Persécution des chrétiens en Chine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La persécution des chrétiens en Chine désigne une série d'actions commises contre les chrétiens en raison de leur foi.

Christianisme en Chine[modifier | modifier le code]

Le christianisme arriva en Chine sous sa version nestorienne grâce à la route de la soie à partir du VIIe siècle. À partir de 1289, les franciscains commencèrent une activité missionnaire qui fut stoppée par le gouvernement Ming au début du XIVe siècle. À partir de 1552, les jésuites organisèrent eux aussi des missions. L'un d'eux, Matteo Ricci, passa sa vie en Chine et créa l’Église chinoise en 1605. En 1773, le Pape arrête leur mission car ils sont considérés comme une secte dangereuse. Après la guerre de l'opium, les protestants se joignent aux catholiques et continuent leur mission. En 1900 se produit la rébellion des Boxers qui provoque l’exécution de plus de 30 000 chrétiens chinois et 300 missionnaires. Sous le régime communiste, le christianisme est interdit, mais il redevient légal en 1978. Cependant, cette autorisation ne concerne que les églises patriotiques sous le contrôle du gouvernement. Le nom donné à ces église est l’Église des trois autonomies.


Pendant la révolte des boxers[modifier | modifier le code]

Lors de la révolte des boxers, les chinois chrétiens étaient assimilés aux puissances occidentales. Nombre d'entre eux ont été tués par les révoltés[1],[2].


Depuis 1978[modifier | modifier le code]

Lors de l'ouverture du pays en 1978, cinq religions ont été reconnues officiellement : taoïsme, islam, catholicisme, protestantisme, et bouddhisme[3],[4].

Les différentes sortes d’églises[modifier | modifier le code]

En Chine, les églises chrétiennes officielles coexistent avec les églises de maison (clandestines).


Loi chinoise[modifier | modifier le code]

Selon l'Observatoire de la liberté religieuse, la constitution accorde en théorie la liberté de religion, mais celle-ci ne doit pas interférer avec le parti communiste chinois[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfred Bosshardt, Conduit par sa main, Éditions des groupes missionnaires, Chaux-de-Fonds, 1978, p. 186
  • Boyd-MacMillan, Charnières invisibles du royaume, Chaînes et Roseaux, France, 2006, p. 67
  • Boyd-MacMillan, Faith that endures, Soverein World, USA, 2006, p. 364
  • Alex Buchan, Leçon de souffrance, Chaînes et Roseaux, France, 2002, p. 56
  • Alex Buchan, Secrets oubliés, Chaînes et Roseaux, France, 2005, p. 76
  • Anneke Companjen, … mais leur joie demeure !, L.L.B., France, 2004, p. 253
  • Johan Companjen, Betet für uns, R. Brockhaus, Allemagne, 2002, p. 262
  • Frère André, Le Contrebandier, Eau Vive, Genève, 1998, p. 341
  • Frère André et Becker Verne, Je cherche mes frères, L.L.B., Montélimar, 1998, p. 252
  • Là où la foi coûte le plus ! (Carte du monde avec index de persécution), édition Portes-Ouvertes, 2007
  • Portes-Ouvertes, Arrêts sur image, Chaînes et Roseaux, France, 2005, p. 77
  • Benoît Vermander, Les mandariniers de la rivière Huai, Desclée de Brouwer, Lonrai, 2002, p. 252
  • Wang-Ming Tao, Façonné par la main du Maître, Sévené, Southampton, 1998, p. 208

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Bambou en hiver, édition Portes-Ouvertes, 58 minutes
  • The Cross, Jesus in China, China Soul for Christ Foundation, 4 heures

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]