Phare du Cap Spartel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Phare du Cap Spartel
(ar)منارة رأس سبارطيل
Tanger-Tétouan-Al Hoceïma
Cape Spartel Lighthouse.jpg
Phare du Cap Spartel (2012)
Localisation
Coordonnées
Baigné par
Adresse
Histoire
Construction
Mise en service
Statut patrimonial
Patrimoine culturel du Maroc (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Gardienné
oui
Visiteurs
oui
Architecture
Hauteur
24 m
Hauteur focale
95 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Équipement
Optique
Portée
30 NM, 23 NMVoir et modifier les données sur Wikidata
Feux
FI(4) W 20sVoir et modifier les données sur Wikidata
Aide sonore
Identifiants
ARLHS
Amirauté
D2510Voir et modifier les données sur Wikidata
List of Lights
NGA
22896Voir et modifier les données sur Wikidata

Le phare du Cap Spartel est un phare situé sur le Cap Spartel, au nord-ouest de la ville de Tanger (Région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma - Maroc).

Il est géré par l'autorité portuaire et maritime au sein du Ministère de l'équipement, du transport, de la logistique et de l'eau[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction d’un phare sur la rive africaine du détroit de Gibraltar fut décidée après le naufrage en 1860, au large de Tanger, de la frégate-école Dona Isabel, qui vit périr 250 jeunes cadets de la Marine brésilienne. Dès 1861, le Maroc et l’Espagne s’étaient accordés pour organiser la sécurité maritime à l’ouest du détroit de Gibraltar et la construction de ce phare en était une des priorités. Les Anglais, les Américains et les Français étaient également intéressés par le projet, perçu comme un élément devant favoriser le développement du commerce entre les colonies et l’Europe, comme l’ouverture du programme de percement du canal de Suez et la présence militaire britannique à Gibraltar.

Le phare a été commandé par le Sultan Mohammed ben Abderrahmane à l'ingénieur français Léonce Reynaud et construit, à partir de 1881, par le service des Ponts et Chaussées de la France. Il est entré en service en 1884, pour marquer, à l'ouest, l'entrée du Détroit de Gibraltar. L'édifice à un caractère architectural mauresque : une tour carrée, avec galerie crénelée et lanterne, de 24 m de haut, attenante à une maison de gardiens de deux étages. Toutes les pièces ouvrent sur une cour intérieure. La tour et le bâtiment sont couleur chamois, avec des décors en briques rouges, et la lanterne est en métal gris.

Le phare de Cap Sparfel se situe au cap du même nom, qui se trouve à environ 14 kilomètres à l’ouest de Tanger. Ce site, où la Méditerranée et l’Atlantique mélangent leurs eaux, abritait déjà un phare datant d’octobre 1864. C’est l’un des plus grands phares d’Afrique, qui marque l’entrée sud du Détroit de Gibraltar du côté de l’Atlantique. En droit international, la longitude du phare du cap Spartel (5° 55’ O) est reconnue comme la limite ouest de la Mer Méditerranée. Il sera maintenu en service pendant la période coloniale par un consortium de puissances occidentales. Actuellement, il est l'une des attractions touristiques les plus connues du Nord-Maroc.

Le phare de Cap Spartel a été mis en service le 15 octobre 1864, et modernisé techniquement en 1931. En 2014, le Maroc a fêté ses 150 ans[2]. Il est visitable par arrangement avec les gardiens.

Identifiant : ARLHS : MOR003 - Amirauté : D2510 - NGA : 22896 .

Le phare 
Cap Spartel 

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]