Peter Ebdon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Peter Ebdon
Image illustrative de l’article Peter Ebdon
Peter Ebdon lors du Classique Paul Hunter 2018.
Fiche d'identité
Nom complet Peter Ebdon
Surnom « The Force »
Nationalité Drapeau de l'Angleterre Anglaise
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Londres (Angleterre)
Professionnel 1991-2020
Meilleur classement 3e (1996-1997 et 2002-2003)
Gains 3 583 752 £
Break le plus élevé 147 (deux fois)
Centuries 377
Victoires en tournois (par type)
Championnat du monde 2002
Classés 9
Non classés 4
Dernière mise à jour : 04/06/2020

Peter Ebdon est un joueur de snooker professionnel anglais, né le [1].

Son meilleur classement est no 3 mondial, atteint durant les saisons 1996-1997 et 2002-2003. Vainqueur du championnat du monde en 2002[2] et du championnat du Royaume-Uni 2006[3], il est l'un des neuf joueurs à détenir ces deux titres majeurs dans une carrière. En plus de cela, il compte sept autres titres majeurs, dont le dernier remporté en 2012, lors de l'Open de Chine[4]. Ebdon a fait partie du top 16 mondial de façon continue pendant plus de 16 ans, entre 1994 et 2010.

Malgré un palmarès prodigieux, Ebdon est également une figure très controversée du snooker. En effet, son style de jeu lent et prudent a souvent suscité des critiques de la part des journalistes ou des joueurs qui l'accusaient de tricherie. D'ailleurs, il n'était pas rare de voir Ebdon s'illustrer lors de parties qui pouvaient durer plusieurs heures sur des formats de jeu pourtant réduits.

Le 30 avril 2020, Ebdon décide de mettre un terme à sa carrière à l'âge de 49 ans. Retombé à la 55e place mondiale, l'Anglais justifie cette décision par un déclin de sa forme physique au cours de ces dernières années[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

Premières années impressionnantes (1991-1993)[modifier | modifier le code]

Peter Ebdon connait une carrière amateur particulièrement prometteuse et remporte en 1990 le championnat du monde dans la catégorie des moins de 21 ans qui se tenait à Brisbane, en Australie. Après cette victoire, Ebdon est vu comme l'un des meilleurs joueurs amateurs de son époque, aux côtés de l'Irlandais Ken Doherty et de l'Anglais Ronnie O'Sullivan, qui ont eux aussi remporté ce tournoi, respectivement en 1989 et 1991[6].

Devenu professionnel en 1991, Ebdon remporte sa première victoire dans un tournoi classé deux ans plus tard, battant l'Irlandais Ken Doherty en finale du Grand Prix[2].

Lors de son tout premier championnat du monde[7], il connait un parcours particulièrement brillant, éliminant le sextuple champion du monde, Steve Davis, au premier tour[8]. Se hissant ensuite en quart de finale, il est battu par l'expérimenté Terry Griffiths (13-7)[9]. C'est alors qu'en 1994, il fait son entrée dans le top 10 du classement mondial.

Pic, titre de champion du monde et meilleures années (1994-2010)[modifier | modifier le code]

En 1995, Ebdon poursuit son ascension et se hisse en finale d'un nouveau tournoi classé ; le Classique de Dubai, où il perd contre Alan McManus[10]. La même saison, il remporte son premier tournoi non classé au Masters d'Irlande[11]. En 1995-1996, il est très régulier et perd deux nouvelles finales importantes : le championnat du Royaume-Uni[12] et l'Open d'Europe[13]. Cette même saison, il remporte le Grand Prix de Malte ; tournoi ne comptant pas pour le classement[14].

Peter Ebdon en 2010.

En avril 1996, il atteint pour la première fois la finale du championnat du monde à l'âge de 23 ans, mais est battu par l'Écossais Stephen Hendry. Pour rejoindre cette finale, Ebdon signe un parcours très solide pour l'époque ; éliminant Jimmy White, dans un match d'anthologie, Steve Davis et Ronnie O'Sullivan, en demi-finale. Cette performance lui vaut d'atteindre son meilleur classement en carrière : celui de no 3 mondial. La saison prochaine, Ebdon remporte deux nouveaux tournois : le Masters de Thaïlande[15] (tournoi classé) et le Masters d'Écosse[16] (tournoi non classé).

Redescendu en dehors du top 10 du classement mondial, Ebdon revient en force et retrouve une nouvelle finale lors de l'Open de Grande-Bretagne 1999[17]. Bien que battu, il a sa revanche et remporte ce même tournoi en 2000, battant Jimmy White en finale[18]. Ebdon termine bien la saison 2000-2001, et remporte son quatrième titre de classement à l'Open d'Écosse[19]. Il finit la saison à la 7e place mondiale.

En début de saison 2001-2002, Peter Ebdon subit une lourde défaite en finale de la coupe LG (contre Stephen Lee)[20]. En 2002, Ebdon obtient sa revanche sur Stephen Hendry en finale du championnat du monde, s'imposant sur le score très accroché de 18-17, dans une manche décisive particulièrement décousue selon les spécialistes[21]. Cette victoire lui permet de retrouver son meilleur classement mondial pour la saison suivante. Cependant, cette prochaine saison est moins réussie ; Peter Ebdon n'atteint pas la moindre finale et se voit descendre en dehors du top 5, ne parvenant pas à récupérer la première place mondiale ; son objectif de la saison.

Ebdon à l'Open de Bruges 2010.

En 2004, Ebdon remporte un nouveau tournoi de classement, lors du Masters d'Irlande[22]. Au championnat du monde 2005 où Peter Ebdon est demi-finaliste, les aficionados du snooker commencent à remettre en cause la lenteur de Ebdon ; certains osent même l'accuser de matraquage psychologique et de triche. Cette controverse explose après son match de quart de finale qui l'a opposé à O'Sullivan. Mené 8-2, Ebdon commence à jouer la montre et s'impose contre toute attente, 13 à 11[23]. Les journalistes jubilent et continuent d'affoler les spectateurs, en comparant un break de 12 points, réalisé par Ebdon en cinq minutes, avec le break de 147 points de 1997, réalisé par O'Sullivan en un peu plus de cinq minutes[24].

Finaliste malheureux du championnat du monde de snooker 2006[25], il remporte le championnat du Royaume-Uni en 2006[3], inscrivant ainsi sa deuxième victoire sur un tournoi majeur de la triple couronne. Sur son parcours, il élimine notamment Mark Selby[26], Ding Junhui[27], John Higgins[28] et Stephen Hendry en finale, sur le score de 10-6[29]. En fin de saison, il retrouve la 6e place mondiale ; son meilleur classement depuis 2002-2003.

Un peu moins performant, il remporte tout de même le fameux Open de Chine 2009, dominant son rival John Higgins en finale, 10 manches à 8[30]. A la fin de cette saison, il redescend en dehors du top 10, au quatorzième rang ; son plus mauvais depuis ses débuts chez les professionnels.

Peter Ebdon en 2014.

Dernier titre classé et baisse de régime (2011-2015)[modifier | modifier le code]

A l'issue de la saison 2009-2010, Peter Ebdon redescend au 18e positionnement du classement, sortant ainsi du top 16 pour la première fois en plus de 16 ans[31]. Compétiteur acharné et déterminé à revenir, Ebdon met les bouchées doubles et réalise une bonne saison 2010-2011, réalisant une demi-finale à l'Open mondial. Egalement quart de finaliste au Masters et à l'Open de Chine, Ebdon revient dès la fin de saison dans le top 16 mondial[32].

En 2012, Ebdon sauve une mauvaise saison, et remporte son neuvième titre classé à l'Open de Chine (Pékin), en battant 10-9 l'Écossais Stephen Maguire, 8e joueur mondial[4]. Il inscrit également des victoires sur d'autres joueurs du top 10 mondial : John Higgins, Neil Robertson et Ding Junhui. Cependant, sa mauvaise saison finit par le rattraper ; il redescend à la 20e place mondiale. La saison suivante, il est finaliste de l'Open d'Australie[33] et demi-finaliste du championnat international[34]. Cependant, malgré ces deux bons résultats, la chute au classement est douloureuse ; Ebdon régresse à la 30e position, à la fin de cette saison.

Après un quart de finale au championnat international 2013[35],[36] et une remontée dans le top 25 du classement, Peter Ebdon connait une nouvelle déception en fin de saison, s'inclinant pour la première fois depuis son début de carrière aux qualifications du championnat du monde. Il met ainsi fin à une série de 22 participations consécutives au Crucible. Les saisons suivantes sont encore moins bonnes ; il connait pour meilleur résultat un quart de finale au Grand Prix mondial 2015[37], s'inclinant contre son compatriote Martin Gould[38].

Peter Ebdon, finaliste malheureux du Classique Paul Hunter 2018.

Fin de carrière et retrait du circuit (2016-2020)[modifier | modifier le code]

En 2016, Peter Ebdon réalise un quart de finale à l'Open d'Inde, s’inclinant contre son vieux rival des années 90 ; Nigel Bond[39]. En avril 2017, il bat Michael Holt dans un match épique, et se qualifie pour la dernière fois de sa carrière pour le championnat du monde[40]. Au premier tour du tournoi, il affronte Stuart Bingham. Malgré un début de partie disputé, où il finit la première session à 4-5, il est battu par 10 manches à 5[41]. A la suite de la compétition, Ebdon sort du top 32 pour la première fois depuis 1992, annonçant définitivement son déclin[42].

En 2018, alors âgé de 47 ans, il dispute la finale du Classique Paul Hunter, sa 18e finale dans un tournoi classé. Il y est opposé à son jeune compatriote Kyren Wilson. A 2-0, Ebdon est plus que jamais proche d'un dixième titre classé historique. Il s'incline pourtant sur le score de 4-2, laissant passer sa dernière chance d'atteindre les dix victoires sur des tournois classés.[43]. Plus tard dans la saison, il est quart de finaliste de l'Open d'Irlande du Nord, et fait son retour dans le top 50 mondial.

En avril 2020, il annonce au monde du snooker qu'il prend sa retraite sportive, justifiant cette décision par des problèmes récurrents à la nuque[5]. Son dernier résultat officiel est un troisième tour à l'Open d'Écosse 2019. Il dispute son dernier match contre Matthew Stevens, aux qualifications du Masters d'Allemagne 2020, et s'incline par 5 à 4.

Controverse[modifier | modifier le code]

Son style de jeu prudent et sa concentration remarquable font de lui l'un des joueurs les plus lents du circuit, et par la même occasion, l'un des plus controversés. Sa victoire sur Ronnie O'Sullivan lors du championnat du monde 2005, partie durant laquelle certains de ses coups duraient plusieurs minutes, lui attira même les foudres du Times, comparant son style de jeu à une forme de tricherie[44]. À la suite de cette attaque, une plainte pour diffamation fût déposée par Ebdon contre le journal, mais n'a pas abouti. Sa lenteur fit voler en éclats la concentration de O'Sullivan, battu 13-11 malgré une avance de 5 manches.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Légende Catégorie Titres Finales
Tournois classés 9 9
Tournois non classés 4 2
Tournois pro-am 4 1
Tournois amateurs 1 0
Gras Tournois de la triple couronne[45]
Peter Ebdon (2014).

Titres[modifier | modifier le code]

Saison Nom du tournoi Lieu Finaliste Score Tableau
1989 Open Pontins (printemps) Drapeau du pays de Galles Prestatyn Drapeau de l'Irlande Ken Doherty 7-4
1990 Open d'Allemagne Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de l'Angleterre Tony Knowles 6-4
1990 Championnat du monde amateur des moins de 21 ans Drapeau de l'Australie Brisbane Drapeau de l'Angleterre Oliver King 11-9
1993-1994 Grand Prix Drapeau : Angleterre Reading Drapeau : Irlande Ken Doherty 9-6 Tableau
1994-1995 Masters d'Irlande Drapeau de l'Irlande Kill Drapeau de l'Écosse Stephen Hendry 9-8
1994-1995 Tournoi professionnel Pontins Drapeau du pays de Galles Prestatyn Drapeau de l'Irlande Ken Doherty 9-8
1995-1996 Grand Prix de Malte Drapeau de Malte Marsaskala Drapeau de l'Écosse John Higgins 7-4
1996-1997 Masters d'Écosse Drapeau de l'Écosse Motherwell Drapeau de l'Écosse Alan McManus 9-6
1996-1997 Open de Thaïlande Drapeau de la Thaïlande Bangkok Drapeau de l'Angleterre Nigel Bond 9-7 Tableau
2000-2001 Open de Grande-Bretagne Drapeau de l'Angleterre Plymouth Drapeau de l'Angleterre Jimmy White 9-6 Tableau
2000-2001 Open d'Écosse Drapeau de l'Écosse Aberdeen Drapeau de l'Irlande Ken Doherty 9-6 Tableau
2001-2002 Championnat du monde Drapeau de l'Angleterre Sheffield Drapeau de l'Écosse Stephen Hendry 18-17 Tableau
2003-2004 Masters d'Irlande Drapeau de l'Irlande Dublin Drapeau de l'Angleterre Mark King 9-8 Tableau
2006-2007 Championnat du Royaume-Uni Drapeau : Angleterre York Drapeau : Écosse Stephen Hendry 10-6 Tableau
2008-2009 Open de Chine Drapeau de la République populaire de Chine Pékin Drapeau de l'Écosse John Higgins 10-8 Tableau
2011-2012 Open de Chine (2) Drapeau de la République populaire de Chine Pékin Drapeau de l'Écosse Stephen Maguire 10-9 Tableau
2015-2016 Open de Vienne Drapeau : Autriche Vienne Drapeau : Angleterre Mark King 5-3 Tableau
2016-2017 Open de Vienne (2) Drapeau : Autriche Vienne Drapeau : Angleterre Mark Davis 5-1 Tableau
Ebdon utilisant le reposoir en 2014.

Finales perdues[modifier | modifier le code]

Saison Nom du tournoi Lieu Finaliste Score Tableau
1995 Open Pontins (printemps) Drapeau du pays de Galles Prestatyn Drapeau du pays de Galles Mark Williams 4-7
1994-1995 Classique de Dubai Drapeau des Émirats arabes unis Dubai Drapeau de l'Écosse Alan McManus 6-9 Tableau
1995-1996 Masters d'Écosse Drapeau de l'Écosse Motherwell Drapeau de l'Écosse Stephen Hendry 5-9
1995-1996 Championnat du Royaume-Uni Drapeau : Angleterre Preston Drapeau : Écosse Stephen Hendry 3-10 Tableau
1995-1996 Open d'Europe Drapeau de Malte La Vallette Drapeau de l'Angleterre John Parrott 7-9 Tableau
1995-1996 Championnat du monde Drapeau : Angleterre Sheffield Drapeau : Écosse Stephen Hendry 12-18 Tableau
1999-2000 Open de Grande-Bretagne Drapeau de l'Angleterre Plymouth Drapeau de l'Écosse Stephen Hendry 5-9 Tableau
2001-2002 Coupe LG Drapeau : Angleterre Preston Drapeau : Angleterre Stephen Lee 4-9 Tableau
2001-2002 Masters d'Irlande Drapeau de l'Irlande Dublin Drapeau de l'Écosse John Higgins 3-10
2005-2006 Championnat du monde (2) Drapeau : Angleterre Sheffield Drapeau : Écosse Graeme Dott 14-18 Tableau
2012-2013 Open d'Australie Drapeau de l'Australie Bendigo Drapeau de l'Angleterre Barry Hawkins 3-9 Tableau
2018-2019 Classique Paul Hunter Drapeau : Allemagne Fürth Drapeau : Angleterre Kyren Wilson 2-4 Tableau

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Peter Ebdon sur le site global-snooker.com « Copie archivée » (version du 6 août 2010 sur l'Internet Archive)
  2. a et b (en) « Ebdon's road to greatness », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020)
  3. a et b Hermund, « Peter Ebdon wins UK Championship » (consulté le 28 mars 2020)
  4. a et b « Ebdon edges Maguire », sur Eurosport Australia, (consulté le 28 mars 2020)
  5. a et b R. T. L. Newmedia, « Ancien champion du monde de snooker, Peter Ebdon met un terme à sa carrière », sur RTL sport (consulté le 7 mai 2020)
  6. (en-GB) « Top 10: Career Highlights of Peter Ebdon », sur SnookerHQ, (consulté le 8 mai 2020)
  7. « Peter Ebdon Player Profile », sur www.snookerdatabase.co.uk (consulté le 4 juin 2020)
  8. « Steve Davis Player Profile », sur www.snookerdatabase.co.uk (consulté le 4 juin 2020)
  9. « World Championship Snooker 1992 », sur web.archive.org, (consulté le 4 juin 2020)
  10. « snooker.org: Dubai Classic 1994 », sur www.snooker.org (consulté le 4 juin 2020)
  11. « 1995 Irish Masters Result Grid », sur www.snookerdatabase.co.uk (consulté le 4 juin 2020)
  12. « snooker.org: UK Championship 1995 », sur www.snooker.org (consulté le 4 juin 2020)
  13. « snooker.org: European Open 1996 », sur www.snooker.org (consulté le 4 juin 2020)
  14. « snooker.org: Rothmans Grand Prix 1995 », sur www.snooker.org (consulté le 4 juin 2020)
  15. « snooker.org: Thailand Open 1997 », sur www.snooker.org (consulté le 4 juin 2020)
  16. (en) Ron Florax, « CueTracker - 1996 Scottish Masters - Snooker Results & Statistics Database », sur cuetracker.net (consulté le 4 juin 2020)
  17. « brit », sur web.archive.org, (consulté le 4 juin 2020)
  18. « snooker.org: British Open 2000 », sur www.snooker.org (consulté le 4 juin 2020)
  19. « snooker.org: Regal Scottish Open 2001 », sur www.snooker.org (consulté le 4 juin 2020)
  20. « snooker.org: LG Cup 2001 », sur www.snooker.org (consulté le 4 juin 2020)
  21. (en) « Snooker: Ebdon and the trophy he tried to throw away », sur The Independent, (consulté le 4 juin 2020)
  22. « WWW Snooker: Citywest Irish Masters 2004 », sur www.snooker.org (consulté le 4 juin 2020)
  23. (en) « Snooker: O'Sullivan ground down and out », sur the Guardian, (consulté le 4 juin 2020)
  24. « Other Sport - Golf, Cricket, Tennis & More - Daily Star », sur www.dailystar.co.uk (consulté le 4 juin 2020)
  25. (en-GB) « Dogged Dott wins epic world final », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2020)
  26. « Gale Power Search - Document - Ebdon eases past Selby », sur go.gale.com (consulté le 4 juin 2020)
  27. (en-GB) Clive Everton, « Snooker: Ebdon takes semi-final place », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 4 juin 2020)
  28. « PressReader.com - Journaux du Monde Entier », sur www.pressreader.com (consulté le 4 juin 2020)
  29. (en-GB) « Ebdon beats Hendry to join elite », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2020)
  30. (en-GB) « Ebdon outlasts Higgins in final », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2020)
  31. (en-GB) « Ebdon drops out of world's top 16 », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2020)
  32. « Ranking after 2011 WSC », sur www.webcitation.org (consulté le 4 juin 2020)
  33. (en-GB) « Hawkins wins maiden ranking title », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2020)
  34. (en-GB) « Win makes Trump world number one », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2020)
  35. (en) « International Championship: Peter Ebdon progresses at Neil Robertson's expense », sur Sky Sports (consulté le 4 juin 2020)
  36. (en-GB) « Ding wins to maintain hat-trick bid », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2020)
  37. Blake Welton, « WATCH: Peter Ebdon shocks Masters winner Shaun Murphy at Snooker World Grand Prix », sur northwales, (consulté le 4 juin 2020)
  38. Liam Randall, « WATCH: Stuart Bingham and Martin Gould book their place in World Grand Prix semis », sur northwales, (consulté le 4 juin 2020)
  39. (en-US) « Murphy / McGill / Wilson / Bond Into Semis », sur World Snooker, (consulté le 4 juin 2020)
  40. (en) « Peter Ebdon beats Michael Holt in epic World Championship qualifier », sur Sky Sports (consulté le 4 juin 2020)
  41. (en-GB) « Bingham beats Ebdon in Crucible opener », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2020)
  42. « Ranking History - snooker.org », sur www.snooker.org (consulté le 4 juin 2020)
  43. (en) « Paul Hunter Classic: Kyren Wilson beats Peter Ebdon for second ranking title », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020)
  44. « Snookered by fair comment - Times Online », sur web.archive.org, (consulté le 4 juin 2020)
  45. Championnat du monde, championnat du Royaume-Uni et Masters.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]