Phénix (Q157)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Phoenix.

Phénix
Image illustrative de l’article Phénix (Q157)
L'Ajax, identique au Phénix.
Type Sous-marin
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Chantier naval Chantiers DubigeonNantes
Quille posée 5 novembre 1928
Lancement 12 avril 1930
Armé 21 octobre 1932
Statut coulé le 15 juin 1939
Équipage
Équipage 5 officiers, 66 marins
Caractéristiques techniques
Longueur 92,30 m
Maître-bau 8,10 m
Tirant d'eau 4,40 m
Déplacement 1 572 tonnes en surface
2 082 tonnes en plongée
Propulsion 2 moteurs diesel
2 moteurs électriques
Puissance Diesel : 2 x 3 000 ch
Électrique : 2 x 1 200 ch
Vitesse Surface : 17,5 nœuds
Plongée : 10 nœuds
Profondeur 80 m
Caractéristiques militaires
Armement 9 tubes lance-torpilles de 550 mm
2 tubes lance-torpilles de 400 mm
1 canon de 100 mm
1 mitrailleuse-double de 13,2 mm/76
Rayon d'action 14 000 milles à 7 nœuds (surface)
100 milles à 7 nœuds (immersion)
Carrière
Port d'attache Brest

Le Phénix est un sous-marin français de la classe 1 500 tonnes. Lancé en 1930, il appartient à la série M6.

Histoire[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Le Phénix fait partie d'une série assez homogène de 31 sous-marins océaniques de grande patrouille, aussi dénommés 1 500 tonnes en raison de leur déplacement. Tous sont entrés en service entre 1931 (Redoutable) et 1939 (Sidi-Ferruch).

Longs de 92,30 mètres et larges de 8,10, ils ont un tirant d'eau de 4,40 mètres et peuvent plonger jusqu'à 80 mètres. Ils déplacent en surface 1 572 tonnes et en plongée 2 082 tonnes. Propulsés en surface par deux moteurs diesel d'une puissance totale de 6 000 chevaux, leur vitesse maximum est de 18,6 nœuds. En plongée, la propulsion électrique de 2 250 chevaux leur permet d'atteindre 10 nœuds. Appelés aussi « sous-marins de grandes croisières », leur rayon d'action en surface est de 10 000 nautiques à 10 nœuds et en plongée de 100 nautiques à 5 nœuds.

Mis en chantier le 5 novembre 1928 avec le numéro de coque Q157, le Phénix est lancé le 12 avril 1930 et mis en service le 21 octobre 1932.

Naufrage[modifier | modifier le code]

Le 4 novembre 1938, il quitte Toulon avec L'Espoir à destination de l'Indochine française, où ils arrivent le 16 décembre. Le 15 juin 1939, il participe à des manœuvres d'entraînement[1]. Le Phénix et L'Espoir doivent attaquer le croiseur Lamotte-Picquet devant Cam Ranh et plongent. L'exercice terminé, le Phénix ne refait pas surface et l'inquiétude grandit. En fin de journée, une tache de gazole est repérée à la surface. L'épave du sous-marin est localisée le lendemain à 12 nautiques au nord-est de l'île de Hon Chut, l'arrière reposant sur le fond de 105 mètres, l'étrave flottant à une profondeur d'environ 40 mètres[2].

Les opérations de renflouement commencent le 22, lorsqu'on essaie à plusieurs reprises de passer une chaîne autour du bâtiment pour le remorquer à une profondeur à laquelle des scaphandriers peuvent agir. Le navire de sauvetage américain USS Pigeon (en) de l'Asiatic Fleet arrive le 28 juin mais la trop grande profondeur de l'épave – qui se situe désormais vers 95 mètres – empêche toute intervention[3]. Le 5 juillet, une cérémonie d'adieu et d'hommage aux victimes a lieu sur les lieux du naufrage.

Cause du naufrage[modifier | modifier le code]

En raison de l'impossibilité de renflouer l'épave, la cause précise du naufrage n'a pu être établie. Une négligence aurait pu conduire à la plongée du navire avec l'un de ses panneaux ouverts, entraînant l'inondation de ses compartiments. Il est également possible que les mécaniciens aient shunté les témoins de fermeture des panneaux des diesels, qui seraient donc restés ouverts lors de la plongée. Toutefois, la cause la plus probable semble être une explosion due aux vapeurs d'hydrogène dégagées par les batteries en mauvais état du sous-marin[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Picard 2006, p. 26
  2. Picard 2006, p. 27
  3. Picard 2006, p. 28
  4. Picard 2006, p. 28-29

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]