Petit Conseil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Petit Conseil est un organe politique de l'Ancien Régime en Suisse.

Équivalence moderne[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, le terme utilisé est Conseil d'État. Autrefois, le terme « Petit Conseil » désignait le gouvernement collégial d'une ville, aujourd'hui le Conseil d'État gouverne au niveau cantonal. D'un certain point de vue, le Petit Conseil correspondrait alors mieux au Conseil de Ville, appelé aussi Conseil administratif à Genève par exemple. Toutefois, l'équivalence avec le Conseil d'État actuel s'applique dans le cas des villes souveraines qui constituent de fait des États à part entière[1].

Origines et fonctions[modifier | modifier le code]

L'origine de ce conseil remonte approximativement au XIVe siècle époque à laquelle certains habitants, parmi les plus riches ou les plus influents se réunissent pour défendre les intérêts de la cité et son économie.

Deux conseils dirigent habituellement la cité ou le canton durant l'Ancien Régime en Suisse, mais également dans des cités comme Genève - qui ne fait pas partie de la Confédération suisse avant 1815. Ces deux conseils sont le Conseil des Deux-Cents et le Petit Conseil, le premier détient le pouvoir législatif, le second le pouvoir exécutif.

À Genève, c'est notamment le Petit Conseil qui condamne à mort Pierre Fatio en 1707[2] ou qui fait lacérer et brûler les ouvrages de Rousseau en juin 1762[3].

Composition du Petit Conseil[modifier | modifier le code]

À Genève, le Petit Conseil est présidé par un syndic ; dans d'autres régions, il s'agit d'un bourgmestre (dans le nord-est de la Suisse, par exemple à Bâle)[4] ou d'un avoyerFribourg, Berne, Lucerne)[5]. Quels que soient les noms, la fonction est la même : il s'agit d'un premier magistrat, représentant de l'autorité du Seigneur, puis au cours des siècles, lorsque les cités s'affranchissent de la tutelle de tel duc, tel comte ou tel empereur, ces magistrats deviennent les garants de l'ordre social et judiciaire. Il leur incombe parfois de faire appliquer les ordonnances de police et les statuts municipaux, de prononcer des amendes dans les affaires mineures, de surveiller l'exécution des décisions de justice et de contrôler les marchés[4].

À Genève, par exemple, depuis 1387 et les franchises accordées au peuple par Adhémar Fabri, le Petit Conseil est élu par les habitants réunis en Conseil général : ils élisent au sein du Conseil, un quatuor de syndics chargés de faire respecter les lois et de traiter avec l'étranger[6] (en cas de souveraineté de l'État), et des conseillers (entre 10 et 50 selon les villes), tous citoyens, assistant les syndics dans leurs tâches[7],[8].

Le Petit Conseil est élu, selon les périodes de l'histoire, par les citoyens, par les corporations, par les quartiers ou plus tard, par cooptation au sein d'un Conseil de notables ou de certaines vieilles familles patriciennes[9]. Cette pratique conduira au cours du XVIIIe siècle notamment à une oligarchisation du Petit Conseil[6].

Changement de nom[modifier | modifier le code]

La Révolution en 1798 puis l'époque moderne et la création d'une nouvelle Constitution en 1848 transforma les « Petits Conseils » en Conseils d'État[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Il dirigeait l'administration municipale et représentait la ville (donc l'État dans les villes souveraines) face à l'extérieur. Voir « Bourgmestre » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  2. http://www.ge.ch/fao/2003/20030818.asp
  3. . En juin 1762, le Petit Conseil fait lacérer et brûler L'Émile et Du Contrat Social, et décrète l'arrestation de Rousseau au cas où il se présenterait à Genève Rousseau, une histoire genevoise, Guillaume Chenevière, Labor et Fides
  4. a et b Anne-Marie Dubler, « Bourgmestre » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  5. Waltraud Hörsch, « Avoyer » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  6. a, b et c André Holenstein, « Petit Conseil » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  7. « Syndic (GE) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  8. http://www.sjjr.ch/geneve-et-le-contrat-social
  9. http://www.ge.ch/conseil_etat/2009-2013/communiques/20100922.asp

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Vuilleumier, Les élites politiques genevoises : 1580-1652, Slatkine, Genève 2009
  • Blanca Baechler, Le Petit Conseil de Genève (1460-1540) : étude prosopographique d'une élite dirigeante dans une période de crise politique et religieuse, Genève, 1995

Articles connexes[modifier | modifier le code]