Perriers-la-Campagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perriers.
image illustrant une commune de l’Eure
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Eure.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Perriers-la-Campagne
L'église Saint-Maclou.
L'église Saint-Maclou.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Brionne
Intercommunalité Communauté de communes Bernay Terres de Normandie
Statut Commune déléguée
Maire délégué Claude Weber
2017-2020
Code postal 27170
Code commune 27452
Démographie
Gentilé Perricampois
Population 404 hab. (2014)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 08″ nord, 0° 44′ 45″ est
Altitude Min. 130 m – Max. 147 m
Superficie 4,47 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Nassandres sur Risle
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
Perriers-la-Campagne

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
Perriers-la-Campagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Perriers-la-Campagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Perriers-la-Campagne

Perriers-la-Campagne est une ancienne commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Perriers-la-Campagne est une commune située sur le plateau du Neubourg.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Perer en 1206 [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Jackie Desrues PS Conseiller général
mars 2014 en cours Claude Weber DVD Contremaître
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 404 habitants, en augmentation de 9,78 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
415 403 490 425 403 376 376 353 318
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
312 293 306 289 265 255 249 228 243
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
257 249 208 178 177 169 179 203 190
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
191 185 224 251 308 356 338 368 404
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Perriers-la-Campagne compte deux édifices inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • L'église Saint-Mellain, Saint-Maclou (XIIe, XVe, XVIIe et XIXe)[6] ;
  • Un manoir du XVIIIe siècle détruit en 1944[7]. Toutefois, il subsiste un portail du XVIIIe siècle.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

  • La vallée de la Risle de la Ferrière-sur-Risle à Brionne, la forêt de Beaumont, la basse vallée de la Charentonne[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le prince Naruhisa Kitashirakawa y trouve la mort dans un accident automobile le

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1327[réf. incomplète]
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Église paroissiale Saint-Mellain, Saint-Maclou », notice no IA00018834, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Manoir », notice no IA00018833, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « La vallée de la Risle de la Ferrière-sur-Risle à Brionne, la forêt de Beaumont, la basse vallée de la Charentonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 3 novembre 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :