Phílippos de Grèce (1986)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le fils de Constantin II de Grèce. Pour son cousin, voir Phílippos de Grèce (1921).
Phílippos de Grèce
Φίλιππος της Ελλάδας
Description de cette image, également commentée ci-après
Le prince Phílippos en 2010.
Biographie
Titulature Prince de Grèce et de Danemark
Dynastie Maison d'Oldenbourg
Naissance (33 ans)
St Mary's Hospital, Londres (Royaume-Uni)
Père Constantin II de Grèce
Mère Anne-Marie de Danemark

Description de l'image Arms of a Prince of Greece.svg.

Phílippos de Grèce (en grec moderne : Φίλιππος της Ελλάδας / Phílippos tis Elládas), prince de Grèce et de Danemark, est né le dans le quartier de Paddington, à Londres, au Royaume-Uni. Dernier enfant de l'ex-roi Constantin II de Grèce et de l'ex-reine Anne-Marie de Danemark, c'est un membre de l'ancienne famille royale de Grèce et un financier.

Famille[modifier | modifier le code]

Le prince Phílippos est le troisième fils et le dernier enfant du roi Constantin II de Grèce (1940) et de son épouse la reine Anne-Marie de Danemark (1946). Par son père, il est donc le petit-fils du roi Paul Ier de Grèce (1901-1964) et de la reine Frederika de Hanovre (1917-1981) tandis que, par sa mère, il descend du roi Frédéric IX de Danemark (1899-1972) et de la reine Ingrid de Suède (1910-2000)[1].

Neveu des reines Sophie d'Espagne (1938) et Margrethe II de Danemark (1940), Phílippos est également apparenté à la plupart des autres monarques du vieux continent en sa qualité de descendant de la reine Victoria du Royaume-Uni (1819-1901), surnommée la « grand-mère de l'Europe », et du roi Christian IX de Danemark (1818-1906), surnommé le « beau-père de l'Europe ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Une enfance en exil[modifier | modifier le code]

Le prince Philíppos voit le jour en exil, au St Mary's Hospital, à Londres, treize ans après l'abolition de la monarchie grecque[2]. Organisé dans la capitale britannique, son baptême donne lieu à un grand rassemblement du gotha européen : il reçoit en effet pour parrains et marraines le roi Juan Carlos Ier d'Espagne, le duc d'Édimbourg, la princesse Diana, l'infante Elena d'Espagne, la princesse Benedikte de Danemark, le prince Michel de Grèce et le prince Kyril de Bulgarie[3].

L'enfant grandit loin du pays de sa famille et ce n'est qu'en 1993 qu'il est autorisé à pénétrer pour la première fois en Grèce en compagnie de ses parents et de sa fratrie. Or, ce séjour aggrave les tensions existant entre l'ancien roi Constantin II et les autorités hellènes[4]. Ces dernières décident alors de déchoir les membres de l'ancienne dynastie de leur nationalité grecque[5] et Philíppos et ses proches doivent attendre 2004 pour pouvoir séjourner normalement en territoire hellène[6],[7].

Formation et vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Le prince commence ses études au collège hellénique de Londres[3], avant de partir les poursuivre aux États-Unis, d'abord au United World College de Montezuma puis à l'Université de Georgetown, à Washington. Une fois sa formation terminée, le prince effectue un stage au siège des Nations Unies, à New York. Il travaille alors dans le département des Relations publiques de l'organisation[8].

Depuis 2014, Philíppos est analyste d'affaires chez P&L, une entreprise de gestion alternative installée à New York[8],[9]. Comme ses quatre frères et sœurs, le prince fait en outre partie du conseil d'administration de la fondation Anne-Marie, créée par l'ex-roi Constantin II pour venir en aide aux territoires et aux populations grecques victimes de catastrophes naturelles[10],[11].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Phílippos est un fan de football, qui soutient les clubs d'Arsenal et du Panathinaïkos[3]. Dans les années 2000, il se voit proposer de participer à l'émission britannique Celebrity Big Brother, mais décline l'offre[12].

Le nom du prince apparaît fréquemment dans les listes de « célibataires en or » dressées par la presse[13],[14].

Quartiers du prince[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Georges Ier de Grèce
 
 
 
 
 
 
 
8. Constantin Ier de Grèce
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Olga Constantinovna de Russie
 
 
 
 
 
 
 
4. Paul Ier de Grèce
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Frédéric III d'Allemagne
 
 
 
 
 
 
 
9. Sophie de Prusse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
19. Victoria du Royaume-Uni
 
 
 
 
 
 
 
2. Constantin II de Grèce
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20. Ernest-Auguste de Hanovre
 
 
 
 
 
 
 
10. Ernest-Auguste de Brunswick
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21. Thyra de Danemark
 
 
 
 
 
 
 
5. Frederika de Hanovre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22. Guillaume II d'Allemagne
 
 
 
 
 
 
 
11. Victoria-Louise de Prusse
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23. Augusta-Victoria de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg
 
 
 
 
 
 
 
1. Phílippos de Grèce
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Frédéric VIII de Danemark
 
 
 
 
 
 
 
12. Christian X de Danemark
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Louise de Suède
 
 
 
 
 
 
 
6. Frédéric IX de Danemark
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Frédéric-François III de Mecklembourg-Schwerin
 
 
 
 
 
 
 
13. Alexandrine de Mecklembourg-Schwerin
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Anastasia Mikhaïlovna de Russie
 
 
 
 
 
 
 
3. Anne-Marie de Danemark
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. Gustave V de Suède
 
 
 
 
 
 
 
14. Gustave VI Adolphe de Suède
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29. Victoria de Bade
 
 
 
 
 
 
 
7. Ingrid de Suède
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. Arthur du Royaume-Uni
 
 
 
 
 
 
 
15. Margaret du Royaume-Uni
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. Louise-Margareta de Prusse
 
 
 
 
 
 

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Arturo B. Eéche, Michael of Greece et Helen Hemis-Markesinis, The Royal Hellenic dynasty, Eurohistory, (ISBN 0977196151)
  • (es) Ricardo Mateos Sainz de Medrano, La Familia de la Reina Sofía, La Dinastía griega, la Casa de Hannover y los reales primos de Europa, Madrid, La Esfera de los Libros, (ISBN 84-9734-195-3)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Darryl Lundy, « Philippos zu Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg, Prince of Greece and Denmark », sur The Peerage (consulté le 22 novembre 2016).
  2. Mateos Sainz de Medrano 2004, p. 377 et 390.
  3. a b et c Mateos Sainz de Medrano 2004, p. 390.
  4. Mateos Sainz de Medrano 2004, p. 378.
  5. Mateos Sainz de Medrano 2004, p. 379.
  6. Mateos Sainz de Medrano 2004, p. 383.
  7. (es) « Constantino y Ana María de Grecia están buscando casa en Atenas y en cuanto la encuentren se trasladarán allí », El Confidencial,‎ (lire en ligne).
  8. a et b (es) « Felipe de Grecia y Dinamarca: 'Trabajo para ganarme la vida, como todo el mundo' », ¡Hola!,‎ (lire en ligne)
  9. (en) Delia Von Neuschatz, « Why European Princes & Princesses Are Flocking to New York », Gotham,‎
  10. Mateos Sainz de Medrano 2004, p. 381.
  11. (en) « Anna Maria Foundation », sur The Greek Royal Family, (consulté le 31 octobre 2016).
  12. (en) Jerramy Fine, « HRH Prince Philippos of Greece and Denmark », dans Bright Young Royals: Your Guide to the Next Generation of Blue Bloods, Berkley, (lire en ligne)
  13. (es) « Príncipe Philippos de Grecia y Dinamarca », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)
  14. (es) Pierrick Geais, « Adopte un mec - Les princes célibataires les plus convoités du gotha », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]