Perchoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Faucon sur son perchoir
(miniature indienne vers 1610 -Cleveland Museum of Art)

Un perchoir, du mot perche, est un objet, une structure ou un aménagement placé en hauteur pour que des oiseaux, des animaux volants ou grimpeurs puissent s'y tenir et autant que possible s'y comporter comme leur espèce le fait dans la nature.

Usage[modifier | modifier le code]

Le terme de perchoir désigne tout objet manufacturé ou utilisé par destination par des animaux (branche d'arbre, rocher, piquet, poteau, pylône, monument) afin de pouvoir observer, chasser ou simplement s'y reposer, en grande majorité des oiseaux.

Dans la nature[modifier | modifier le code]

Le terme est d'ailleurs souvent employé pour désigner à l'extérieur tout point élevé régulièrement occupé par des animaux, ordinairement comme observatoire : les arbres morts en comportent généralement plusieurs et peuvent être préservés pour ce rôle[1].

Libellule (Sympetrum fonscolombii) sur une tige servant de perchoir

De nombreux oiseaux, à l'instar du gobemouche gris, chassent les insectes en vol depuis un perchoir dominant son territoire. Les insectes sont donc chassés à proximité immédiate des arbres, ce qui explique la nécessité d’avoir des perchoirs dégagés sur le territoire de ce type d'oiseau[2]. Le martin-pêcheur agit de même pour capturer ses proies (alevins, tétards), la plupart des photographes réussissant très souvent à prendre de beaux clichés artistiques lors de l'observation de cet oiseau sur son perchoir, lorsqu'il est en attente de sa proie[3]. Il est possible, pour un amateur éclairé de repérer les lieux habituels (« perchoir piquet » ou « perchoir branche »), utilisés par les oiseaux prédateurs pour repéreur leurs proies, notamment les rapaces, grâce à la présence de pelotes de rejection, visibles sur le sol, les « perchoirs piquets » (et uniquement eux) étant couverts de fientes[4],[5].

Les chauve-souris, à l'instar des oiseaux, utilisent des perchoirs naturels pour s'y reposer ou consommer leurs proies. Ces perchoirs sont généralement situés dans des cavités à l'écart de toutes menaces éventuelles, particulièrement des prédateurs[6].

Les primates tels que les callitrichidae (ouistiti, tamarin) sont des animaux utilisant très fréquemment des perchoirs (notamment des branches d'arbres). Les paresseux ou les koalas se suspendent également aux branches des arbres afin d'échapper à certains de leurs prédateurs.

Des insectes telles que les libellules utilisent souvent les feuilles de plantes comme perchoir, l'extrémité de ses pattes étant adaptées pour s'agripper aux tiges. Ces odonates percent d'ailleurs un trou dans ces mêmes tiges pour y déposer leurs œufs[7]. Les chenilles du genre de papillon africain Pseudacraea (en) créent des sortes de perchoirs confectionnés à partir d'une feuille de leurs plantes hôtes[8].

Dans l'aviculture[modifier | modifier le code]

Le perchoir peut consister simplement en un morceau de bois ou de matière plastique, plus ou moins horizontal, d'une section adapté à l'espèce[9]. Il fait partie des accessoires des cages à oiseaux, dans lesquelles il est souvent suspendu par des fils métalliques ou des cordelettes. On le retrouve également régulièrement sur les mangeoires.

Pour les éleveurs de poules, le perchoir joue un rôle très important. Les poules font partie de cette catégorie d'animaux (gallinacés) qui ne s’allongent pas pour dormir mais qui ont besoin de se percher. Le perchoir est donc un outil et un lieu de repos essentiel à leur bien-être[10].

Dans les volières et autres cages à nombreux occupants, les perchoirs doivent être proportionnés à leur nombre et disposés pour satisfaire les besoins des comportements sociaux et territoriaux.

Dans la cynégétique[modifier | modifier le code]

La chasse à la glu est une technique de chasse qui consiste à enduire de colle des baguettes ou des tiges. Ces planchettes, dénommées gluau, sont ensuite installées dans les branchages des arbres ou près de tout autre support servant de perchoir aux oiseaux et permettant aux chasseurs d'attraper des merles noirs et des grives qui serviront d'appelant pour attirer d'autres oiseaux qui seront tirés. Cette pratique a été condamnée par la Cour de justice de l’Union européenne[11].

Autres emplois[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Girouette en forme de deux coqs au sommet du toit d'une maison en Espagne

Un perchoir peut désigner, dans un usage familier, le nom donné à un endroit dominant un secteur, un espace, tel qu'un logement situé en étage élevé (quelquefois au sommet du bâtiment) dans un immeuble de grande hauteur[12].

Dans le christianisme, le coq, qui symbolise la lumière du jour, est très souvent installé au sommet des clochers des églises dans les pays où des personnes de confession chrétienne pratiquement leurs religion (édifices catholiques, protestants et orthodoxes), le lieu étant souvent qualifié de perchoir par analogie, notamment dans les articles de presse[13],[14].

Cet animal est également représenté au sommet de simples maisons où il sert également de girouette, mais aussi de nombreux monuments aux morts en France ou en Belgique, obélisque, colonne, ou simple support de forme verticale lui servant uniquement de perchoir.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

La notion de perchoir est utilisé dans de nombreux arts où il reste très souvent liés aux oiseaux :

« Gracieux : Aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? »
  • Dans la littérature,
    Le Perchoir de Wolfert (Wolfert's Roost) est un livre écrit par Washington Irving, publié en 1855. Le Perchoir du perroquet, est un roman de Michel Rio, publié en 1983. La fable Le Corbeau et le Renard de Jean de La Fontaine (éditée en 1668) évoque un oiseau perché sur la branche d'un arbre. Dans une autre fable du même auteur, Le Milan, le Roi et le Chasseur, daté de 1694, le nez d'un roi est choisi comme perchoir par un oiseau de proie, même si ce mot n'est jamais cité dans le poème[15].
  • Dans la musique,
    Le Perchoir est la neuvième chanson du duo musical Brigitte sortie dans l'album À bouche que veux-tu, distribué en novembre 2014.
  • Dans la peinture,
    de nombreux tableaux représentent des oiseaux sur un perchoir (très souvent un perroquet) dont Jeune femme nourrissant un perroquet est une huile sur panneau de Frans van Mieris exécuté en 1663 et rattaché à The Leiden Collection ou Study of a Parrot, huile sur panneau de bois de 1858, signé par George Cole, sans oublier le tableau de Gustave Courbet La femme au perroquet qui représente l'oiseau quittant son perchoir pour se poser sur la main d'une femme.
    La plus connue et la plus représentative de ce type d'œuvres picturales étant celle du le peintre Hector Giacomelli. Le thème le plus souvent reproduite en plusieurs versions est intitulée Passereaux alignés sur une tige de bois[16] et sur lesquelles on peut admirer vingt-quatre passereaux de couleurs variées, serrés les uns contre les autres et regardant dans toutes les directions.
Illustration (aquarelle et crayon de bois) de Hector Giacomelli, représentant 24 passereaux dont la pose et la couleur varient, perchés alignés sur un même perchoir (bâton de cage).
  • À la télévision,
    Le Perchoir de Rockhound (Rockhound's Roost) est le titre d'un épisode de la première saison de la série télévisée américaine Isis, diffusée en 1975 et 1976 sur le réseau CBS.

En politique[modifier | modifier le code]

Le perchoir du président de l'Assemblée Nationale française est situé au centre de la photo

Le mot « perchoir » désigne également, par métaphore, la chaire où siège le président de l’Assemblée nationale française.

Au niveau physique, la place est considérée comme inconfortable et n'est pas plus haute que le dernier rang de l'hémicycle, cela afin de symboliser que le président « reste un député comme les autres » mais il présente l'avantage par rapport aux sièges des autres membres de cette assemblée de pivoter sur lui-même.

Ce poste dispose également d'un boîtier pour voter et d'un bouton permettant au président de couper le micro des députés si leurs interventions durent trop longtemps[17].

Nom de lieux[modifier | modifier le code]

« Le Perchoir » était le surnom du théâtre du Perchoir, une salle de spectacles parisienne qui a accueilli de nombreux chansonniers à compter de 1916[18], année de son ouverture avant d'être transformée en cinéma durant la Seconde guerre mondiale.

Dans la tradition japonaise (liée au Shintoïsme), le Torii Torii (?) signifie littéralement « là où sont les oiseaux », mais le mot peut également se traduire plus précisément par « perchoir à coq(s) ».

Le dolmen de Kluder-Yer, situé à Carnac dans le Morbihan, signifie « perchoir à poules », en langue bretonne.

La maison arboricole, plus communément dénommée « cabane perchée », est une maison —généralement en bois— construite au sein d'un ou de plusieurs arbres.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche technique environnmentale - Biodiversité de l'ONF, automne 2010 : "Les arbres à conserver pour la biodiversité Comment les identifier et les désigner ?.
  2. Site ecobalade.fr, page sur le gobemouche gris, consulté le 23 septembre 2021.
  3. Site auxoisnature.com, page "Comment repérer le martin pêcheur ?", consulté le 23 septembre 2021.
  4. Site xn--unregarddiffrentsurlanature-moc.com, page "Piquet de parc- Piquet de clôture - Perchoir à rapaces - Poste d'affût.", consulté le 23 septembre 2021.
  5. Site agriculture-de-conservation.com, page "Lutte contre les campagnols : Une chouette idée !", consulté le 23 septembre 2021.
  6. Google Livre "Les Chauves-souris de France Belgique Luxembourg et Suisse" de Laurent Arthur et Michèle Lemaire Éditions Biotope.
  7. Site bestioles.ca, page sur les libellules, consulté le 25 septembre 2021.
  8. Site persee.fr article de Jean-Louis Amiet "Premiers états de Pseudacraea et Neptis du Cameroun : morphologie et éthologie comparées, phylogénie (Lepidoptera, Nymphalidae)", Bulletin de la Société entomologique de France Année 2000 pages 131-174.
  9. Google Livre "Guide pratique illustré pour l'éclosion et l'élevage artificiels des oiseaux de chasse et de basse-cour" de E. Roullier-Arnoult, A. Geoffroy Saint-Hilaire, Eugène Gayot.
  10. Site meilleur-poulailler.com, page "Poulailler : importance du perchoir à poule", consulté le 23 septembre 2021.
  11. Site demarchesadministratives.fr, article "La justice européenne se prononce contre la chasse à la glu", consulté le 22 septembre 2021.
  12. Site cntrl.fr, fiche sur le mot "Perchoir", consulté le 22 septembre 2021.
  13. Site larochesuryon.maville.com, article de Ouest-France "La Gaubretière. Le coq du clocher retrouve son perchoir ", consulté le 23 septembre 2021.
  14. Site leparisien.fr, article de S.T "Le coq retrouve son perchoir sur l'église", consulté le 23 septembre 2021.
  15. Site Persee.fr Article "Une source linguistique de la fable Le milan, le roi et le chasseur" in Littératures classiques Année 1980 pages 179-188.
  16. Notice no 50350037534, base Joconde, ministère français de la Culture
  17. Site leparisien.fr, article de Gaël Lombart, "Cinq choses à savoir sur le perchoir de l'Assemblée nationale", consulté le 22 septembre 2021.
  18. Jean Bastia et Saint-Granier, « À propos du Perchoir », La Rampe, 7 décembre 1916 (lire en ligne sur Gallica).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chroniques du perchoir pensées et confidences d'un vice-président de l'Assemblée nationale (ISBN 9782200627706) par Sylvain Waserman · 2020