Perkins (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perkins.
Perkins
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Pays
Municipalité
Province
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Ancienne municipalité (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Histoire
Dissolution

Perkins est un village du Québec au Canada. Il est situé dans la municipalité de Val-des-Monts dans la région administrative de l'Outaouais dans l'Ouest de la province et au nord de la ville de Gatineau. Avant 1975, elle formait sa propre municipalité.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village de Perkins doit son nom à un marchand de tissu américain nommé John Adams Perkins[1].

Presbytère de la paroisse Saint-Antoine-de-Padoue
Paroisse Saint-Antoine-de-Padoue à Perkins

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1845, John Adams Perkins fut le premier colon à avoir bâti un moulin à scie au Nord de Templeton dans la région de l'Outaouais

Avec l’évolution de ses chantiers et avec l’aide de ses bûcherons, John Adam Perkins s’est procuré des terres et des forêts et décida de développer ce lieu. Au fil des années, des colons-français se sont installés auprès du moulin et du lac McGregor. [1][2]

En 1950, le village de Perkins atteint le lac McGregor qui était accessible seulement en canot, mais avec le développement du village on peut s'y rendre aujourd'hui en voiture.

En 1975, elle a été rattachée à la municipalité de Val-des-Monts située au nord de Gatineau[3].

En 1878, grâce à la découverte du phosphate et à l’exploitation des mines, le village de Perkins devint alors une région connu comme le plus grand centre canadien de phosphate et plus tard le mica.

Vers le vingtième siècle, la région de Perkins fut frapper par une crise économique qui toucha toute sa population et causa la perte des terres et la fermeture des mines[4].

Paroisse Saint-Antoine-de-Padoue[modifier | modifier le code]

La mission catholique a été fondée en 1851[5],[6]. Le , Mgr Joseph-Eugène-Bruno Guigues, le premier évêque d'Ottawa, accompagné du curé Ginguet, bénit la chapelle qu'il plaça sous la protection de saint Antoine de Padoue. Cette chapelle était située en face du presbytère actuel. Le , la mission reçut son premier curé résident, l'abbé Joseph Pilon. En 1890, le presbytère fut construit. Le , la paroisse est érigée canoniquement par un décrit de Mgr Joseph-Thomas Duhamel, le second évêque d'Ottawa. Une église en brique fut alors construite. Elle est bénite par l'évêque Duhamel le . La première messe y fut chantée par le révérend Père Rouleau, qui devint plus tard le cardinal de Québec[7].

Liste des desservants de la mission[7]
Nom Dates
Monsieur Chaine 1861 à 1867
Ovide Charbonnier (curé de L'Ange-Gardien) au
Dusierre Telmon (de Pointe-Gatineau) au
Eugène Trinquier (de L'Ange-Gardien) au
Léo G. Chemin (de L'Ange-Gardien) au
Monsieur Charbonnier 1874 à 1881
Isidore Champagne (curé de Gatineau) 1881 à 1887
Liste des curés de Saint-Antoine-de-Padoue de Perkins[7]
Nom Années
Joseph Pilon 1887 à 1888
Urgel Forget 1888 à 1896
D. Bélanger 1896 à 1902
N.P. Rouillard 1902 à 1905
L. Archambault 1905 à 1911
E. A. Richard 1911 à 1920
J.-René Morin 1921 à 1934
Philorum Grignon 1934
William Scantland 1934 à 1939
Victorien Croteau 1939 à 1952
J.-Olivier Labelle 1952 à 1955
Amédée Allard 1955 à 1958
Ephrem Thivierge 1961 à 1969
Paul Bergeron 1969 à 1971
Yvan Robitaille 1971 à 1972
Hector Hamel 1972 à 1974
Jacques Belisle 1974 à 1977
Maurice Larivière 1977 à 1978
Jean-Paul Roy 1978 à 1982
Claude Patry 1982 à 1984
Gilles Pelletier 1985 à 1987
Nazaire Auger 1984 à 1994
Gaétan Bélanger 1994 à 2001
Louis-Antoine Lachance ...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis, T. (1938). Perkins, Le nord de l'Outaouais Manuel-Répertoire d'histoire et de Géographie régionale (p. 260). Ottawa, Ontario : Le Droit
  2. Manon, L. (2012). Perkins et le lac McGregor, L'autre Outaouais. Gatineau, Québec : Société pièce sur pièce et Société d'histoire d'Outaouais.
  3. Garfield, C. (dir). (1994). Outaouais, Histoire de l'Outaouais (p. 10-11). Québec : Institut québécois de recherche sur la culture
  4. Bond, Courtney C. J. (1968). Perkins, Le pays de l'Outaouais un guide historique de la région de la capitale nationale (p. 91). Outaouais : Imprimeur de la reine
  5. Le Nord de l'Outaouais (lire en ligne [PDF]), p. 260.
  6. « Val-des-Monts (Saint-Antoine-de-Padoue) », sur Originis (consulté le 29 avril 2017).
  7. a b et c 150ième anniversaire St-Antoine de Padoue, 1857-2007, Gatineau (Québec), Imprimerie D&A, .

Annexe[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]