Penshurst Place

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Penshurst Place
Image illustrative de l'article Penshurst Place
Penshurst Place : jardin italien au printemps
Période ou style Architecture domestique
Début construction XIVe siècle
Propriétaire initial Famille Sidney
Protection Grade I
Coordonnées 51° 10′ 29″ nord, 0° 11′ 02″ est
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Comté Kent
Ville Tonbridge

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Penshurst Place

Géolocalisation sur la carte : Kent

(Voir situation sur carte : Kent)
Penshurst Place

Penshurst Place est un manoir historique à proximité de Tonbridge, dans le Kent, à 51 km (32 miles) au sud-est de Londres.  C'est le manoir ancestral de la famille Sidney,  et, notamment, le lieu de naissance du grand poète,  courtisan et soldat élisabéthain, Philip Sidney. La maison, d'origine médiévale, est l'un des exemples les plus complets de l'architecture domestique du XIVe siècle en Angleterre. Une partie de la maison et ses jardins sont ouverts au public.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entrée privée de Penshurst Place, Penshurst, Kent.

L'ancien village de Penshurst était situé initialement sur cette propriété : le nom vient de Stephen de Penecestre, gouverneur des Cinq-Ports, qui possédait cette propriété à la fin du XIIIe siècle.

Le présent manoir a été construit en 1341 par John de Pulteney, un marchand londonien lord-maire de Londres[1] à quatre reprises qui cherchait une résidence à une courte distance de la cité dont il avait la charge. Cette résidence devait pouvoir se défendre, mais l'époque n'était déjà plus aux châteaux médiévaux : l'habitabilité et le confort l'emportait sur le vocabulaire défensif dans les choix architecturaux. Quand le troisième fils de Henri IV, Jean, duc de Bedford, a occupé le manoir, le second hall, connu sous le nom de bâtiment de Buckingham, a été construit et nommé du nom des propriétaires suivants, les ducs de Buckingham. Edward Stafford, 3e duc de Buckingham a été exécuté en 1521 par le roi Henri VIII et ses enfants étaient privés de l'essentiel de son héritage. Le manoir est resté dans la succession de la couronne. La propriété était à seulement quelques miles du château d'Hever, maison d'enfance de la seconde épouse de Henri, Anne Boleyn. Le manoir a été utilisé aussi comme pavillon de chasse.

En 1550, le fils de Henri VIII, le roi Edouard VI, a octroyé la maison et la propriété à Ralph Fane, un partisan d'Edward Seymour (1er duc de Somerset), mais cet acte a été annulé deux ans plus tard après l'exécution de Ralph Fane pour trahison.

La famille Sidney[modifier | modifier le code]

Grand hall de Penshurst Place, v. 1915

Penshurst Place a été agrandi à partir de 1552 après qu'il a été octroyé à William Sidney (1482–1554), un courtisan du père du roi, Henry VIII. Le fils de William, Henry Sidney (1529–1586),  a épousé Mary Dudley, dont la famille a été impliqué dans l'affaire Jeanne Grey, même si Henry Sidney a échappé à toutes les conséquences de ce conflit politique . Au cours de la sa vie, il a ajouté des appartements et la «Tour du Roi» à Penshurst. En outre, il a créé ce qui est aujourd'hui un des plus anciens jardins privés d'Angleterre.

Philip Sidney (1554–1586), le fils de Henry, est né à Penshurst Place en 1554. Poète et Courtisan, il a été enterré dans le vieux Saint-Paul, ayant décédé 25 jours après une blessure fatale d'une balle dans la cuisse à la bataille de Zutphen, mais sa tombe a été détruite lors du grand incendie de Londres en 1666.

Le frère de Philip, Robert Sidney, a ensuite hérité du manoir de Penshurst. Il a fait procéder à son tour à plusieurs ajouts, notamment une impressionnante galerie. Il a aussi bénéficié du comté de Leicester : Ses descendants, sur sept générations, ont continué à vivre  dans ce manoir. Au XIXe siècle, les bâtiments commencent à tomber en ruine, mais un nouvel occupant, en 1818,  Jean Shelley-Sidney, et son fils Philip, commencent à le restaurer. Philip a été fait 1er baron de L'Isle et Dudley en 1835. Le 6e baron, William Sidney (1909–1991), est l'un des deux seuls hommes qui aient bénéficié à la fois de la  Croix de Victoria et ait été membre de l'Ordre de la Jarretière ; il a été fait 1er vicomte de L'Isle en 1956. Une grande partie des travaux modernes de restauration sont dus à ce premier vicomte et à son fils, le deuxième vicomte. Le manoir et le jardin sont en partie ouverts au public.

Beaucoup des membres de la famille sont enterrés ou commémorés dans la chapelle Sidney de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste.

Principales caractéristiques du manoir[modifier | modifier le code]

Jardin de Penshurst Place

Des vestiges des différents siècles d'occupation des lieux subsistent :

  • Les salons d'apparat, avec des meubles des différentes générations de la famille Sidney ou de leurs prédécesseurs.
  • L'Occident solaire, ou salle à manger d'apparat, partie de l'édifice médiéval, avec une collection de portraits de famille, de meubles et de porcelaine.
  • La salle de la reine Elizabeth , nommé d'après la reine Elizabeth I.
  • Le salon des tapisseries.
  • La charpente de châtaignier (et non de chêne comme dans la plupart des manoirs).
  • La Longue galerie, avec les portraits royaux et de la famille.
  • La chambre souterraine voûtée, avec un éventail d'armes et armures
  • Le musée du Jouet - qui comprend des jouets de plusieurs générations de la famille Sidney, poupées, maisons de poupées, nounours, soldats miniatures, jouets mécaniques, etc.
  • Le tabouret de la reine Victoria : dans l'une des chambres petits de la maison, il y a un tabouret vert mis en exergue. La reine Victoria se serait assise sur ce tabouret quand elle a été proclamée Impératrice de l'Inde en 1876.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Edward Hasted, « Parishes », The History and Topographical Survey of the County of Kent, Institute of Historical Research, vol. 6,‎ , p. 499–531 (lire en ligne)
  2. Sophie Cassagnes-Brouquet, Poètes et artistes: la figure du créateur en Europe au Moyen Âge et à la Renaissance : colloque international, Faculté des lettres et sciences humaines de Limoges, Presses Universitaires de Limoges, , 397 p. (lire en ligne), p. 311-312
  3. Film locations
  4. Scènes de tournage de la série Merlin

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]