Fool, I Left My Wallet in El Segundo, et Can I Kick It?, ce dernier qui reprend la chanson Walk on the Wild Side de Lou Reed pour « en faire un titre hip-hop viable[1]. »

Le groupe signe au label Jive Records en 1989[1], et débute officiellement avec la publication de son premier album, People's Instinctive Travels and the Paths of Rhythm, publié le [6]. L'album atteint la 91e place du classement Billboard 200, et la 23e place des R&B Albums[7].

Malgré le bon accueil relatif de son premier album, le groupe se popularise véritablement avec la sortie de son deuxième album, The Low End Theory, le [8] qui inclut des chansons comme The Infamous Date Rape, Check the Rhime ou Scenario. L'album atteint la 45e place du classement Billboard 200, et la 13e place des R&B Albums[9]. The Low End Theory est hautement félicité par la presse spécialisée et considéré comme l'un des meilleurs albums dans l'histoire du hip-hop aux yeux des spécialistes et des fans[10],[11],[12] ; Rolling Stone le considère comme l'un des « meilleurs albums de tous les temps »[13] le classant 154e des 500 meilleurs albums de tous les temps[14],[15]. Le magazine Spin le classe 32e des « 90 plus grands albums des années '90 »[14].

Le groupe publie son troisième album, Midnight Marauders, le [16]. Il est félicité par l'ensemble de la presse spécialisée, et atteint la 8e place du Billboard 200, ainsi que la première place des R&B Albums[17]. La couverture et le livret de l'album présentent le visage de plus de 50 rappeurs, comme De La Soul et les Jungle Brothers, ou même les Beastie Boys, Ice-T, et Heavy D[1]. L'album présente plusieurs titres classiques du genre, dont Award Tour et un style musical plus agressif que dans les deux précédents opus[1]. À l'été 1994, A Tribe Called Quest se lance au festival Lollapalooza, et 1995 reste une année silencieuse pour le groupe marquée l'indisponibilité de Q-Tip[1]. Le groupe revient un an plus tard avec son quatrième album, Beats, Rhymes and Life, publié le [18]. L'album atteint la première place des classements Billboard 200 et R&B Albums en 1996[19]. Malgré le bon accueil, il ne parvient pas à marquer autant que le deuxième album du groupe, The Low End Theory[1].

Après la publication de Beats, Rhymes and Life, le groupe se sépare en 1998[20], une séparation que les fans considèrent comme « la fin d'une ère »[21]. Q-Tip continue sa carrière solo, participant à des chansons avec d'autres artistes comme le bassiste Stanley Clarke ou le groupe d'electro The Chemical Brothers. Phife Dawg et Muhammad ont également poursuivi leurs carrières personnelles, Muhammad a notamment fondé le groupe de RnB Lucy Pearl, avec Dawn Robinson, ancien membre du groupe En Vogue, entre autres. Selon Ali Shaheed Muhammad, le groupe pourrait se reformer sans pour autant virer dans une musique trop moderne : « Nous ne voulons pas ternir notre image et détruire ce que nous avons construit jusqu'ici[réf. nécessaire]. » En 2006, ils se réunissent pour jouer au Wiltern Theater de Los Angeles[22]. En fin 2013, le groupe se sépare une seconde fois[23].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) « A Tribe Called Quest Biography », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  2. (en) « Biography », A Tribe Called Quest (consulté le 24 avril 2014)
  3. (en) « A Tribe Called Quest Biography », Rolling Stone,‎ (consulté le 24 avril 2014).
  4. (en) « 25 Greatest Hip-Hop Groups – Best Rap Groups of All Time », Rap.about.com,‎ (consulté le 9 avril 2012).
  5. (en) « Honors Khan, A Tribe Called Quest », Billboard (consulté le 24 avril 2014).
  6. (en) John Bush, « People's Instinctive Travels and the Paths of Rhythm Review », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  7. (en) « People's Instinctive Travels and the Paths of Rhythm - Awards », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  8. (en) John Bush, « The Low End Theory Review », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  9. (en) « The Low End Theory - Awards », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  10. (en) « Top 20 Golden Age Hip-Hop Albums », sur LA Weekly,‎ (consulté le 16 juillet 2015).
  11. (en) « The Low End Theory by A Tribe Called Quest (1991) », sur besteveralbums.com (consulté le 16 juillet 2015).
  12. (en) « 20 Years On: A Tribe Called Quest's The Low End Theory Revisited », sur The Quietus (consulté le 16 juillet 2015).
  13. (en) « The Low End Theory Review », sur BBC (consulté le 16 juillet 2015).
  14. a et b (en) « A Tribe Called Quest », sur Sputnikmusic,‎ (consulté le 16 juillet 2015).
  15. (en) « 500 Greatest Albums of All Time », sur Rolling Stone,‎ (consulté le 16 juillet 2015).
  16. (en) « Midnight Marauders Review », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  17. (en) « Midnight Marauders - Awards », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  18. (en) John Bush, « Beats, Rhymes and Life Review », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  19. (en) « Beats, Rhymes and Life - Awards », sur AllMusic (consulté le 16 juillet 2015).
  20. (en) « A Tribe Called Quest: The Rise And Fall Of A Legend », sur NPR,‎ (consulté le 16 juillet 2015).
  21. (en) Randy Reiss, « Fans See Tribe Called Quest Breakup As End Of An Era », sur MTV News,‎ (consulté le 16 juillet 2015).
  22. (en) Stacey Wilson, « A Tribe Called Quest Doc Director: 'I Really Didn't Want to F**k This Up' », sur Billboard,‎ (consulté le 16 juillet 2015).
  23. (en) « A Tribe Called Quest split for second time », sur Music News,‎ (consulté le 16 juillet 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]