Conure veuve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Perruche-souris)

Myiopsitta monachus

Myiopsitta monachus
Description de cette image, également commentée ci-après
Myiopsitta monachus adulte
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Psittaciformes
Famille Psittacidae
Genre Myiopsitta

Espèce

Myiopsitta monachus
(Boddaert, 1783)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe II de la CITES Annexe II , Rév. du 12/01/2005

La Perriche veuve (Myiopsitta monachus), anciennement Conure veuve, encore appelée Perruche veuve[1], Perruche torrègne, Perruche veuve, Perruche moine, Perruche-souris, Perruche Quaker (Etats-Unis et Canada) ou Perruche jeune-veuve (cotorra en Argentine), est une espèce d'oiseaux de l'ordre des Psittaciformes et de la famille des psittacidés. En tant que Psittacidé, le terme « conure » est à préférer[2], « perruche » étant plutôt réservé aux Psittaculidés[3].

Description[modifier | modifier le code]

Cette espèce est de couleur verte, avec le front et la poitrine gris pâle, les couvertures sus-alaires bleues et le dessous des rémiges bleu foncé. Elle mesure environ 29 cm de longueur pour une envergure de 48 cm et une masse de 100 g. Il n'y a pas de dimorphisme sexuel, cependant habituellement les femelles présentent un poids plus réduit de 10 à 20%.

Répartition[modifier | modifier le code]

La Perriche veuve est originaire du Brésil, du Paraguay et de l'Argentine. L'espèce est désormais implantée dans l'est des États-Unis, au nord jusqu'à Chicago et au Massachusetts[4]. Des colonies, généralement issues de lâchers sauvages, sont installées dans certaines régions d'Europe : en Espagne (parc Montjuic à Barcelone, mais aussi en Andalousie) et en France, notamment à Montpellier (quartier des Aubes), à Marseille (parc Longchamp), à Toulon et dans le parc de la Légion d'honneur à Saint-Denis (93200). En Grèce, elle est présente dans le jardin national d'Athènes. En Italie à Rome, elle est présente dans les parcs de la ville. A Bruxelles, elle est présente dans différents parcs.

Comportement[modifier | modifier le code]

Des perriches veuves dans le Cimetière de Green-Wood.

Son vol rectiligne rapide de cime en cime peut le rendre difficile à observer. Au sol, elle présente une démarche maladroite caractéristique.

Nidification[modifier | modifier le code]

L'espèce a ceci de remarquable qu'elle est la seule parmi les perruches à construire de vastes nids collectifs à entrées multiples, faits de branches et brindilles, lesquels peuvent atteindre plusieurs mètres d'envergure et peser jusqu'à 200 kg. Ces nids volumineux peuvent endommager les immeubles et les lignes électriques[5]. La femelle pond de 4 à 6 œufs par ponte. La durée d'incubation est de 23 à 25 jours.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Sa sous-espèce Myiopsitta monachus luchsi est désormais considérée comme l'espèce à part entière Myiopsitta luchsi[6].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après la classification de référence (version 5.1, 2015) du Congrès ornithologique international, cette espèce est constituée des sous-espèces suivantes (ordre phylogénique) :

  • Myiopsitta monachus cotorra (Vieillot, 1818) ;
  • Myiopsitta monachus monachus (Boddaert, 1783) ;
  • Myiopsitta monachus calita (Jardine & Selby, 1830).

Galerie[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Josep del Hoyo, Nigel J. Collar ; avec David A. Christie, Andrew Elliott, Lincoln D. C. Fishpool, Illustrated Checklist of the Birds of the World, volume 1 (Non-passerines), HBW & BirdLife International, Barcelona : Lynx Edicions, 2014. (ISBN 9788496553941).
  2. « Classement alphabétique de la liste des espèces de la famille des Psittacidés - 181 espèces répertoriées. », sur oiseaux.net (consulté le 21 août 2020).
  3. « Classement alphabétique de la liste des espèces de la famille des Psittaculidés - 192 espèces répertoriées. », sur oiseaux.net (consulté le 21 août 2020).
  4. Sibley D.A. (2006) Le guide Sibley des oiseaux de l'est de l'Amérique du Nord. Ed. Michel Quintin, Waterloo, Canada, 433 p.
  5. Piero Genovesi, « Les oiseaux de ravage », Courrier International, no 1513,‎ , p. 41
  6. Congrès ornithologique international, version 5.1

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • BURGER, J. & GOCHFELD, M. (2009) : Exotic monk parakeets in New Jersey : nest site selection, rebuilding following removal, and their urban wildlife appeal., 12 : 185-196