Peter Bessone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peter Bessone
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance ,
New Bedford (États-Unis)
Décès ,
Irvine (États-Unis)
Joueur décédé
Position Défenseur
Tirait de la gauche
A joué pour Red Wings de Détroit (LNH)
Hornets de Pittsburgh (LAH)
Barons de Cleveland (LAH)
Reds de Providence (LAH)
Indians de Springfield (LAH)
Carrière pro. 1938-1950

Temple de la renommée américain : 1978

Peter « Pete » Bessone, épelé quelques fois Besson[1], (né le à New Bedford dans l'État du Massachusetts aux États-Unis - mort le à Irvine, dans l'État de la Californie aux États-Unis) est un joueur professionnel de hockey sur glace américain qui évoluait en position de défenseur[2].

Plusieurs fois champion de France avec le Stade français au débuts des années 1930, il est sélectionné en équipe des États-Unis pour le championnat du monde 1934 où elle termine deuxième.

En 1938, il fait ses débuts professionnels avec les Red Wings de Détroit de la Ligue nationale de hockey (LNH). Il passe ensuite neuf saisons dans la Ligue américaine de hockey (LAH), remportant la Coupe Calder en 1945 avec les Barons de Cleveland. En 1978, il est intronisé au Temple de la renommée du hockey américain[3].

Son frère cadet Amo a connu une courte carrière de joueur professionnel avant de devenir pendant vingt-huit ans l'entraîneur-chef emblématique des Spartans de Michigan State du Championnat NCAA. En 1992, il entre à son tour au Temple américain[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Natif de New Bedford dans l'État du Massachusetts, Peter Bessone fait ses études à une high school de West Springfield. Il y devient un athlète confirmé pratiquant le football américain, le baseball et le hockey sur glace. Suivant la fin de ses études, il se tourne définitivement vers le hockey et joue pour une équipe locale, les West Side Rangers[5].

Les années folles du Vel'D'hiv[modifier | modifier le code]

En 1931, il tente sa chance en Europe et s'installe à Paris en France où il joint la section hockey du Stade français[5] qui vient d'être créée à l'initiative du promoteur américain Jeff Dickson. Très vite, Bessone devient l'une des coqueluches du public parisien durant les années folles du Vel'D'hiv[5]. Comptant également le vétéran Gerry Geran dans son effectif, le Stade remporte son premier titre de champion de France dès sa saison inaugurale, dominant en finale leurs rivaux du Racing Club de France[6].

L'année suivante, les stadistes affronte le Central Hockey Club des frères Ramsey en demi-finales. Menés 2-0 suite à des buts de Charles Ramsay, les tenants du titre reviennent grâce à des réalisations de ses américains poussant la partie en prolongation au cours de laquelle Bessone donne la victoire aux siens[7]. En finale, le Stade retrouve le Racing et Bessone est de nouveau l'auteur du but victorieux, le seul de la rencontre, offrant ainsi un second titre consécutif l'année du cinquantième anniversaire du club omnisports[8].

Pour la saison 1933-1934, la section est renommé les Rapides de Paris. En décembre, ils se rendent à Davos en Suisse et prennent part à la Coupe Spengler. Vainqueurs du LTC Prague et de l'Université de Cambridge au premier tour, les Rapides se qualifient pour la finale mais s'inclinent face au club local sur un but de Bibi Torriani[9]. En février, Pete Bessone est appelé à renforcer l'équipe des États-Unis pour le championnat du monde organisé à Milan en Italie. Au cours de la demi-finale gagnée 3-0 face à l'Allemagne, il inscrit deux buts et fait une passe sur le troisième. En finale, les américains sont battus par le Canada[10]. Quelques jours plus tard, Bessone retrouve la glace parisienne. Vainqueurs des Français Volants en demi-finales, les Rapides remportent leur troisième titre aisément face au Chamonix HC sur la marque de 7 buts à 0, Bessonne inscrivant deux[11].

La saison suivante, l'équipe reprend le nom de son club-parent. De novembre à février, le Stade dispute la Coupe Internationale, une compétition opposant des clubs européens. Deuxièmes de leur groupe à égalité de points avec le club anglais de Streatham, les stadistes sont éliminés suivant les deux matchs d'appui joués face à cette équipe, éventuel vainqueur de la coupe[12]. Pour consolation, le Stade remporte quelque temps plus tard son quatrième sacre consécutif de champion de France, dominant en finale des Français Volants emmenés par Albert Hassler[13].

L'édition 1935-1936 marque la fin du règne des stadistes sur la scène nationale. Après avoir battu Chamonix en demi-finale, ils retrouvent les Français Volants. Cette année-là, la finale est jouée sur deux matchs. Victorieux lors de la première sur la marque de 3-2, les Volants gagnent la seconde 7 buts à 5 et remportent leur premier titres[14]. Ces rencontres sont les dernières que Bessone joue à Paris, celui-ci retournant aux États-Unis durant l'automne qui suit[3].

Retour aux États-Unis et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

À son retour, Peter Bessone joint les Yellow Jackets de Pittsburgh de l'Eastern Amateur Hockey League (EAHL)[3], une équipe dirigée par Dinny Manners[15] et qui a pour portier Frank Brimsek, future membre du Temple de la renommée alors au début de sa carrière[16]. Les Jackets terminent quatrième et avant-dernier de la ligue[17]. Auteur de 10 points en 47 parties joués, l'imposant défenseur est nommé dans la seconde équipe d'étoiles[3].

Bessonne débute l'édition 1937-1938 avec les Pontiacs de Détroit de la Michigan-Ontario Hockey League, un club-école des Red Wings de Détroit de la Ligue nationale de hockey (LNH)[18]. En janvier, il est appelé par l'entraîneur-chef des Wings Jack Adams qui cherche un remplaçant pour Ebbie Goodfellow blessé. Le 15, il signe avec la franchise un contrat de deux ans[19] et, le soir même, fait ses débuts professionnels lors d'un déplacement chez les Maroons de Montréal[18]. Après quelques parties jouées en LNH, il finit la saison avec l'équipe affiliée à Détroit dans l'International-American Hockey League (IAHL), les Hornets de Pittsburgh. Deuxième de la division Ouest[20], les Hornets sont éliminés en première ronde des séries éliminatoires par les Stars de Syracuse deux victoires à aucune[21]. La saison terminée, les Red Wings, qui ont manqué les séries[22], et les Canadiens de Montréal se rendent en Angleterre et en France où ils jouent une séries de neuf matchs, les premiers disputés par des équipes de la LNH en Europe[23]. Au sein de l'effectif de Détroit retenu par Adams se trouve Bessone[24].

Carrière en LAH[modifier | modifier le code]

Avec les Hornets de Pittsburgh[modifier | modifier le code]

Pete Bessone dispute l'édition 1938-1939 entièrement avec Pittsburgh. Bien que comptant le meilleur pointeur et passeur de la ligue Don Deacon[25], les Hornets terminent derniers de la division Ouest[26]. Avec 87 minutes de pénalité, Bessone est le joueur le plus pénalisé de son équipe[27] et le troisième de la ligue[28].

La saison 1939-1940 débute avec l'arrêt de l'affiliation de l'équipe avec les Red Wings[29] qui cèdent les droits sur le défenseur à l'équipe de la Pennsylvanie[30]. Les Hornets réalisent un meilleur parcours que l'année précédente, finissant deuxième de leur division[31]. Associé à Mickey Blake en défense, Bessone se classe premier de l'IAHL en termes de pénalité avec 100 minutes[32], le premier joueur à atteindre cette barre dans l'histoire de la franchise[33]. Au cours des séries, Pittsburgh élimine les Indians de Springfield puis les Bears de Hershey, deux victoires à une à chaque reprise. Pour leur première finale de la Coupe Calder, les joueurs au maillot frappé d'un P s'inclinent face aux Reds de Providence, battus en trois parties[34].

Peu de temps avant le début de l'exercice 1940-1941, les directeurs de l'IAHL décident de renommer la ligue American Hockey League - Ligue américaine de hockey (LAH) en français[35]. En décembre, alors qu'il continue de se distinguer par son jeu rugueux[36], Bessone est diagnostiqué avec une affection cardiaque, le forçant de suspendre sa carrière avec peu de chances de la reprendre[37]. Cependant durant l'été suivant, il reçoit une convocation de se présenter à un bureau de recrutement des forces armées américaines. L'examen médical indique qu'il en bonne condition physique pour être enrolé mais est rejeté car il est âgé de plus de 28 ans. Son affection ayant disparu, il décide donc de rechausser les patins[38].

De retour avec les Hornets[39], Bessone fait un début de saison 1941-1942 en douceur avant de retrouver son style de jeu agressif[38]. Le 3 février, avec la Seconde Guerre mondiale rageant, la LAH organise son premier Match des étoiles dont les recettes sont partagées entre les Croix-Rouges américaine et canadienne[40]. La rencontre oppose une équipe de joueurs de la Division Est à une la Division Ouest. Parmi les joueurs retenus dans l'équipe Ouest, Bessone est choisi pour la première ligne de défense, associé à Chuck Shannon des Bisons de Buffalo[41]. À l'entame de la troisième période, il fait une passe décisive à Les Cunningham des Barons, égalisant le score à 2 buts partout. L'équipe Est s'impose finalement sur la marque de 5-4[40]. Quelques semaines plus tard, la saison régulière se termine et Pittsburgh se classe dernier de sa division[42]. Bessone finit de nouveau le joueur le plus puni de son équipe avec 102 minutes[43], soit 4 de moins que Bob Dill des Indians, premier de la ligue[44].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[3]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1936-37 Yellow Jackets de Pittsburgh EAHL 47 6 4 10 53
1937-38 Pontiacs de Détroit MOHL 15 6 2 8 38
1937-38 Red Wings de Détroit LNH 6 0 1 1 6
1937-38 Hornets de Pittsburgh LAH 16 1 1 2 4 1 0 0 0 0
1938-39 Hornets de Pittsburgh LAH 53 3 8 11 87
1939-40 Hornets de Pittsburgh LAH 54 4 8 12 100 9 0 2 2 20
1940-41 Hornets de Pittsburgh LAH 17 0 3 3 22
1941-42 Hornets de Pittsburgh LAH 53 2 18 20 102
1942-43 Hornets de Pittsburgh LAH 54 10 16 26 92 2 0 0 0 4
1942-43 Barons de Cleveland LAH 1 0 0 0 0
1943-44 Barons de Cleveland LAH 50 6 20 26 119 11 0 1 1 6
1944-45 Barons de Cleveland LAH 60 6 26 32 100 12 1 2 3 18
1945-46 Barons de Cleveland LAH 50 2 14 16 88 8 0 0 0 9
1946-47 Reds de Providence LAH 54 4 9 13 94
1949-50 Indians de Springfield LAH 4 0 0 0 2
Totaux LAH 466 38 123 161 810 43 1 5 6 57

Transactions en carrière[modifier | modifier le code]

Trophées et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Besson, Peter », sur A to Z Encyclopaedia of Ice Hockey (consulté le 30 mai 2011)
  2. (en) « Pete Bessone hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database (consulté le 30 mai 2011)
  3. a, b, c, d et e (en) « Pete Bessone, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 30 mai 2011)
  4. (en) « Amo Bessone, biography & profile », sur U.S. Hockey Hall of Fame (consulté le 30 mai 2011)
  5. a, b et c (en) « Peter Bessone, biography & profile », sur U.S. Hockey Hall of Fame (consulté le 30 mai 2011)
  6. (fr) « Championnat de France 1931/32 », sur Hockey Archives (consulté le 30 mai 2011)
  7. (fr) « Stade Français - Central HC (9 mars 1933) », sur Hockey Archives (consulté le 30 mai 2011)
  8. (fr) « Stade Français - Racing (11 mars 1933) », sur Hockey Archives (consulté le 30 mai 2011)
  9. (fr) « Matches amicaux internationaux entre clubs 1933/34 », sur Hockey Archives (consulté le 30 mai 2011)
  10. (fr) « Championnat du monde 1934 », sur Hockey Archives (consulté le 30 mai 2011)
  11. (fr) « Championnat de France 1933/34 », sur Hockey Archives (consulté le 30 mai 2011)
  12. (fr) « Coupe Internationale 1934/35 », sur Hockey Archives (consulté le 30 mai 2011)
  13. (fr) « Championnat de France 1934/35 », sur Hockey Archives (consulté le 30 mai 2011)
  14. (fr) « Championnat de France 1935/36 », sur Hockey Archives (consulté le 31 mai 2011)
  15. (en) « Rennison "Dinny" Manners hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database (consulté le 31 mai 2011)
  16. (en) « Frank Brimsek, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 31 mai 2011)
  17. (en) « 1936-37 Eastern Hockey League (EHL) », sur The Internet Hockey Database (consulté le 31 mai 2011)
  18. a et b (en) « Bessone Makes Pro Debut », The Montreal Gazette,‎ , p. 14 (lire en ligne)
  19. (en) « Heavy Schedule Facing National Hockey League With Every Team to Play », The Calgary Daily Herald,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  20. (en) « 1937-38 International-American Hockey League (IAHL) », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 juin 2011)
  21. (en) « 1937-38 IAHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 juin 2011)
  22. (en) « 1937-38 National Hockey League (IAHL) », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 juin 2011)
  23. (en) « NHL overseas history », sur le site officiel de la Ligue nationale de hockey (consulté le 3 juin 2011)
  24. (en) « Plans Nearly Set For European Trip », The Montreal Gazette,‎ , p. 14 (lire en ligne)
  25. (en) « 1938-39 Pittsburgh Hornets Season Capsule », sur Pittsburgh Hockey History (consulté le 7 juin 2011)
  26. (en) « 1938-39 International-American Hockey League (IAHL) », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 juin 2011)
  27. (en) « 1938-39 Pittsburgh Hornets (IAHL) », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 juin 2011)
  28. (en) « 1938-39 IAHL League Leaders », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 juin 2011)
  29. (en) « Pittsburgh Hornets (AHL) Parent Teams) », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 juin 2011)
  30. (en) « Harris Purchases Five Hockey Players », The Pittsburgh Press,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  31. (en) « 1939-40 International-American Hockey League (IAHL) », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 juin 2011)
  32. (en) « 1939-40 IAHL League Leaders », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 juin 2011)
  33. (en) « 1939-40 Pittsburgh Hornets Season Capsule », sur Pittsburgh Hockey History (consulté le 7 juin 2011)
  34. (en) « 1939-40 IAHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 7 juin 2011)
  35. (en) « American Hockey League to Open Season Earlier », The Day,‎ , p. 13 (lire en ligne)
  36. (en) Cec Muldoon, « Law-Abiding Hornet Icers Keep Out Of Penalty Box », The Pittsburgh Press,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  37. (en) « Pete Bessone Through; Has Faulty Heart », The Windsor Daily Star,‎ , p. 3 (Third Section) (lire en ligne)
  38. a et b (en) Cecil G. Muldoon, « Army Takes Many Sports Figures, Gives One Back », The Pittsburgh Press,‎ , p. 32 (lire en ligne)
  39. (en) « Hornets Hold First Drill », The Pittsburgh Post-Gazette,‎ , p. 18 (lire en ligne)
  40. a et b (en) « Patriotic Duty: The 1942 AHL All-Star Game », sur The Chuck Miller Creative Writing Service (consulté le 14 juin 2011)
  41. (en) « All-Star Lineup Has Barons Trio », The Calgary Herald,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  42. (en) « 1941-42 American Hockey League (AHL) », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 juin 2011)
  43. (en) « 1941-42 Pittsburgh Hornets (AHL) », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 juin 2011)
  44. (en) « 1941-42 AHL League Leaders », sur The Internet Hockey Database (consulté le 14 juin 2011)