Personnalisme américain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Personnalisme.

Le personnalisme américain est un courant de pensée idéaliste, spécifique aux États-Unis, dont les principaux fondateurs à la fin du XIXe siècle sont les philosophes George H. Howison, Borden P. Bowne et Edgar S. Brightman. Il est parfois dénommé « idéalisme personnaliste » (personal idealism), notamment par Howison qui qualifie ainsi sa propre pensée.

Contrairement au personnalisme continental issu de la philosophie éthique et politique d'Emmanuel Mounier, philosophe français de la première moitié du XXe siècle, le personnalisme américain part d'une réflexion métaphysique sur la nature de la réalité pensée comme conscience personnelle et esprit individuel. D'un point de vue historique, il s'agit d'une continuation directe d'un certain courant idéaliste qui, en Allemagne, s'est développé au XIXe siècle en réaction contre l'idéalisme absolu alors dominant sur la scène philosophique allemande. Borden Bowne, en particulier, a reçu à l'Université de Göttingen l'enseignement d'Hermann Lotze, qui fut l'un des principaux acteurs de cette réaction.

On distingue principalement trois courants ou écoles au sein du personnalisme, associés à trois grandes universités américaines :

Malgré l'existence de ces courants, les personnalistes s'accordent tous sur l'idée que la réalité fondamentale du monde réside dans l'expérience personnelle, ainsi que sur la possibilité de concevoir les « esprits » séparément comme des individus à part entière. Sur le plan éthique, il accordent une valeur centrale à l'intégrité et à l'épanouissement de la personne.

Sources[modifier | modifier le code]

  • T. D. Williams, « Personalism » (section 4 : « American Personalism ») , Stanford Encyclopedia of Philosophy. En ligne
  • T. O. Buford, « Personalism » (section 4 : « North American Personalism »), Internet Encyclopedia of Philosophy. En ligne

Articles connexes[modifier | modifier le code]