Petit Papa Noël (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petit Papa Noël.

L'histoire[modifier | modifier le code]

La chanson avec le même titre, la même musique mais des paroles différentes, est chantée sans grand succès par Xavier Lermercier dans une opérette d'Émile Audiffred à l'Odéon de Marseille en 1944[1]. Les paroles correspondent à la prière d'un enfant demandant au père Noël le retour de son papa, prisonnier de guerre en Allemagne. La musique est signée du pianiste d'hôtels Henri Martinet (1905-1985)[2],[3].

En 1946, après la défection d'un groupe de chanteurs noirs nord-américains avec lequel il devait chanter un gospel pour les besoins d'un film, Tino Rossi cherche un chant de Noël français et adopte Petit Papa Noël, dès les premières notes jouées par le compositeur à la demande de l'imprésario Émile Audiffred. Raymond Vincy réécrit les paroles en effaçant toute allusion à la guerre. La nouvelle version, orchestrée par Raymond Legrand, est interprétée pour la première fois en 1946 par Tino Rossi dans deux scènes, dont celle finale, du film Destins de Richard Pottier, dans le scénario duquel elle est qualifiée de « la berceuse ».

Seul cantique laïc français, la chanson est très rapidement plébiscitée notamment parce qu'elle répond aux instructions gouvernementales du ministre Marcel-Edmond Naegelen, qui veut supprimer les chants religieux promus par le régime de Vichy[4],[5].

Les interprétations[modifier | modifier le code]

De multiples artistes l'ont interprétée, notamment les chanteurs francophones pour enfants Karine et Rebecca, Chantal Goya, Dorothée, Thierry Gali, Henri Dès, mais aussi Dalida, Mireille Mathieu,Nana Mouskouri, Claude François, Michèle Torr, Jack Lantier, Trust, Céline Dion, Roch Voisine, le baryton américain Josh Groban, Roberto Alagna, Mary J Blige, les Chœurs de l'Armée rouge, les Chœurs d'enfants du Bolchoï et bien d'autres dont Nicole Martin et Marie Michèle Desrosiers au Québec... Tino Rossi, qui demeure son emblématique interprète, détient avec ce titre le record du 45 tours le mieux vendu en France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. Contrucci, Ça s’est passé à Marseille., Éditions Autres temps, Gémenos, 1999.
  2. Devenu à la Libération pianiste de Tino Rossi.
  3. Les mesures 6 à 9 de la partie « ténor » constituant le thème du refrain sont les mêmes que celles présentes dans l'oeuvre du musicien ukrainien Dmitro Bortnianski (1751-1825) Tiebe Paiom.
  4. En 1947, un vibrant plaidoyer pour l'école laïque | France info.
  5. Père Noël 1 - Eglise 0 | France info.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]