Penetration (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Penetration.
Penetration
Surnom The Points
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Punk rock
Années actives 19761979, depuis 2001
Labels Virgin Records
Site officiel www.penetrationband.com
Composition du groupe
Membres Pauline Murray
Robert Blamire
Steve Wallace
Paul Harvey
John Maher
Anciens membres Gary Chaplin
Gary Smallman
Fred Purser
Neale Floyd
Graham Kaye
Billy Gilbert
Brian Atkinson
Kev Hodgson

Penetration est un groupe de punk rock britannique, originaire de Ferryhill, en Angleterre. Le groupe est formé après avoir assisté à un concert des Sex Pistols à Manchester[1], nommé d'après une chanson d'Iggy and the Stooges. Le groupe sort deux albums, produits par Virgin, Moving Targets et Coming Up for Air, mais se sépare en 1979.

Leur morceau le plus connu et seul succès commercial est Don't Dictate sorti en 1977[2],[3]. Pauline Murray et Robert Blamire rejoindront The Invisible Girls en 1980 pour l'album Pauline Murray and The Invisible Girls. En 1982, Fred Purser jouera avec le groupe de heavy metal Tygers of Pan Tang sur l'album The Cage[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

La formation originale du groupe comprend Pauline Murray, Robert Blamire (basse), Gary Smallman (batterie) et Gary Chaplin (guitare). Chaplin part en mars 1978 et est remplacé par Neale Floyd, accompagné d'un second guitariste, Fred Purser, qui les rejoint en juillet. Le groupe se sépare à la fin 1979. Ils se reforment en 2001 avec Murray, Blamire et Smallman ; Steve Wallace et Paul Harvey deviennent les nouveaux guitaristes[4].

Ils se forment à Ferryhill sous le nom de The Points, nom avec lequel ils joueront au pub Rock Garden de Middlesbrough en octobre 1976[5],[6]. Ils changent de nom s'inspirant d'une chanson d'Iggy & The Stooges, publiée en 1973. Leur deuxième concert se fait avec The Stranglers au Newcastle City Hall[7]. Ils joueront par la suite au club The Roxy pendant ses 100 premiers jours d'existence. Le 9 avril 1977, le groupe joue avec Generation X[8]. Au début de sa carrière, le groupe est soutenu par The Vibrators et tourne avec les Buzzcocks[7].

Après la sortie d'un deuxième single, Penetration enregistre deux sessions pour John Peel à la BBC Radio 1 en juillet 1978[9]. Plus tard dans l'année sort leur premier album. Moving Targets est classé sixième dans la liste des albums de l'année par Sounds. Il atteint les 15 000 exemplaires vendus et ainsi que la 22e place de l'UK Albums Chart[10]. En 1979, il jouent en Europe, aux États-Unis et au Royaume-Uni, mais le nombre de dates commence à peser sur les membres[11]. L'accueil désastreux de leur deuxième album, Coming Up for Air, mène à la séparation du groupe en octobre. Par la suite un album bootleg officiel, intitulé Race Against Time, est publié ; il comprend des démos inédites. En 1980, Pauline Murray collabore avec The Invisible Girls, aux côtés de Robert Blamire. John Maher des Buzzcocks jouera de la batterie pour le groupe. Pauline Murray travaillera aussi de temps à autre en solo sous le nom de Pauline Murray and the Storm avec Robert Blamire, Tim Johnston et Paul Harvey.

En 2015, Penetration annonce la sortie d'un nouvel album intitulé Resolution en octobre. La formation se composera alors de Pauline Murray, Robert Blamire, John Maher (ex-Buzzcocks) Paul Harvey et Steve Wallace[12].

Membres[modifier | modifier le code]

  • Pauline Murray - chant
  • Robert Blamire - basse
  • Gary Smallman - batterie
  • Fred Purser - guitare, claviers
  • Neale Floyd - guitare

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1978 : Moving target
  • 1979 : Coming Up for Air
  • 1979 : Race Against Time
  • 2015 : Resolution

Compilation[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Don't Dictate: The Best of Penetration

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Don’t Dictate / Money Talks
  • 1978 : Firing Squad / Never
  • 1978 : Life’s a Gamble / V.I.P.
  • 1979 : Danger Signs / Stone Heroes (live)
  • 1979 : Come Into the Open / Lifeline

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre Mikaïloff, Kick Out The Jams, Motherfuckers! Punk rock, 1969-1978, Editions du Camion Blanc, 2012
  2. (en) Mojo (octobre 2001) – 100 Punk Scorchers, Issue 95, Londres.
  3. (en) Vernon Joynson, Up Yours! A Guide to UK Punk, New Wave & Early Post Punk, Wolverhampton, Borderline Publications, (ISBN 1-899855-13-0), A pulsating punk song. One of the best in a year of many gems. It's anti-authoritarian message was ideal for 1977..
  4. (en) « Penetration », sur Soundsxp.com, Graham S, (consulté le 13 août 2016).
  5. (en) Vernon Joynson, Up Yours! A Guide to UK Punk, New Wave & Early Post Punk, Wolverhampton, Borderline Publications, , p. 269
  6. (en) « Gary Chaplin 'in conversation' on ANOTHER MUSIC IN A DIFFERENT KITCHEN ».
  7. a et b (en) ‘Penetration: Re-animated!’ David St Clair talks to Pauline Murray.
  8. (en) Dave Thompson, Punk, Ontario, Collector's Guide Publication, , p. 62.
  9. (en) Penetration’s John Peel Sessions on BBC Radio 1
  10. (en) David Roberts, British Hit Singles & Albums, Londres, Guinness World Records Limited, (ISBN 1-904994-10-5).
  11. (en) Vernon Joynson, Up Yours! A Guide to UK Punk, New Wave & Early Post Punk, Wolverhampton, Borderline Publications, , p. 270.
  12. (en) « Pauline Murray and Robert Blamire’s First Generation Punk Band Penetration Announce First Album For 36 Years! », sur Louder than war, John Robb (consulté le 7 septembre 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]