Percept

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la philosophie
Cet article est une ébauche concernant la philosophie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Un percept est la forme perçue d'un stimulus externe ou de son absence. Le terme est principalement utilisé en philosophie et en psychologie comme un sense data pour expliquer la perception.

Il est important de distinguer le percept du stimulus ou de son absence. Les stimuli ne sont pas nécessairement convertis en percepts ; en fait, un seul stimulus ne le devient que rarement. En outre, l'absence de stimuli adéquats à une situation donnée peut donner lieu à de multiples percepts, éprouvés à la suite et de façon aléatoire, comme dans certaines illusions sensorielles. Modifier le percept associé au stimulus de l'illusion dans ce cas peut demander un effort de réflexion notable. Le même stimulus ou absence de stimulus peut de plus engendrer différents percepts selon l'environnement culturel du sujet ou ses expériences antérieures.

Un percept associe également les stimuli liés à différents sens dans un ensemble cohérent. L'image d'une personne parlant sur un écran de télévision, est agrégée à celle du son produit par les enceintes afin de former le percept d'une personne en train de parler. Un autre exemple de percept complet et auto-suffisant pourrait être le rêve, forme de perception qui n'est pas clairement connectée à un stimulus.

En philosophie, l'ambiguïté du stimulus est commentée par Ludwig Wittgenstein dans ses Investigations philosophiques (1953) et Rudolf Arnheim dans Art et perception visuelle : Une psychologie de l'œil créateur. En histoire de l'art, Basile Monsacré dans Esthetic experience (2015) étend la notion de percept à " l'ensemble des stimulus immatériels qui sont susceptibles de circuler au sein de la performance".

Leibniz[1], Bergson, Deleuze et Guattari[2] utilisent également le terme de « percept » pour définir la perception indépendamment du sujet, par analogie avec le concept. Deleuze explique à ce titre, dans l’Abécédaire (lettre I, Idée), que « le métier du philosophe c’est de faire des concepts, le métier de l’artiste c'est de faire des percepts. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gottfried Leibniz, Monadologie
  2. Gilles Deleuze et Félix Guattari, Qu'est-ce que la philosophie ?

Articles connexes[modifier | modifier le code]