Phari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Phari
ཕག་རི
帕里镇
Phari
Phari Dzong, 1939
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Préfecture Ville-préfecture de Shigatsé
Subdivision Xian de Yadong
Statut administratif Bourg
Indicatif +86 (0)892
Immatriculation 藏D
Démographie
Population 2 121 hab.
Population 2 121 hab. ()
Géographie
Coordonnées 27° 45′ 00″ nord, 89° 10′ 00″ est
Altitude 4 500 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Phari

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Phari
Tibétaine photographiée dans le Dzong de Phari, en 1938, lors d'une expédition allemande au Tibet

Phari, ou Pagri (tibétain : ཕག་རི, Wylie : phag ri ; chinois : 帕里镇 ; pinyin : pàlǐ zhèn), est un bourg de la région autonome du Tibet, en Chine. C'est une des villes les plus froides et les plus hautes au monde (4500 mètres d'altitude)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pagri eut une importance militaire au début du XXe siècle quand elle fut occupée par le |corps expéditionnaire britannique dirigé par Francis Younghusband en 1904, lors de l'Expédition militaire britannique au Tibet (1903-1904), puis par l'armée populaire de libération, lors de l'intervention militaire chinoise au Tibet (1950-1951), à partir de 1952[2]. Phari était une zone de transit en route vers Gyantse pour se rendre à Lhassa.

C'est aussi la ville tibétaine la plus proche du col de Nathu La menant à Gangtok, capitale du Sikkim. Une autre route, menant au Bhoutan, fut utilisée lors des invasions tibétaines du Bhoutan.

Au cours de l’été 1912, le 13e dalaï-lama rencontra Agvan Dorjiev à Phari-Dzong, et ce dernier l’accompagna ensuite au monastère de Samding, avant son retour à Lhassa après son exil en Inde[3].

La mission diplomatique britannique à Lhassa de 1936-1937, menée par Basil Gould (en) et Freddie Spencer Chapman, est également passée par Phari et décrit le dzong de Phari[4].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eric Bernhardt, Promenade au Tibet, Les Alpes, 2/2003, pp. 18-19.
  2. (en) Frank Moraes, The revolt in Tibet, 1960.
  3. (en) Alexandre Andreyev, Soviet Russia and Tibet.
  4. (en) Frederick Spencer Chapman (1907-1971).