Perboundos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Perboundos ou Perbundos (en grec : Περβοῦνδος ; fl. 675–676) est un roitelet slave de Macédoine qui conspira contre l'Empire byzantin. Son histoire est racontée dans un ensemble de recueils, les Miracles de Saint Démétrius (en), qui conservent des renseignements précieux sur l'organisation des tribus slaves installées vers le milieu du VIIe siècle dans la moitié sud de la péninsule balkanique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Qualifié dans les chroniques grecques de « roi des Runchines (en) (ὀ τῶν Ῥυγχίνων ρῆξ) », Perboundos est le chef d'une tribu slave installée dans la région de Thessalonique. Les Miracles de Saint Démétrius mentionnent que les Slaves installés près de Thessalonique dans l'Empire byzantin, menaient depuis longtemps une existence pacifique lorsque l'éparque dénonça à l'empereur Constantin IV les agissements suspects de Perboundos ; ce dernier viserait à rassembler toutes les tribus slaves et à mener « contre Byzance et contre tous les chrétiens une guerre à outrance sur mer et sur terre »[1]. L'empereur donne l'ordre qu'on arrête Perboundos, qui vivait tout tranquillement à Thessalonique, et qu'on le lui envoie sous bonne garde. Emprisonné à Byzance, Perboundos parvient à s'évader grâce à l'aide d'un traducteur (slave ?) proche de l'empereur ; habillé à la grecque et parlant le grec, il sort sans difficulté de la cité impériale par la porte des Blachernes[2] et part se cacher près de Bizye, dans une propriété appartenant à son complice. Découvert une quarantaine de jours plus tard, Perboundos est de nouveau emprisonné, interrogé puis mis à mort (676). Son complice fut quant à lui exécuté avec sa femme pour avoir aidé le chef slave.

Apprenant l'exécution de leur « roi », les Runchines crient vengeance : alliés à deux autres tribus slaves, les Strymonitai (en) et les Sagoudatai (en), ils attaquèrent Thessalonique qui sera assiégée pendant deux ans (en) (676–678).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The 17th International Byzantine Congress : Major Papers, Dumbarton Oaks/Georgetown University, Washington, D.C., August 3-8, 1986, A.D. Caratzas, 1986, p. 353.
  2. Paul Lemerle, Les Plus anciens recueils des miracles de Saint Démétrius et la pénétration des Slaves dans les Balkans, Éd. du Centre Nationale de la recherche scientifique, 1979, p. 199.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sources primaires[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Lemerle, Les Plus anciens recueils des miracles de Saint Démétrius et la pénétration des Slaves dans les Balkans : Commentaire (« L'affaire de Perboundos et la riposte byzantine »), Éditions du Centre national de la Recherche scientifique, 1979. (ISBN 2222027810)
  • Florin Curta, Southeastern Europe in the Middle Ages, 500–1250, Cambridge University Press, 2006. (ISBN 0521815398)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Perboundos, Prosopography of the Byzantine Empire.
  • (de) Winkelmann, Friedhelm; Lilie, Ralph-Johannes; et al. (1998): Perbundos (#5901), In: Prosopographie der mittelbyzantinischen Zeit: I. Abteilung (641–867), 3. Band: Leon (#4271) – Placentius (#6265), Berlin & Boston, Walter de Gruyter, pp. 556–557. (ISBN 3-11-016673-9)