Perry Ellis (créateur de mode)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perry Ellis et Ellis.
Perry Ellis
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité

Perry Edwin Ellis ( - ) était un créateur de mode américain qui a fondé sa maison de vêtements de sport au milieu des années 1970. L'influence d'Ellis sur l'industrie de la mode a été qualifiée de « tournant décisif[1] » car il a introduit de nouveaux motifs et de nouvelles proportions sur un marché dominé par les vêtements pour hommes plus traditionnels.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Perry Ellis est né à Portsmouth (Virginie) le 3 mars 1940, fils unique d'Edwin et de Winifred Rountree Ellis. Son père était propriétaire d'une entreprise de production de charbon et de mazout domestique, ce qui permettait à la famille de vivre confortablement dans la classe moyenne. Perry est diplômé de la Woodrow Wilson High School de Portsmouth, en Virginie, en 1957. Il a ensuite étudié au Collège de William et Mary à Williamsburg (Virginie) et a obtenu son diplôme en administration des affaires en 1961. Pour éviter la conscription, Ellis s’est enrôlé dans la réserve des gardes-côtes des États-Unis, y compris six mois de service actif[2],[3]. Il a obtenu une maîtrise en commerce de détail de l'université de New York en 1963[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Perry Ellis a débuté dans la grande distribution à Richmond (Virginie) pour acquérir de l'expérience dans le secteur de la mode en tant qu'acheteur et marchandiseur au magasin Miller - Rhoads[5]. Pendant son séjour là-bas, il a été co-fondateur du magasin de détail A Richmond, à Richmond. Il a ensuite rejoint la société de vêtements de sport John Meyer de Norwich à New York. Finalement, au milieu des années 1970, il fut contacté par son employeur de l’époque, The Vera Companies, célèbre pour ses tailleurs en polyester à double maille, afin de leur créer une collection de mode. Peu de temps après, Ellis présenta sa première ligne de vêtements de sport pour femmes, appelée Portfolio, en novembre 1976. Bien qu’il ne puisse pas esquisser, il savait exactement comment l’industrie fonctionnait et s’était avéré un maître des idées novatrices qui avaient créé les « nouveaux classiques » tant attendus par les femmes américaines.

Perry Ellis, avec la société mère des sociétés Vera, Manhattan Industries, a fondé sa propre entreprise, Perry Ellis International, en 1978. Il a ouvert son showroom sur la Septième Avenue à New York. En tant que président et designer principal de la société, il a ensuite développé Perry Ellis Menswear Collection.   - marqué par « des classiques non traditionnels et modernes. » Peu à peu, il a ajouté des chaussures, des accessoires, des fourrures et du parfum qui portent tous son nom.

Au cours des années 1980, la société a continué à se développer et à inclure divers labels tels que Perry Ellis Collection et Perry Ellis Portfolio. En 1982, la société comptait plus de 75 employés. En 1984, Perry Ellis America a été créée en coopération avec Levi Strauss. En 1985, il a relancé sa gamme de produits Portfolio, moins coûteux. Au début des années 1980, les revenus de gros[Quoi ?] s’élevaient à environ 60 millions de dollars. En 1986, ce chiffre était passé à environ 260 millions de dollars[6].

Très apprécié, professionnellement et personnellement, Perry Ellis pensait que "la mode meurt quand on la prend trop au sérieux"[5]. Michael Bastian a commenté dans le design de mode de Perry Ellis que « personne ne l’a fait mieux. Il a su rester moderne sans pour autant être antiseptique », tandis que Steven Kolb, PDG du Conseil des créateurs de mode des États-Unis, décrivait la mode d'Ellis comme « ma façon de progresser dans la mode, tout en maintenant un niveau de confort satisfaisant. Cela a aidé à définir ma personnalité. »

Perry Ellis a été président du Conseil des créateurs de mode américains (CFDA) de 1984 à 1986.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1981, Perry Ellis a commencé une relation avec l'avocat Laughlin Barker (1948 - 2 janvier 1986)[7] Plus tard cette année-là, Ellis nomma Barker président de la division Licences de Perry Ellis International. Ils sont restés ensemble jusqu'à la mort de Barker en janvier 1986[8]..

En février 1984, Perry Ellis et son ami de longue date, producteur de télévision et écrivain Barbara Gallagher, ont conçu un enfant ensemble par insémination artificielle. Leur fille, Tyler Alexandra Gallagher Ellis, est née en novembre 1984. Ellis a acheté une maison pour Gallagher et leur fille à Brentwood, à Los Angeles, et lui rendait visite fréquemment. En 2011, Tyler a lancé sa première ligne de sacs à main sous le nom de Tyler Alexandra[9].

La maladie et la mort[modifier | modifier le code]

En octobre 1985, des rumeurs selon lesquelles Perry Ellis aurait contracté le sida ont commencé à faire surface lorsqu'il est apparu sur le podium à la fin de son défilé de mode d'automne. À ce moment-là, Ellis avait perdu beaucoup de poids et paraissait beaucoup plus âgé. Vers la même époque, Laughlin Barker, le partenaire d'Ellis, suivait une chimiothérapie pour le sarcome de Kaposi, un cancer lié au sida qui s'est ensuite métastasé aux poumons. Ellis continua de nier qu'il était malade, mais les rumeurs sur sa maladie persistaient après un évanouissement dans une file d'attente lors d'une soirée à l'Institut du costume en décembre 1985[10]. Le , Barker est décédé d'un cancer du poumon chez le couple à Manhattan[8]. Après la mort de Barker, la santé d'Ellis a rapidement décliné. En mai 1986, Ellis avait contracté une encéphalite virale qui lui causait une paralysie d'un côté du visage. Malgré son apparence, il a tenu à se présenter à son défilé de mode d'automne qui s'est tenu à New York le 8 mai. À la fin du spectacle, Ellis a tenté de marcher sur la piste pour son dernier arc, mais était tellement faible qu'il a dû être soutenu par deux assistants. C'était sa dernière apparition publique. Ellis a été hospitalisé peu de temps après et est tombé dans le coma[11]. Il est décédé des suites d'une encéphalite virale le [4]. Un porte-parole de la société Ellis n'a pas voulu dire si le décès du créateur était lié au sida, déclarant : "C'étaient les souhaits de Perry"[12].

La plupart des journaux ont omis les rumeurs sur le SIDA de la notice nécrologique de Perry Ellis et ont simplement attribué sa mort à une encéphalite. En août 1986, Patricia Morrisroe, écrivain du magazine New York, a écrit un article sur Ellis dans lequel elle a conclu que "beaucoup de gens croient que Ellis est atteint du sida et, compte tenu des éléments de preuve, cela semble probable."[13] Dans un article publié en 1993 par Associated Press, Ellis figurait sur la liste des victimes du sida les plus connues[4].

Héritage[modifier | modifier le code]

En 1986, le prix annuel Perry Ellis, désormais appelé Swarovski Emerging Talent Award, a été créé pour rendre hommage aux talents émergents dans le monde des créateurs de mode pour hommes et pour femmes. Le premier designer à le recevoir fut David Cameron.

Bien qu'il ait travaillé comme designer pendant moins d'une décennie, plus de 25 ans après sa mort, son travail "est toujours considéré comme incroyablement influent"[1].

En 1999, la société textile Supreme International, établie à Miami, a acheté la marque Perry Ellis à Salant, titulaire de la licence de Perry Ellis, qui l’a acquise de Manhattan Industries en 1986. Supreme s’est renommée Perry Ellis International et la société est devenue négociée au NASDAQ sous PERY. Perry Ellis International est également propriétaire et licencié d'autres marques de mode notables, telles que Original Penguin de Munsingwear, Cubavera, C & C Californie, Rafaella, Laundry de Shelli Segal, Ben Hogan, Jantzen, Nike Swim et Callaway, entre autres.

À l'aube du XXIe siècle, le nom de Perry Ellis a continué à se développer. S'appuyant sur les styles proposés par Ellis, la marque a poursuivi sa croissance, collaboré avec d'autres créateurs, tels que Duckie Brown, et a été acclamée par la critique.

Prix[modifier | modifier le code]

  • Perry Ellis a remporté huit prix Coty entre 1979 et 1984, sa dernière année.
  • Il a reçu le prix de la mode du Conseil des créateurs de mode des États-Unis (CFDA) en 1981.
  • Lors de la remise des prix CFDA au Lincoln Center de New York en 1986, Ellis reçut un hommage spécial à titre posthume.
  • En 2002, Perry Ellis a été honorée avec une plaque commémorative en bronze blanc encastrée sur le trottoir de la Septième Avenue à New York sur le Fashion Walk of Fame situé sur la partie de la Septième Avenue et appelé « Fashion Avenue ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Bee-Shyuan Chang, « Perry Ellis Still Has Something To Say », nytimes.com,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  2. « Perry Ellis », Famous Fashion Designers, Famous Fashion Designers.org (consulté le 6 septembre 2014)
  3. Lipke, « Reconsidering the Perry Ellis Legacy », Fashion Features, Women's Wear Daily, (consulté le 6 septembre 2014)
  4. a b et c « Perry Ellis, Fashion Designer, Dead - Obituary », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  5. a et b « Perry Ellis », Biography.com (consulté le 5 décembre 2013)
  6. Morrisroe, « The Death and Life Of Perry Ellis », New York Magazine, New York Media, LLC, vol. 19, no 31,‎ , p. 28 (ISSN 0028-7369, lire en ligne)
  7. Morrisroe 1986 p.32
  8. a et b Morrisroe 1986 p.36
  9. Elaine Louie, « Finding the Design in Her DNA », nytimes.com,‎ (lire en ligne)
  10. Morrisroe 1986 p. 34-35
  11. Morrisroe 1986 p. 36, 39
  12. Singleton, « Dilemma In Aids Deaths: To Tell Or Not », philly.com, (consulté le 13 mars 2013).
  13. Shaw, « Journalistic Ethics : AIDS Rumors--Do They Belong in News Stories? », latimes.com, (consulté le 13 mars 2013), p. 1.

Liens externes[modifier | modifier le code]