Pfalzweyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pfalzweyer
Pfalzweyer
La mairie et l'église accolées
Blason de Pfalzweyer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Intercommunalité Communauté de communes de Hanau-La Petite Pierre
Maire
Mandat
Daniel Holzscherer
2020-2026
Code postal 67320
Code commune 67373
Démographie
Gentilé Pfalzweyerois(e) [1]
Population
municipale
320 hab. (2018 en augmentation de 0,63 % par rapport à 2013)
Densité 143 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 24″ nord, 7° 15′ 36″ est
Altitude Min. 240 m
Max. 322 m
Superficie 2,23 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Ingwiller
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Pfalzweyer
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Pfalzweyer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pfalzweyer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pfalzweyer

Pfalzweyer (Pfàlzweier en francique rhénan et en alsacien) est une commune française d’un peu plus de 300 habitants située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace et fait partie du parc naturel régional des Vosges du Nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé en Alsace Bossue en limite directe avec la Moselle, puisque sur les quatre communes voisines, une seule est en Alsace (Eschbourg à l'est), et trois sont en Lorraine (Hangviller au nord, Berling à l’ouest, et Vilsberg au sud).

Sa structure est celle du village-rue, l’immense majorité du village étant adressée sur la rue principale. Seules viennent s’y greffer la vingtaine de maisons autour du petit segment de la rue des écoles, cette seconde rue qui part de la mairie.

Un village de fondation, gagné sur la forêt vosgienne[modifier | modifier le code]

Au nord de Phalsbourg, cela se voit clairement sur une photographie aérienne, la bordure forestière vosgienne a été entamée par un front de colonisation agraire qui a progressé au cours du Moyen Âge, souvent sous l'impulsion des communautés religieuses. Une grande clairière s'ouvre à 5 kilomètres seulement au nord de la ville de Phalsbourg donnant naissance dans l'ordre aux villages de Berling et de Pfalzweyer.

Le paysage agraire qui s'ensuit est homogène dans l'ensemble de cette grande clairière avec ses terroirs villageois dont les parcelles de champs en lanières étirées rappellent que le système dit d'openfield a fonctionné ici aussi, entretenu souvent plus longtemps que dans la plaine lorraine par la présence d'une population d'ouvriers paysans qui a retardé la concentration des fonds. Les grandes exploitations modernes, si elles ne sont pas totalement absentes, marquent cependant assez peu le paysage

Le support géologique gréseux a aussi favorisé la prolifération des carrières d'où on extrayait la pierre de construction.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pfalzweyer est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (77,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (47,9 %), zones agricoles hétérogènes (16,9 %), prairies (16,1 %), zones urbanisées (12,5 %), forêts (6,6 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Du germanique pfalz « palais, dignité de comte palatin » + weiher « vivier, étang »[9].
  • Pfàlzweier en francique rhénan[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de Pfalzweyer remontent à 1560. Village entièrement détruit pendant la guerre de Trente Ans, c'est vers 1660 qu'une première famille suisse s'y installe. À partir de 1714, le village se développe avec des paysans alliant les activités agricoles et les activités forestières, ou le travail dans les carrières de grès, les tuileries et coutelleries. Deux tuileries fonctionnent jusqu'au début du XXe siècle, travail d'antan apprécié dont témoigne des tuiles en terre cuite singée de 1839 et de remarquables couteaux datant des années 1890. Le village en 2011 compte 320 habitants, trois exploitations agricoles, une dizaine d'entreprises qui génèrent une soixantaine d'emplois.

Emigrés aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Au 18e siècle, il semble qu’au moins deux familles Zurbrick de Pfalzweyer aient émigré vers la région des Grands lacs aux États-Unis (Indiana et Ohio).

Tuile fabriquée à Pfalzweyer et datée de 1839 qui porte les initiales ND de son créateur probablement.
Collection de couteaux créés par Phillipps Adam aux alentours de 1890.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Pfalzweyer

Les armes de Pfalzweyer se blasonnent ainsi :
« Coupé : au premier parti au I d'argent aux cinq tuiles plates de gueules superposées trois et deux et au II de gueules au couteau pliant ouvert d'argent, le manche au naturel, la lame en chef en barre et le poinçon en pointe en bande, au second de sinople à la hache de bûcheron contournée d'argent, emmanchée d'or, à la scie de long aussi d'argent posée en fasce aux deux poignées aussi d'or, brochant sur la hache. »[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? Charles Weiss    
mars 2001 En cours
(au 31 mai 2020)
Daniel Holzscherer[12],[13]
Réélu pour le mandat 2020-2026
   
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2018, la commune comptait 320 habitants[Note 2], en augmentation de 0,63 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
173181205321325305276288292
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
280289286309313310298307317
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
314333324296302285295304308
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
307309307288307309296313314
2018 - - - - - - - -
320--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église protestante : construite en 1860, l'ancien clocher est remplacé en 1887 par l'actuelle tour-porche, comme le mentionne le millésime gravé sur le tympan de la porte. L’église est orientée nord sud. Le mur ouest de la nef est mitoyen avec celui de la mairie. Seul le mur pignon nord et la tour-porche sont en pierres de taille (grès des Vosges) dites de moyen appareil. Deux vitraux des ateliers Werlé ont trouvé place dans l'église rénovée en 1955. Ils représentent la naissance et la résurrection du Christ. Notons qu’avant la construction de l'église, les fidèles se réunissaient dans une maison privée depuis 1819.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/bas-rhin-67
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Toponymie générale de la France, Volume 1 - Ernest Nègre
  10. Geoplatt
  11. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009).
  12. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  13. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :