Peisey-Vallandry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Peisey-Vallandry
Vue aérienne de la station.
Vue des pistes de Peisey-Vallandry
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Localité Landry, Peisey-Nancroix
Site web www.peisey-vallandry.com
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 22″ nord, 6° 45′ 59″ est
Massif Vanoise
Altitude 1600 m
Altitude maximum 3 250
Altitude minimum 1 200
Ski alpin
Domaine skiable Paradiski
Remontées
Nombre de remontées 58
Téléphériques Vanoise Express
Télécabines 10
Télésièges 18
Téléskis 26
Pistes
Nombre de pistes 239
     Noires 18
     Rouges 34
     Bleues 54
     Vertes 1
Total des pistes 425 km
Ski de fond
Nombre de pistes 5
     Noires 13 km
     Rouges 11 km
     Bleues 8 km
     Vertes 9 km
Total des pistes 42 km

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Peisey-Vallandry

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Peisey-Vallandry

Peisey-Vallandry est une station de sports d'hiver et un domaine skiable de la vallée de la Tarentaise, situés sur le territoire communal de communes de Landry et Peisey-Nancroix, dans le département de la Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Peisey-Vallandry est formée par deux stations d'altitude : « Plan Peisey » (1 650 mètres), créée en 1963, situé sur la commune de Peisey-Nancroix, et de la station intégrée « Vallandry » (1 600 mètres), inaugurée en 1986, sur la commune de Landry. Les skieurs peuvent également être hébergés dans les autres hameaux touristiques des deux villages. Les skieurs peuvent rejoindre le domaine skiable des Arcs, mais aussi depuis 2003 celui de Grande Plagne à l'aide du téléphérique « Vanoise Express ». L'ensemble forme le grand domaine skiable de Paradiski.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Les différentes station-villages de Peisey-Vallandry sont édifiées sur les versants de la vallée de Peisey, qui est entaillée par le Nant de Peisey ou Ponthurin, un affluent situé sur la rive gauche de l'Isère.

La station intégrée de Vallandry est située à 1 600 mètres d'altitude sur les hauteurs de la vallée alpine de la Tarentaise, sur la commune de Landry entre Moûtiers et Bourg-Saint-Maurice dans le département de la Savoie. Elle jouxte par ailleurs la station de Plan-Peisey, installé à une altitude de 1 650 mètres, située sur la commune voisine de Peisey-Nancroix au sud.

Elle est dominée au sud par plusieurs sommets parmi lesquels le Roc du Grand Renard, l'Aiguille Grive et l'Aiguille Rousse.

Accès à la station[modifier | modifier le code]

L'accès à la station se fait par la route, via une voie express, extension de l'A 430, en provenance de la combe de Savoie-Albertville, jusqu'au niveau de la ville de Moûtiers. Ensuite, il faut suivre la RN90 jusqu'à Landry[M 1]. Ensuite, il faut sortir pour prendre la D87 en direction de Peisey-Nancroix, puis la D226 pour rejoindre la station.

Par ailleurs, le TGV arrive jusqu'en gare de Bourg-Saint-Maurice (Distance depuis Paris 600 km, soit 4h40), avec un arrêt possible à Landry[M 2]. Ensuite, possibilité de rejoindre la station par des navettes ou encore des taxis.

Station[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

La station a obtenu plusieurs labels « Station grand domaine » ; « Site nordique » et « Station village »[1].

Station-villages[modifier | modifier le code]

Plan Peisey[modifier | modifier le code]

Vue de Plan-Peisey

La station de Plan Peisey, le plus ancien noyau touristique, est située à 1 650 mètres d'altitude, sur la commune de Peisey-Nancroix.

Vallandry[modifier | modifier le code]

La station intégrée de Vallandry est située à 1 600 mètres d'altitude, sur la commune de Landry.

Nancroix[modifier | modifier le code]

La hameau de Nancroix est situé à 1 450 mètres d'altitude, sur la commune de Peisey-Nancroix. Il dispose d'un domaine nordique pour la pratique du ski de fond.

Peisey[modifier | modifier le code]

Le village de Peisey, chef-lieu de la commune, est situé à 1 320 mètres d'altitude.

Landry[modifier | modifier le code]

Le village de Landry, chef-lieu de la commune, est situé à 780 mètres d'altitude.

Hôtellerie et restauration[modifier | modifier le code]

La capacité d'accueil de la station de Peisey-Vallandry est estimée, en 2014, à 12 415 lits touristiques répartis dans 1 746 établissements[Note 1]. Les hébergements se répartissent comme suit : 199 meublés ; 3 résidences de tourisme ; 4 hôtels ; 4 établissement d'hôtellerie de plein air ; 5 centres ou villages de vacances/auberges de jeunesse, 5 refuges et 2 chambres d'hôtes[2].

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

Le domaine skiable de Peisey-Vallandry est intégré au domaine des Arcs.

Depuis 2003, Peisey-Vallandry forme, avec les stations voisines des Arcs et Grande Plagne, le grand domaine skiable Paradiski, grâce au Vanoise Express[3]. Ce grand domaine skiable offre environ 425 km de pistes balisées.

Depuis 2008, La Plagne, Les Arcs et Peisey-Vallandry font des offres "coup de poing" sur les forfaits de ski pour le samedi. Cette opération s'appelle SamediJeSkie.com . Les offres sont mises en ligne tous les mercredis, les offres varient selon les semaines mais les remises sont globalement de l'ordre de 35 à 40 %; les offres doivent être imprimées et présentées aux caisses des remontés mécaniques. Cette offre est à replacer dans le constat d'une fréquence moindre de la part des populations voisines[4].

Anecdote[modifier | modifier le code]

Les pistes et paysages du domaine Paradiski ont servi de décors au film Snow Therapy. Les habitants des différents villages ont également joué dans certaines scènes[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Article de Ian Thompson, « New occupants in the commune of Peisey-Nancroix (Savoie), in relation to innovation in resource use (1800-2006) / Nouveaux habitants dans la commune de Persey-Nancroix, Savoie » (pp. 537-546), paru dans Colloque Franco-Britannique de Géographie Rurale, Les étrangers dans les campagnes. Actes du colloque franco-britannique de géographie rurale, Vichy, 18-19 mai 2006, vol. 25, Presses Universitaires Blaise Pascal, coll. « CERAMAC - Centre d'Etudes et de Recherches Appliquées au Massif Central, à la Moyenne Montagne et aux Espaces Fragiles », , 643 p. (ISBN 978-2-84516-373-7).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[2].

Références[modifier | modifier le code]

Sources communales[modifier | modifier le code]

  • Données issues du site de la mairie ou de la station de Peisey-Vallandry
  1. « Venir à Peisey-Vallandry par la route », sur www.peisey-vallandry.com (consulté le 4 septembre 2016).
  2. « Venir à Peisey-Vallandry par le Train », sur www.peisey-vallandry.com (consulté le 4 septembre 2016).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Peisey-Vallandry », sur site france-montagnes.com (consulté le 12 février 2015). France Montagnes est une association qui regroupe des acteurs du tourisme de montagne en France.
  2. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  3. Thompson 2008, p. 544.
  4. Jacques Leleu, « Les bons plans pour skier moins cher », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  5. La Rédaction, « Tourné sur le domaine skiable Paradiski, le film Snow Therapy sort aujourd’hui », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).