Pensée de Rouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Viola hispida

La pensée de Rouen (Viola hispida) est une plante herbacée vivace de la famille des Violacées. Elle est plus rarement appelée violette de Rouen. Son ancien nom latin est Viola Rothomagensis[1], Rothomagus est le nom latin de la ville de Rouen.

C'est une espèce en danger critique d'extinction, dont la présence n'est plus recensée aujourd'hui que dans la vallée de Seine (bassin parisien et rouennais).

Elle aime les éboulis calcaires, les sols pauvres, la pénombre des sous-bois et l'humidité.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante basse velue, aux feuilles ovales à base plutôt cordiforme, aux stipules palmatilobés, aux fleurs violettes ou jaunâtres.

Avec un système de racines chevelus, elle s'adapte aux mouvements du sol et capte l'humidité de celui-ci.

Elle fleurit au début du printemps et produit ses fruits, puis graines en été. Une relation mutualiste a été établie entre les fourmis et la violette de Rouen, dans le cadre de sa dissémination des graines[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • organes reproducteurs :
  • graine :
  • Habitat et répartition :
    • Habitat type : éboulis fins médioeuropéens, basophiles, planitiaires, héliophiles
    • Aire de répartition : endémique séquanien (endémique des falaises calcaires de la vallée de la Seine de la région de Rouen)

données d'après: Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004.

Une espèce en voie de disparition[modifier | modifier le code]

La violette de Rouen, espèce protégée et en voie de disparition, fait l'objet de politiques de préservation. Elle est à l'origine de plusieurs actions de protection, et joue un rôle dans la modification du projet de contournement routier de la ville de Rouen[3],[4].

Le Conservatoire d'Espaces Naturels de Haute-Normandie utilise le programme Life - Nature (un financement de l'Union Européenne) pour la conservation et la restauration de corridors écologiques favorables à la plante[2].

Charles Royer, botaniste de la Côte-d'Or, a fait un rapprochement entre la pensée de Rouen et la Violette de Cry, considérant celle-ci, aujourd'hui éteinte, comme une variété glabre de Viola hispida.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Projet contournement routier de Rouen : [1]