Petites Maisons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Petites Maisons est le nom donné à un asile d’aliénés du 6e arrondissement de Paris créé en 1557.

Originellement, il se nomme « maladrerie de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés », et se trouve à l’extrémité du quartier de Saint-Germain-des-Prés. En 1557, il est transformé en hôpital et déménage à la rue de Sèvres, dans le quartier Notre-Dame-des-Champs « pour des personnes insensées, faibles d’esprit ou même caduques ».

Le nom de cet asile vient des petites maisons basses (ou loges) qui entouraient les cours de l’établissement. Elles servaient à loger plus de 400 personnes qui étaient à la charge du Grand Bureau des Pauvres.

Comme le dit l'Almanach royal[1] : « L'hôpital des Petites-Maisons renferme quatre objets : le premier, ce sont les quatre cens vieilles gens qui y sont reçus et logez; le sécond, les incensez; le troisième, les malades de la maladie vénérienne, qui y sont pansez; le quatrième, ceux affligez de la teigne, qui y sont guéris. Les Administrateurs s'assemblent les jeudis non fêtez, à huit heures du matin; et en cas de Fête la veille ou le lendemain, à la même heure. »

L'organisation des Petites Maisons[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, l'hospice des Petites Maisons compte quatre départements[2] : le premier recevait des personnes âgées, le second des insensés, le troisième était une maladrerie spécialisée dans les maladies vénériennes et le quatrième était une teignerie.

La teigneuse était indépendante du reste de la structure et avait une entrée séparée. Les teigneux recevaient les soins « d'un homme qui a un secret admirable et infaillible, qui se perpétue depuis très longtemps dans sa famille sans avoir jamais communiqué le secret à personne[3]. » L'accueil et le soin des teigneux se faisait gratuitement.

La maladrerie s'occupe de soigner les personnes atteintes de maladies vénériennes. Elle recevait principalement des bourgeois de Paris et des soldats des gardes françaises (les maisons dont le Grand Bureau des Pauvres était propriétaire était exempté de la charge de logement des soldats de ce corps en échange d'une réduction tarifaire pour ses membres à la maladrerie des Petites Maisons).

L'asile d'aliénés abrite des fous enfermés par lettres de cachet, à la suite d'une demande d'internement des familles. Les aliénés reçus étaient de conditions élevée puisque, à moins que la lettre de cachet n'émane du roi lui-même, les frais d'internement étaient à la charge de la famille. Si la lettre venait du roi, le Trésor royal payait 300 livres.

Le département le plus important des Petites Maisons est l'enclos réservé aux personnes âgées. Les vieillards accueillis aux Petites Maisons sont d'anciens indigents ayant été inscrits à l'aumône du Grand Bureau des Pauvres. D'après le règlement de 1737, pour pouvoir entrer aux Petites Maisons, il faut avoir plus de 70 ans, ne pas être invalide (puisque, bien qu'hébergés aux Petites Maisons, ils doivent être capables de s'entretenir eux-mêmes), ne pas être marié, ne pas avoir de liens de parenté avec aucun des autres pensionnaires présents ou passés et être bourgeois de Paris. Et être bourgeois ne suffit pas, les places disponibles allant d'abord au maîtres ou aux marchands, puis aux compagnons. Les personnes dites « sans qualité » ne peuvent prétendre à une place aux Petites Maisons et dépendent plutôt de l'hôpital général. Une fois admis à l'hospice des pauvres, le pensionnaire peut s'installer avec ses biens mobiliers (rien ne lui sera fourni). Une fois dans les murs, il doit obéir au règlement strict des Petites Maisons, assister à toutes les messes et prônes, ils ne peuvent ni s'absenter ni découcher sans autorisation. À sa mort, l'ensemble de ses biens revient au Grand Bureau des Pauvres.

Administrateurs (en 1736)[modifier | modifier le code]

  • M. le procureur général au Parlement, chef.
  • M. Lorenchet, l'un de ses substituts, préside en son absence.

Messieurs,

  • Vandive, père, marchand orfèvre, quai des Orfèvres, aux Balances.
  • Tesniere, ancien consul, rue du haut Pavé.
  • De Resmond, ancien procureur au Parlement, cloître N. Dame,
  • Nau, père, ancien consul, rue des Foureurs.
  • Ruelle, marchand, rue de la Calendre.
  • Brizard, bourgeois de Paris, rue du Marché-neuf.
  • Quevanne, essayeur général des Monnoies de France, hôtel de la Monnoie.
  • Lescardée, marchand orfèvre, pont Saint-Michel.
  • Baudouin, ancien contrôleur des Rentes, rue de la vieille Morue, faubourg Saint-Honoré.

Officiers, Maistres,

  • Regnard, greffier et receveur général, au grand Bureau, place de Grève.
  • Martin-Darras, procureur au Parlement, rue de la Tisséranderie.
  • Marchand, notaire, rue Saint-Severin.
  • P. Regnard, procureur au Châtelet, rue Saint-Martin,

Huissiers.

  • Barbarin, rue Bourlabbé.
  • Guesdon, rue de la Parcheminerie.
  • Boislé, rue du Marché-neuf.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Plusieurs références littéraires mentionnent les Petites Maisons comme Nicolas Boileau dans sa Satire :

Et qu’il n’est point de fou, qui par belles raisons
Ne loge son voisin aux Petites-Maisons…

Madame de Sévigné, quant à elle, écrit dans une Lettre à Ménage en 1652 : « Si cela était ainsi, je mériterais les Petites-Maisons et non pas votre haine[4]. » De même, elle y fait allusion dans une lettre à sa fille, Mme de Grignan, datée du 15 avril 1671 dans laquelle elle voit dans le monastère de la Trappe, réputé trop sévère, un futur asile d'aliénés. « Je crains que cette Trappe, qui veut surpasser l'humanité, ne devienne les Petites Maisons. »

Enfin, Jean de La Fontaine en fait également mention dans ses Fables :

J’aurai beau protester ; mon dire et mes raisons
Iront aux Petites-Maisons.

(Les Oreilles du Lièvre, V, 4) Montesquieu également y fait une rapide allusion dans les Lettres persanes, lors d'une des lettres rapportant la visite de Rica dans une grande bibliothèque supposée être celle de l'abbaye de Saint-Victor, lettres dans lesquelles il expose ses échanges avec le bibliothécaire qui lui donne son avis sur de nombreux types d'ouvrages :

« Voici la chimie, qui habite tantôt l'hôpital et tantôt les Petites-Maisons, comme des demeures qui lui sont également propres. » ( Lettres persanes, CXXXV )

Jean-Jacques Rousseau, dans Les Confessions, juge la Sorbonne passible d'enfermement aux Petites-Maisons :

« De quoi pouvait se mêler la Sorbonne dans cette affaire ? Voulait-elle assurer que je n’étais pas catholique ? Tout le monde le savait. Voulait-elle prouver que je n’étais pas bon calviniste ? Que lui importait ? C’était prendre un soin bien singulier ; c’était se faire les substituts de nos ministres. Avant que d’avoir vu cet écrit, je crus qu’on le faisait courir sous le nom de la Sorbonne, pour se moquer d’elle ; je le crus bien plus encore après l’avoir lu. Enfin, quand je ne pus plus douter de son authenticité, tout ce que je me réduisis à croire fut qu’il fallait mettre la Sorbonne aux Petites-Maisons. »

— (Les Confessions, XII)

Voltaire, dans son Dictionnaire philosophique en 1764 à l'article « folie » mentionne également ce lieu : parlant de l'âme « malade » du fou, il explique que « cependant on la mène dans son étui aux Petites-Maisons. »

Dans La Maison du chat-qui-pelote par Honoré de Balzac, madame Guillaume dit en parlant de Théodore de Sommervieux : « s’il n’était pas si grossièrement immoral, il serait bon à mettre aux Petites-Maisons. »

Dans ses Lettres à Proudhon (9e lettre - 1858), Eugène de Mirecourt écrit que Proudhon lui-même enverrait « tout droit aux Petites-Maisons » ceux qui adhéreraient aux thèses développées dans son De la Justice, et qu'il devrait y être enfermé.

En 1866, dans sa célèbre préface au Grand Dictionnaire universel, Pierre Larousse se plaignait du fait que l'Encyclopédie catholique (1838-1849) traitait Diderot d' « échappé des Petites-Maisons »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Almanach royal, exemplaire de 1736, p. 71-72.
  2. Léon Cahen, Le Grand Bureau des Pauvres de Paris au milieu du XVIIIe siècle, contribution à l'histoire de l'assistance publique, Paris, G. Bellais, , 78 p.
  3. Idée générale et abrégée du Grand Bureau des Pauvres et de l'hôpital des Petites Maisons et de celui de la Trinité en l'état qu'ils sont en la présente année 1717 (1717), BnF, fonds Joly de Fleury, 1273 folio 128
  4. p. 26 de l’édition de Roger Duchêne, Paris, Gallimard, collection Folio, 1988
  5. Préface à Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, tome premier (Paris : Administration du Grand Dictionnaire Universel, 1866), p. xxxix (l'expression est celle de Larousse).

Liens externes[modifier | modifier le code]