Petites Sœurs de la Sainte-Famille (Sherbrooke)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Petites Sœurs de la Sainte-Famille (Vérone).

Petites Sœurs de la Sainte-Famille
Image illustrative de l’article Petites Sœurs de la Sainte-Famille (Sherbrooke)
Devise : Piété et dévouement
Ordre de droit pontifical
Approbation diocésaine 26 janvier 1896
par Mgr Larocque
Approbation pontificale 2 mars 1937
par Pie XI
Institut congrégation religieuse
Type apostolique
But service domestique dans les collèges et les séminaires
Structure et histoire
Fondation 31 mai 1880
Memramcook
Fondateur Marie-Léonie Paradis
Abréviation P.S.S.F
Patron Sainte Famille
Site web site officiel
Liste des ordres religieux

Les Petites Sœurs de la Sainte-Famille (en latin : Congregatio Parvarum Sororum a S. Familia de Sherbrooke) sont une congrégation religieuse féminine de droit pontifical, fondée à Sherbrooke.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1874, Marie-Léonie Paradis, marianite de Sainte-Croix est envoyée à Memramcook (Nouveau-Brunswick) pour gérer l’équipe de religieuses marianites qui assument les travaux domestiques au collège Saint-Joseph dirigé par le Père Camille Lefebvre, de la congrégation de Sainte-Croix[1].

Deux ans plus tard, Marie-Léonie inaugure un ouvroir pour former de jeunes acadiennes qui désirent se charger de l'entretien ménager au sein de la congrégation de Sainte-Croix. Après la formation, elles prononcent des vœux annuels et sont envoyés dans les collèges et les pensionnats. Le 31 mai 1880, à l'instigation du père Lefebvre, les pères de Sainte-Croix acceptent que la communauté soit détachée des marianites de Sainte-Croix et reconnue comme congrégation autonome. En 1893, elles s'établissent au collège des pères maristes à Van Buren (Maine), première fondation hors du Canada et de collèges dirigées par la congrégation de Sainte-Croix[2].

À la mort du Père Lefebvre le 28 janvier 1895, le jeune institut compte près d'une centaine de religieuses mais Mgr John Sweeney, évêque du diocèse de Saint-Jean refuse d'accorder l'approbation diocésaine à l'institut. Mgr Paul LaRocque, évêque de Sherbrooke invite les sœurs à s'installer dans son diocèse afin de prendre en charge les travaux domestiques du séminaire de Sherbrooke et de l'évêché. Mère Paradis accepte cette proposition et le 5 août 1895 Mère Léonie transfère la maison-mère et le noviciat à Sherbrooke. Le 26 janvier 1896, Mgr Larocque reconnaît officiellement les petites sœurs de la Sainte-Famille[3]. L'institut obtient le décret de louange le 30 avril 1929 et l'approbation définitive le 2 mars 1937[4].

Activités et diffusion[modifier | modifier le code]

Les Petites Sœurs de la Sainte-Famille se consacrent à la catéchèse et au service domestique dans les collèges et les séminaires.

Elles sont présentes en :

La maison-mère est à Sherbrooke.

Au 31 décembre 2005 l'institut comptait 412 religieuses dans 25 maisons.

Notes et références[modifier | modifier le code]