Petit-duc africain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Otus senegalensis

Otus senegalensis
Description de cette image, également commentée ci-après
Petit-duc africain
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Strigiformes
Famille Strigidae
Genre Otus

Nom binominal

Otus senegalensis
(Swainson, 1837)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 12/06/2013
Appel de Petit-duc Africain, enregistré dans la réserve Samburu au Kenya.

Le Petit-duc africain (Otus senegalensis) est une espèce de rapaces nocturnes de la famille des Strigidae.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Selon le Congrès ornithologique international[1] et Alan P. Peterson[2] il existe trois sous-espèces :

  • O. s. senegalensis (Swainson, 1837) ;
  • O. s. nivosus Keith & Twomey, 1968 ;
  • O. s. feae (Salvadori, 1903).

Le Petit-duc de Socotra (O. socotranus) et Otus pamelae, de la péninsule Arabique, étaient autrefois considérés comme des sous-espèces du Petit-duc africain (séparé par Dowsett et Forbes-Watson (1993)..) O. socotranus n'en est en réalité que peu apparenté, quant au Otus pamelae, il s'en différencie génétiquement, morphologiquement et vocalement (quoique proche)[1].

Habitat[modifier | modifier le code]

Le petit-duc Africain est endémique de l’Afrique sub-saharienne, on le trouve dans les habitats boisés, à l’orée des forêts, et parfois dans les mangroves[3].

Description[modifier | modifier le code]

Le petit-duc Africain est une petite chouette mesurant environ 15 à17 cm de hauteur. Il possède une envergure d'aile de de 45 cm. Son plumage est tapissé de stries et de marbrures qui constituent un excellent camouflage. Son disque facial est gris, cerné d'un étroit contour noir. Il à des touffes d'oreilles, généralement gardées basses lorsque l'oiseau n'est pas dérangé[4].

Chant[modifier | modifier le code]

Le petit-duc Africain laisse entendre un distinctif hululement avec 5 secondes d'intervalle[5]entre chaque cris.

Espèces similaires[modifier | modifier le code]

le Petit-duc scops ressemble beaucoup au petit-duc Africain — bien qu'un peut plus massif, il est parfois difficile de les distinguer dans leurs habitats naturels[6].

Comportement[modifier | modifier le code]

Le Petit-duc africain est un oiseau nocturne. Pendant la journée il se perche au plus près du tronc des arbre, lorsqu'il est exposé à la lumière, il ferme ses yeux et étend ses touffes d'oreilles afin qu'on le confonde avec les branches. Ce camouflage s'avère parfois plus efficace lorsqu'il est effectué en couple.

Le Petit-duc africain n'est pas aussi territorial que le Petit-duc scops mais fera pourtant ses nids proches les uns des autres.

Mâle et femelle peuvent s'unir pour une vie. On entend alors le couple chanter chaque nuit, avant et après avoir quittés le site de repos[7].

Reproduction[modifier | modifier le code]

La femelle pond quatre à six œufs directement au fond d'un arbre creux, la période de ponte s'étend d'Avril à Juin. l'incubation dure environ 27 jours, pendant lesquels le mâle chasse pour nourrir la femelle. Quand les œufs éclosent, les oisillons sont nourris à leur tour par la nourriture que le mâle apporte (la béquée étant cependant effectuée par la mère). Les jeunes Petit-duc développent leur plumage en 30 jours[7].

Alimentation et chasse[modifier | modifier le code]

Le Petit-duc africain est majoritairement insectivore, ses proies varient entre les sauterelles et les scorpions en passant par les coléoptères, les criquets, les mites, les araignées et parfois de petits vertébrés. Ils chassent généralement à l'ouïe en écoutant attentivement leur environnement au moyen de leurs excellentes oreilles, depuis un perchoir pour fondre sur leur proie le moment venu. Ils peuvent néanmoins chasser en vol pour attraper, par exemple, certains insectes volants[7].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source[modifier | modifier le code]

  • del Hoyo J., Elliott A. & Sargatal J. (1999) Handbook of the Birds of the World, Volume 5, Barn-owls to Hummingbirds. BirdLife International, Lynx Edicions, Barcelona, 759 p.
  • Référence UICN : espèce Otus senegalensis (Swainson, 1837) (en) (consulté le ), sur la liste rouge de l'UICN des espèces les moins préoccupantes.

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Congrès ornithologique international
  2. Alan P. Peterson
  3. (en) « African scops owl », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  4. The Birds of Africa, Academic Press (ISBN 9780121373054 et 9781472927026, lire en ligne)
  5. The Birds of Africa, Academic Press (ISBN 9780121373054 et 9781472927026, lire en ligne)
  6. Stevenson, Terry., Field guide to the birds of East Africa : Kenya, Tanzania, Uganda, Rwanda, Burundi, T & A D Poyser, (ISBN 0856610798 et 9780856610790, OCLC 47150215, lire en ligne)
  7. a, b et c König, Claus, 1933- et Becking, J. H., Owls : a guide to the owls of the world, Pica, (ISBN 1873403747, 9781873403747 et 9074345190, OCLC 43057979, lire en ligne)