Petits soldats

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Soldats de plomb chez un brocanteur de Strasbourg.

Les petits soldats sont des figurines militaires servant à jouer, fabriquées selon les époques, en papier, en plomb, en étain, en tôle, en matériaux de composition, en aluminium ou en plastique.

Selon les périodes et les fabricants il existe de grandes constantes dans les armées représentées (armée napoléonienne, guerres coloniales, première et seconde guerre mondiale, guerre de sécession).

Introduction historique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Les premiers petits soldats sont nés à la fin du XVIIIe siècle de la tradition des imagiers[1], en France et en Allemagne principalement. Au cours du XIXe siècle, de nombreux fabricants allemands, principalement dans la région de Nuremberg, ont commencé à produire des soldats plats en étain. Il était compliqué de mouler des figurines en ronde bosse parce que l'étain et le plomb pur sont trop malléable ce qui rendait les soldats fragiles. Ce n'est que durant le dernier tiers du XIXe siècle que des fabricants français comme CBG[2] et Allemand comme Heyde[3] eurent l'idée d'utiliser un alliage de plomb d'antimoine et de bismuth, déjà connu en balistique, pour réaliser des sujets en plomb plein dont la rigidité était suffisante pour permettre des manipulations répétées. En 1893, un entrepreneur anglais, William Britain[4], mit au point une technique qui permettait de fabriquer des figurines en plomb creux, hollow cast, ce qui permit de réduire sensiblement les coûts et rendit le petit soldat extrêmement populaire.

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Après le conflit, les principales firmes produisant des soldats de plomb développèrent leurs production. Britain continuait à produire ses jouets en plomb creux, imité par des dizaines de fabricants dans le monde. Heyde et CBG offraient des catalogues de plus en plus fournis tandis que d'autres expérimentaient de nouveaux matériaux. L'Allemand Hausser[5] avait mis au point dès 1904, un procédé de fabrication au départ d'une matière formée de sciure de bois, de colle et de kaolin. Ses Komposition Figuren pouvaient être fabriquées à très bas prix. Durant les années vingt et trente sa firme Elastolin, bientôt rejointe par Lineol[6] et de nombreux autres imitateurs inonda le marché mondial de ses figurines représentant les troupes allemandes ainsi que les principales armées du monde. Le procédé inspira des sociétés étrangères comme Confaloniere-Chialu[7] en Italie ou Durso[8] en Belgique.

En France, la société Quirin lança une production de soldats en aluminium représentant principalement les armées françaises.

Le triomphe du plastique[modifier | modifier le code]

C'est dès l'immédiat après guerre que les matières plastiques se répandirent dans l'industrie. Un précurseur de Hong-Kong nommé Zang créa dès les années 1940 une série de figurines en plastique d'une très grande qualité. Britain, qui était toujours à l'affût de la nouveauté, signa un accord avec lui et absorba sa société dès le début des années 1950, créant ainsi sa Filiale Herald[9]. Ceci permit à Britain de conserver le leadership dans la production mondiale de figurine. En 1966, la production de soldats de plomb creux fut arrêtée.

Parallèlement, des société françaises s'étaient lancées dans la production plastique. Jim[10] et Clairet commercialisaient des figurines de très belle qualité durant les années 1950 et 60 mais c'est surtout la firme Starlux[11], créée par Pierre Beffara, qui parvint à s'imposer sur les marchés européen grâce à la qualité et à la diversité de ses productions.

Les soldats en papier[modifier | modifier le code]

Fantassin de la IIIe République, papier sur tôle découpée, Potier fabricant, vers 1880. – Musée de la figurine historique, Compiègne.

Les soldats en plomb[modifier | modifier le code]

Marin en plomb des guerres sino-françaises au XVIIIe siècle

Les soldats en étain[modifier | modifier le code]

Cavalier indien en plats d’étain avant mise en couleurs.

Les soldats en plastique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ryan, Edward, Paper Soldiers, the Illustrated History of Printed Paper Armies from the 18th, 19th & 20th Centuries, London, New Cavendish Books,‎ 2006, 496 p. (ISBN 9780904568967)
  2. Blondieau, Christian, Soldats de plomb & figurines civiles : collection C. B. G. Mignot, Paris, Le Képi rouge,‎ 1993, 208 p. (ISBN 2 950 740 1[à vérifier : ISBN invalide], lire en ligne)
  3. (de) Grein, Markus, Mit Heyde Figuren um die Welt, Krannich, Egon, Dr.; Auflage,‎ 2003, 119 p. (ISBN 3933124166)
  4. (en) Opie, James, The Great Book of Britains: 100 Years of Britains Toy Soldiers 1893-1993, London, New Cavendish Books,‎ 1993, 640 p. (ISBN 1872727328)
  5. (en) Polaine, Reggie, War Toys: The Story of Hauser Elastolin, London, New Cavendish Books,‎ 1979, 156 p. (ISBN 0904568172)
  6. (en+de) Fontana, Dennis, The War Toys 2: Kriegsspielzeug : The Story of / Die Geschichte Von Lineol, London, New Cavendish Books,‎ 1991, 192 p. (ISBN 0904568296)
  7. (it) Paoletti, Franco et Roveri, Giuseppe, Confalonieri Chialù. Soldatini giocattolo in cartapesta 1934-1967, Masso delle Fate,‎ 2005, 183 p. (ISBN 8887305684)
  8. Herman, Paul, Le Livre d'or des jouets made in Belgium, Bruxelles, Glénat,‎ 1997, 208 p. (ISBN 2871762147)
  9. (en) Cole, Peter, An Unauthorized History of Herald & Britains Plastic Figures ..., Etats-Unis, Plastic Warrior,‎ 2004, 200 p. (ISBN 1900898047)
  10. Thomas, Alain, Cyrnos et Jim, Bertrix, Chez l'auteur,‎ 2013, 136 p.
  11. Thomas, Alain et Meimoun, Jerry, Starlux: Historique du géant Français de figurines plastiques - Réédition des tome 1 et tome 2, Bertrix, Chez les auteurs,‎ 2009, 256 p. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les soldats en papier.
  • Christian Blondieau, Petits soldats : 1765-1965 : le guide du collectionneur, Paris, Képi Rouge,‎ 1996 (ISBN 978-2-950-74011-3)
  • Jean-Pierre Klein, Les petits soldats de Strasbourg, Éditions Jean-Pierre Giss, 188 p. 1985.
  • Dominique Lerch, Imagerie populaire en Alsace et dans l’Est de la France, Presses Universitaires de Nancy, 330 p. 1992.
  • (en) Edward Ryan, Paper soldiers : the illustrated history of printed paper armies of the 18th, 19th & 20th centuries, London, Golden Age Editions,‎ 1995 (ISBN 978-0-904-56896-7)
  • (de) Katharina Siefert, Heilige, Herrscher, Hampelmänner : Bilderbogen aus Weißenburg : [Badisches Landesmuseum Karlsruhe, 12.6.1999 - 26.9.1999 ; Wissembourg, Grange aux Dîmes, 11.6.1999 - 29.8.1999, Stuttgart, Thorbecke,‎ 1999 (ISBN 978-3-799-50306-8)
  • Malou Schneider (dir.), Serge Burger, Anne Cablé, Isabelle Chave, Monique Fuchs, Anny Claire Haus, Dominique Lerch, Josie Lichti, Jean-Hubert Martin, Dieter Nievergelt, Malou Schneider, Carine Schutz, Florian Siffer et Alexandre Tourscher (préf. Joëlle Pijaudier-Cabot), Des mondes de papier : l'imagerie populaire de Wissembourg : [exposition présentée à la galerie Heitz, palais Rohan], 16 oct 2010-31 jan 2011, Strasbourg, Musées de la ville de Strasbourg,‎ 2010, 256 p. (ISBN 978-2-351-25083-9)
Sur les soldats en plastique.
  • Jean-Christophe Carbonel, Les petits soldats Airfix HO/OO 1959-2009 : Leurs décors, leurs accessoires, leurs copies, leurs concurrents…, vol. 6, Histoire et Collections, coll. « Figurines et jouets »,‎ 2009, 212 p. (ISBN 978-2-352-50088-9)