Penda Diouf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Penda Diouf
Description de cette image, également commentée ci-après
Penda Diouf en 2017.
Naissance
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Penda Diouf est une auteure de théâtre et comédienne française et naturalisée sénégalaise, née en 1981.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle suite des études de lettres modernes à Dijon puis obtient en 2006 un DEA en études théâtrales à l'université Sorbonne-Nouvelle. En 2005, elle suit un stage d'écriture théâtrale pour le spectacle Le Grand déballage et en 2007 son texte Poussière reçoit l'aide nationale à la création dramatique[1]. Poussière fait l'objet d'une lecture au Tarmac puis au théâtre de la Huchette en 2009 puis est sélectionnée par le bureau des lecteurs de la Comédie française pour la saison 2010[2]. Sa deuxième pièce C’est pour votre bien, qui traite de la vidéosurveillance, reçoit une bourse de la SACD fondation Beaumarchais en 2008, puis elle enchaîne avec Modou et Fanta, La boutique et Non merci[2].

Elle écrit Poussière en deux semaines alors qu'elle n’était jamais allée au théâtre. Ce huis clos sur l’enfermement et la dictature lui vaut une bourse du Centre national du théâtre[3]. D’origine sénégalaise par son père, sérère et ivoirienne par sa mère, elle passe sa jeunesse dans des villes de province mais vit mal sa singularité et fait une dépression sévère en 2010 qu'elle exorcise avec un voyage en Namibie, pays méconnu qu'elle avait découvert via l'athlète Frankie Fredericks, comme elle le racontera dans son récit autobiographique Pistes[3]. De ce voyage, elle tire aussi un guide touristique[4].

Arrivée en région parisienne, où elle obtient un master en arts du spectacle, elle travaille d'abord à la MC93 de Bobigny où elle rencontre des auteurs comme Jean-René Lemoine et Aminata Zaaria, puis devient bibliothécaire[3]. Elle milite quelque temps à l'association antiraciste Les Indivisibles — cofondée par Rokhaya Diallo — dont elle a été secrétaire générale[5], dont elle a été secrétaire générale[6]. La pièce Le symbole (mode de punition pratiqué au Sénégal, pour avoir parlé la langue maternelle[6]), commandée par la compagnie La Fédération, est écrite en 2012[2]. La pièce est jouée en ouverture du Festival des Francophonies en Limousin[6]. Elle est également jouée en Afrique, comme au Bénin, en 2015[7] et en 2017[8]

En 2015, elle crée avec Anthony Thibault le label Jeunes Textes en liberté à la suite de leur rencontre au Théâtre national de la Colline lors d'un débat sur la représentation de la diversité au théâtre[9]. Ces lectures théâtrales servent selon elle à faire émerger « la diversité sous toutes ses formes, qu’elle soit sociale ou ethnique »[10] : « Sur le plateau, les comédiens peuvent être noir.e.s, arabes ou asiatiques, iels peuvent jouer n’importe quel rôle. Il ne s’agit pas de les cantonner, comme cela se fait habituellement dans le théâtre français à des personnages stéréotypés de dealer, sans papier, migrant, femme de ménage, femme de migrant, personne en difficulté à aider (...) Je souhaite que les plateaux de théâtre ressemblent à la France telle qu’elle est actuellement, avec tous types de physique, d’âge, d’origines ethniques et d’autres rôles que ceux habituellement proposés[11]. ». En réaction aux débats sur la nationalité en France, elle acquiert aussi la nationalité sénégalaise[3],[6]. Expliquant sa démarche, elle déclare : « Je ne sais plus qui a dit ça : « Mon idéal de théâtre c’est de voir que les gens qui font la queue pour aller voir mes spectacles sont les mêmes que ceux qui font la queue dans les supermarchés ». Je pense exactement la même chose. Je veux qu’il y ait des hommes, des femmes, des classes populaires, des cadres supérieurs, des noirs, des blancs… En fait j’essaye d’être dans un féminisme inclusif. Je voudrais que dans les salles et sur scène, publics et comédien-ne-s représentent la France[12]. »

Elle participe en 2017 à la troisième saison des Intrépides, sur le thème du courage. Cette initiative de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), qui vise à promouvoir la diversité[13], donne carte blanche à six autrices : Penda Diouf, Camille Laurens, Julie Gilbert, Céline Delbecq, Sandie Masson et Emma la clown. Leurs textes sont créés, lus par leurs autrices et mises en scène par Catherine Schaub, au théâtre Antoine le , puis repris au Festival d'Avignon Off le et en novembre 2017 au Théâtre de Poche à Genève. Avec Pistes Penda Diouf narre son voyage et ses rencontres en Namibie, évoquant au passage le massacre des Héréros et des Namas, premier génocide du XXe siècle[14],[15]. qu'elle compare à la Shoah. Elle travaille à une version longue de Pistes et au lancement d'une revue littéraire[11].

S'incluant dans un mouvement d'autrices comme Rébecca Chaillon ou Joséphine Chaffin, elle explique ainsi ses thématiques d'écriture : « J’écris essentiellement des personnages féminins « racisés ». Je pense n’écrire bien que les choses que je connais et maîtrise. Pour moi, l’art et l’écriture ne peuvent être déconnectés d’un environnement social, culturel, politique. De ce fait, les pièces sont souvent traversées par les questions de féminisme, de patriarcat, d’identité, d’oppression. En général, dans mes écrits, ce sont des femmes fortes qui vont chercher des ressources pour lutter contre un environnement pouvant être oppressant, anxiogène (...) [Les femmes] sont souvent cantonnées à des rôles moins importants, moins forts. C’est pour cela que je m’emploie à n’écrire que des rôles de femmes (...) Cela ne veut pas dire que chaque communauté doit parler de sa communauté propre. L’espace et les opportunités doivent être donnés à chacun pour raconter sa propre histoire et ses propres récits, pour être au plus juste. C’est injuste si les hommes parlent en lieu et place des femmes alors que celles-ci n’ont pas toujours les opportunités de le faire elles-mêmes. C’est pareil pour des hommes blancs qui parleraient à la place d’hommes noirs[12]. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Poussière (2000)
  • C’est pour votre bien
  • Modou et Fanta
  • La boutique
  • Non merci
  • Le Symbole (2012)
  • Le Squelette[16]
  • La Grande Ourse (2016)
  • Pistes (2017)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Penda Diouf », Centre national du Théâtre (consulté le 28 novembre 2017)
  2. a, b et c « Penda Diouf », lafederation.net (consulté le 28 novembre 2017)
  3. a, b, c et d Natacha Gorwitz, « Théâtre : Penda Diouf, la diversité sur les planches », jeuneafrique.com, (consulté le 28 novembre 2017)
  4. « Penda Diouf - Rédactrice du guide », voyage-namibie.eu (consulté le 28 novembre 2017)
  5. « Penda Diouf », sur africultures.com (consulté le 29 août 2018)
  6. a, b, c et d Yasmine Chouaki, « En sol majeur : Penda Diouf », rfi.fr (consulté le 28 novembre 2017)
  7. Koffi Attede, « Philippe Delaigue : « Si le théâtre s’approprie le lycée, les lycéens s’approprieront le théâtre » », benincultures.com, (consulté le 28 novembre 2017)
  8. Thérèse Wohndéna Gnitona, « Édition 2017 du festival Bénin Docs : Favoriser le sens de l’écoute entre les hommes », matinlibre.com, (consulté le 28 novembre 2017)
  9. Marie-Julie Chalu, « S'approprier la narration au théâtre », Africultures 44, (consulté le 28 novembre 2017)
  10. Gwenaël Bourdon, « Saint-Denis : Penda Diouf veut faire tomber les murs au théâtre », Le Parisien, (consulté le 28 novembre 2017)
  11. a et b « #Fraicheswomen2017 n°5 : Penda Diouf, auteure et co-fondatrice de Jeunes textes en liberté », L'Afro Le Site, (consulté le 28 novembre 2017)
  12. a et b « Penda Diouf : « La France est un pays aveugle au genre et à la couleur » », sur Les arts au féminin (consulté le 15 septembre 2018)
  13. Dashiell Donello, « La SACD et «Les intrépides» mettent six autrices en scène sur le thème du «Courage» », mediapart.fr (consulté le 28 novembre 2017)
  14. « Les Intrépides », theatredublog.unblog.fr, (consulté le 28 novembre 2017)
  15. Camille Laurens, « Le Havre, port de l’oubli ? », liberation.fr, (consulté le 28 novembre 2017)
  16. « Penda Diouf », jeunestextesenliberte.fr (consulté le 28 novembre 2017)