Pelorovis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pelorovis (« mouton monstrueux ») est un genre éteint de bovin africain, apparu au Pliocène, il y a 2,5 Ma[1] et qui s'est éteint à la fin du Pléistocène supérieur il y a 12 000 ans ou à l'Holocène, il y a 4 000 ans[2].

Des études anatomiques et morphométriques détaillées permettent d'arriver à la conclusion que Pelorovis n'est probablement pas monophylétique. Les formes les plus anciennes du genre, P. turkanensis et P. oldowayensis, sont très proches et sont potentiellement les premiers membres du genre Bos. À l'inverse, la forme du Pléistocène supérieur, Pelorovis antiquus, semble être proche du buffle d'Afrique (Syncerus caffer)[3].

Description[modifier | modifier le code]

Crâne de P. oldowayensis.
Pelorovis antiquus, P. turkanensis et P. oldowayensis (de gauche à droite).
Gravure pariétale du « grand bubaline », originaire de Libye, supposée représenter P. antiquus.

Pelorovis ressemblait au buffle africain, bien qu'il soit plus grand et qu'il possède de plus grandes cornes incurvées. Pelorovis atteignait une masse de 1 200 kg, et probablement 2 000 kg pour les plus grands mâles. Cela en fait l'un des plus grands bovidés et l'un des plus grands ruminants ayant jamais vécu, rivalisant avec le bison à longues cornes américain (Bison latifrons) et la girafe (Giraffa camelopardalis). Les noyaux osseux des cornes faisaient environ 1 m ; lorsqu'ils étaient recouverts de kératine, qui ne survit pas à la fossilisation, ils étaient sans doute deux fois plus longs[4]. Les cornes pointaient vers le haut et ver l'avant, chacune formant un demi-cercle chez les espèces Pelorovis oldowayensis et Pelorovis turkanensis[1].

Les cornes de Pelorovis antiquus ressemblaient plus à celles du buffle des rivières (Bubalus) ; il était souvent placé dans le genre Bubalus dans les classifications plus anciennes. Pelorovis oldowayensis avait à peu près la même taille que le buffle africain actuel, mais ses pattes étaient plus longues et le crâne allongé de cette espèce rappelle les Alcelaphinae modernes. Pelorovis antiquus était sensiblement de la même taille mais était plus robuste.

Pelorovis antiquus disparut il y a environ 12 000 ans de l'Afrique australe et orientale. Les fossiles et les preuves archéologiques indiquent cependant que l'espèce était encore présente dans le nord de l'Afrique il y a 4 000 ans[2]. Pelorovis oldowayensis est apparu en Afrique subsaharienne et a disparu il y a 800 000 ans.

Les fossiles les mieux conservés de Pelorovis oldowayensis proviennent des gorges d'Olduvai en Tanzanie ; un squelette complet de Pelorovis antiquus a été trouvé près de Djelfa en Algérie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Alan Turner et Mauricio Anton, Evolving Eden, An Illustrated Guide to the Evolution of the African Large-Mammal Fauna, New York, Columbia University Press, , 269 p. (ISBN 0-231-11944-5), p. 159-167
  2. a et b (en) Ronald M. Nowak, Walker's Mammals of the World, Johns Hopkins University Press, , 1936 p. (ISBN 0-8018-5789-9, lire en ligne)
  3. (en) Bienvenido Martínez-Navarro, Juan Antonio Pérez-Claros, Maria Rita Palombo, Lorenzo Rook et Paul Palmqvist, « The Olduvai buffalo Pelorovis and the origin of Bos », Quaternary Research, vol. 68, no 2,‎ , p. 220-226 (DOI 10.1016/j.yqres.2007.06.002)
  4. (en) D. Palmer (éd.), The Marshall Illustrated Encyclopedia of Dinosaurs and Prehistoric Animals, Londres, Marshall Editions, (ISBN 1-84028-152-9), p. 28 1