Peinture tribale en Inde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La peinture tribale en Inde est la peinture des tribus adivasis de l'Inde.

Ceci est une sous-article de Peinture en Inde.

Cliquez pour agrandir

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Bhajju Shyam, contemporain Gond-artiste. RF Anders Laustsen

Les Adivasis sont les Aborigènes de l'Inde. Le droit indien les nomme collectivement « Scheduled Tribes » (« tribus répertoriés »).

La question du nom à donner à l'art des Adivasis se pose notamment dans le contexte de l'art contemporain. En Inde, il est fréquent de considérer les œuvres contemporaines des Adivasis comme de l'artisanat (« craft »). Certaines galeries parlent d'artistes « vernaculaires », un terme qui « cherche à ôter cette création des catégories étouffantes »[1].

Origines[modifier | modifier le code]

Peinture de Bhimbetka, abri no 8

Depuis les temps anciens les Hommes ont dessiné dans les abris sous-roche [2], [3], [4], [5], sur les murs et sur les sols, pour parler de leur vie et laisser leur trace. En Inde plus qu’ailleurs, nous pouvons retrouver ces traces. Les plus anciennes peintures indiennes sont des pétroglyphes âgés entre 10 000 ans et 28 000 ans selon les sources, comme certains que l'on a trouvés à Bhimbetka au nord de Bhopal.

La plupart des peintures sous-roche ont été exécutées en utilisant des pigments rouges et blancs, plus rarement verts et jaunes. Les belles peintures rupestres dans les abris de Bhimbetka étaient probablement les origines des œuvres des tribus Warli et Saura ou des peintures Pithora peints par des tribus Bhil et Rathwa.

Tribu Baiga du Madhya Pradesh[modifier | modifier le code]

La tribu Baiga [6], [7] est une tribu de langue dravidienne avec 390 000 habitants qui vit dans les États de Madhya Pradesh (district de Mandla et Balaghat 250 000 habitants), Uttar Pradesh, Chhattisgarh et Jharkhand. Les Baigas sont animistes.

Les femmes Baiga de la région de Bundelkhand font des peintures et des reliefs muraux à thème religieux et décoratif. Elles peignent également des miniatures et de l’art naïf sur papier.

Tatouage par les Badna Gond

Baiga tatouage

Les Baigas accordent aux tatouages une place centrale dans leur mode de vie. Le tatouage est la seule chose qui subsiste après la mort.

C’est la seule tribu où le corps des femmes est entièrement tatoué. Cet art tribal est désormais couché sur le papier. Il étonne et renvoie à des âges ancestraux où le corps et les esprits étaient liés. Les femmes Baiga ont aussi tatoué leur visage (le « gudna »). Ces tatouages ont une relation avec leur religion, leurs dieux et déesses, mais les tatouages sont aussi considérés comme des bijoux peints, trop chers à acquérir pour les Baiga. Leurs tatouages ont une forme ovale avec des nombreux petits points sur le front, mais aussi sur d’autres parties du corps.

Le tatouage est souvent réalisé chez les Baiga - trois à quatre mois après la mousson - par les femmes Gond, des sous-tribus Badna (Badnin) et Ojha, qui vivent dans les mêmes régions que les Baiga. Elles se déplacent dans les villages des Baiga pour faire des tatouages sur les bras, les jambes et le corps des femmes Baiga. Les jeunes filles Baiga commencent à être tatouées, pour la première fois à l’âge de sept ans ; la deuxième partie de leur corps est tatouée à la puberté.

Tribus Bhil et Rathwa du Madhya Pradesh et du Gujarat : La peinture Pithora[modifier | modifier le code]

Ladoo Bai (Bhil artiste) devant son œuvre à Tribal Museum Bhopal. RF Anders Laustsen

La tribu Bhil[8] ,[9] est une tribu de langue indo-aryenne de 13 millions d'habitants ; la première tribu en Inde. Ils vivent dans le Madhya Pradesh (4,6 millions = 6,3 % de la population), le Gujarat (3,5 millions = 5,8 % de la population), l’Andhra Pradesh, le Rajasthan, le Chhattisgarh, le Maharashtra, le Karnataka, le Tripura et le Bangladesh. Les Bhils sont animistes.

Leur tradition picturale est ancestrale, elle existe depuis des milliers d'années. Les Bhils peignent les murs et les plafonds de leur maisons d’images qui racontent leurs légendes, leurs traditions, leurs dieux protecteurs, la nature[10].

Certains artistes Bhil comme Ladoo Bai, son mari Teru Tahad et Bhuri Bai[11] ont quitté leurs terres originelles de Jabhua au début des années 1980 (à la demande de Swaminathan) pour exercer leur art à Bhopal. Pema Fatya, le dernier Maitre Bhil vivant, a choisi de rester vivre sur la terre ancestrale.

La tribu Rathwa ou Rathawa est une tribu de langue Indo-Aryenne avec 550 000 habitants situé surtout dans le Gujarat (535 000). Les Rathwas sont animistes. Les Rathwas vénèrent le dieu Pithora et ont les mêmes origines et traditions que les Bhilala, les Nayak (ou Naikda : 3 345 000 habitants dans le Gujarat ; 5e tribu en Inde) et les Dhanak (ou Dhanuk).

La peinture Pithora

Pithora chez un paysan à Gujarat. Artiste Paresh Rathwa. RF Anders Laustsen

Les peintures Pithora [12],[13], peints par des artistes des tribus Rathwa et Bhil (Bhilala) sur les deux côtés de la frontière entre Gujarat et Madhya Pradesh, sont des performances rituelles réalisées à la demande d’une famille quand un vœu a été exaucé (mariage, naissance, prospérité…).

Ce sont des rituels avant d’être des œuvres d’art, et sont exécutés par le Maitre (le baba) souvent assisté d’un prêtre. Les peintures sacrées recouvrent trois murs de la pièce et correspondent à des rituels holistique. Cette peinture sacrée issue de la tradition Pithora a été découverte et valorisée par Swaminathan dans le cadre du travail du Musée d’art contemporain Bharat Bhavan à Bhopal.

L’essence du rituel Pithora réside dans la proximité avec la terre. Les thèmes en témoignent, les matériaux également : pigments, lait et liqueur de fleurs de Mahua (l’arbre sacré), couches de boue, de bouses et de chaux préparées par une jeune fille. Les fresques Pithoras, pratiquées exclusivement par les hommes, représentent le soleil et la lune, les animaux et les insectes, le mythe de la création et les dieux. Tout ce qui touche à la vie des tribus Rathwa, Bhilala, Nayak et Dhanak.

Les fresques illustre surtout des chevaux, toujours des chevaux, et encore des chevaux, sur les 3 murs d’une pièce dans la maison. Les chevaux dans une procession de mariage de leurs dieux Babo Pithora et Pithori Devi. Souvent il y a cinq chevaux dans une peinture Pithora qui représentent les 5 dieux : Ganesha, Babo Pithora, Pithora Devi, Indra (le dieu des dieux) et Hudol (qui représente l’esprit féminine). Une autre explication sur des sept chevaux dans certains peintures Pithora: Ils représentent les sept collines qui entourent le « pays » des Rathwa. Les frontières: Dans l’ouest « la mer », dans le sud « Bharuch » et dans le nord-est Indore.

Tribu Deewaru du Karnataka : la peinture Chittara[modifier | modifier le code]

Dans les forets montagneux au sud-ouest de Karnataka, dans le region de Malnad autour des villes de Sagara et Shimoga (Shivamogga), vie la petite tribu Deewaru. Ils sont animistes et illettrées. c'est une tribu matriarcales.

Les femmes Deewaru font des Chittara qui est une mélange de peinture, musique et leur vie animiste. La peinture Chittara sur les murs da la maison est très géométrique avec des carrées et des lignes. La peinture est pleins de symboles pour l'artiste et symbolise la vie de la femme Deewaru[14].

Tribu Gond du Madhya Pradesh[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gond (peuple).

La tribu Gond (la deuxième tribu en Inde) est une tribu de langue dravidienne (Gondi) d'à peu près 11 millions d'individus en 2014 (la moitié de la population Gond parle maintenant Hindi), dispersés sur les territoires de Madhya Pradesh (4,5 millions = 6,2 % de la population), Chhattisgarh, Bihar, Bengale-Occidental (West Bengal), Jharkhand, Orissa, Gujarat, Andhra Pradesh, Telangana et Karnataka. Les Gonds vivent également en Uttar Pradesh, mais dans quelques régions de UP, ils sont considérés comme un "scheduled caste" (450 000 habitants). Les Gonds sont animistes.

L'école « Jangarh Kalam » des Pardhan Gond

Mayank Shyam, fils de Jangarh Shyam. RF Anders Laustsen

Le Jangarh Kalam[15] est le mouvement artistique (contemporain) actuel des Pardhan Gond né en 1982 à Bhopal. Un mouvement inspiré par l’art de Jangarh Shyam et par la musique Pardhan, celle du Bana, reprise et transformée en couleurs et en dessins. Des peintures acrylique ou encre de Chine sur papier ou toile. Chacun des artistes du mouvement Jangarh Kalam est inspiré par la mythologie éclatante de la tribu et développe également un style propre, symbolisé formellement par une signature pictographique [16], logotype formé de points et de traits, qui s’inspire souvent des tatouages et des masques rituels. Aujourd’hui grâce à ce mouvement artistique, la mémoire collective et les traditions Gond renaissent. Cet élan sert un mouvement plus global de reconnaissance des formes artistiques tribales en Inde et des populations souvent opprimées ou spoliées.

Les peintres les plus connus de l’école « Jangarh Kalam » sont : la veuve de Jangarh, Nankusia Shyam[17], ses enfants Japani et Mayank[11], ses neveux Bhajju Shyam[18],[19],[20],[16] ,[21],[22],[23],[24],[25] et Venkat Singh Shyam[26] et ses cousins Durga Bai [27],[28],[29],[30], Subhash Vyam[30], [31] et Ram Singh Urveti [21],[11],[32].

L'art ancestral des Gond : Digna et tatouage

  • Le Digna est un motif décoratif que les femmes gond avait coutume de dessiner sur les sols et les murs (le Bhitti Chitra : peinture murale) pour les fêtes et les mariages. « Un Digna est de bon augure et symbolise la pureté », explique Subhash Vyam. « C’est le début de notre art. C’est comme un ornement »[33]. Et Bhajju Shyam dans son livre Création[25] : « Ce sont les femmes de notre communauté qui les premiers ont créé l'art [...] Elles ont décoré les sols et les murs de leurs maisons de dessins, en utilisant les cinq couleurs de la terre : blanc, noir, jaune, rouge et vert [...] Le Digna est l'alphabet de notre art ».
  • Le tatouage sur les femmes Baiga est réalisé par les femmes Gond, des sous-tribus Badna (Badnin) et Ojha.

Tribu Hill Korwa du Chhattisgarh : l'écriture magique[modifier | modifier le code]

Artiste : Jaruri Korwa. RF Anders Laustsen

La tribu Hill Korwa, qui est une tribu de langue austro-asiatique, vit au Chhattisgarh dans le district du Jashpur. La population des Hill Korwa a beaucoup diminué depuis quelques dizaines d’années. Ils ne sont plus que quelques milliers des personnes. Les Hill Korwas sont animistes [34]. Les Hill Korwas sont nomades et chasseurs. Ils sont illettrés. Ils n’ont pas été non plus remarqués par leur art tribal. Pourtant Swaminathan a découvert chez ces hommes de pays et cultures très reculés des artistes contemporains. Arrivés chez les Hill Korwas, les émissaires de Swaminathan prennent des notes. À leur grande surprise, les villageois s'emparent de leurs feuilles de papier, de leurs stylos, crayons et marqueurs et se mettent spontanément à dessiner.

Voici ce qu’en dit Jagdish Swaminathan dans son catalogue pour l’exposition « The Magical Script » du Bharat Bhavan en 1985 : « la première chose que l’on voit dans ces dessins, c’est leur caractère calligraphique, comme si ce n’était pas un dessin mais une écriture. Mais les Hill Korwas n’ont pas de documents écrits ; ils sont illettrés […] Quand on regarde ces dessins on pense tout de suite aux œuvres de Paul Klee ». Là où les membres d'autres tribus tracent le plus souvent des formes figuratives mi humaines mi animales, les Hill Korwa couchent sur le papier des rythmes calligraphiques, un alphabet inconnu, parfois surligné de traits ou accompagné d'arcs et de flèches. Les Hill Korwas parlent un dialecte sans écriture. Il faut croire que la rencontre, lors de leurs déplacements dans les villes avoisinantes, avec la chose écrite a été des plus éblouissantes. Les interprétations de ces apparentes écritures sont multiples. "Quand ils écrivent, je crois bien qu'ils prennent leur crayon pour un arc. Ils n'écrivent pas, en fait : ils tirent. Ils tirent des signes qui sont des flèches." rapporte Archana dans le livre « Korwa »[35] de Frank André Jamme. Ils écrivent vite, très vite, note Swaminathan dans son catalogue. Comme ils marchent. Les Hill Korwas marchent facilement 40 km par jour, avec une vitesse infernale. Une autre théorie dans le catalogue de Swaminathan : Les Hill Korwa sont appris dans les villages, que respect et pouvoir est lié à l’habilité à écrire. Pour les Hill Korwas, l’écriture n’est pas un outil pour communiquer, mais une pure magie qui donne pouvoir.

Au moins les Hill Korwas ont apporté leur contribution à « l'écriture automatique ».

Tribu Kurumba du Tamil Nadu[modifier | modifier le code]

Peintre Kurumba

La tribu Kurumba[36] est une tribu de langue dravidienne avec une population d’environ 12 000 personnes réparties en une trentaine de villages dans le Tamil Nadu. Les Kurumbas sont animistes.

Les montagnes du Nilgiris révèlent de nombreuses inscriptions peintes ou gravées sur les parois des grottes et les falaises abruptes. Datant probablement de 2 à 3 000 ans, elles témoignent de la présence d’une grande diversité de peuplades dans des lieux difficiles d’accès.

La tribu Kurumba est l’un des 7 groupes tribaux des montagnes du Nilgiris, proche des frontières de Karnataka et Kerala. Ce sont traditionnellement des chasseurs (tir à l’arc) et des cueilleurs de miel sauvage. Aujourd’hui la chasse est interdite, la cueillette du miel se poursuit, elle est complétée par la cueillette d’autres fruits sauvages ou semi-sauvages qui sont vendus sur les marchés locaux.

Une de leurs traditions consistait à effectuer des peintures sur les façades de leurs maisons. Ces œuvres étaient principalement liées au rythme de la nature, des pluies et des récoltes, avec en particulier la célébration de Pongal, la grande fête annuelle du monde rural dans le Sud de l'Inde qui sur 3 jours honore successivement le soleil, le riz et le bétail. Ces traditions se sont presque éteintes à la fin du XXe siècle avant de reprendre il y a quelques années grâce à la fondation « CPR Environmental Education Centre » et l’organisation « TRIFED ». Plusieurs membres de la tribu ont décidé de reprendre le flambeau des anciens afin de transmettre aux générations qui suivent toute la richesse d’une culture respectueuse de son environnement. Toutes les peintures témoignent de leur attachement à la nature. Les arbres sont très présents, chaque variété ayant une fonction médicinale ou rituelle : le « houroudey maran » avec ses vertus médicinales, le « meha maram », l’arbre à sève rouge réputé pour attirer la pluie, ou bien encore le « pahala maran » favorisant les mariages[37].

Tribu Meena du Rajasthan et du Madhya Pradesh[modifier | modifier le code]

Artiste : Om Prakash Meena. RF Anders Laustsen

La tribu Meena (ou Mina) - une tribu de langue indo-aryenne - avec une population de 3,8 millions (la quatrième tribu en Inde), vit au Rajasthan (Jaipur, Bundi et Jhalawar) et à Madhya Pradesh (Bundelkhand, Gwalior et Nimar). Les Meenas sont hindouistes.

Les Meenas peignent [38] les murs et les sols de leur maisons avec des images géométriques (peinture Mandana) et animalières (la peinture Thapa)[39] pour leur fêtes rituelles et surtout pour des raisons décoratives. Les Meenas avaient leur propre royaume au Rajasthan jusqu’au XIe siècle et étaient à cette époque considérés comme une caste égale à celle des Rajput. Après le XIe siècle les Rajput ont pris le pouvoir. Avec la pauvreté au XIXe siècle, les Meenas furent obligés d'avoir des activités criminelles pour survivre. Ils furent placés par les Anglais sous le régime du Criminal Tribes Act (en)[40].

Voir aussi : 1) Mandana du Rajasthan et Madhya Pradesh, 2) Thapa du Rajasthan

Tribu bouddhiste Monpa de l'Arunachal Pradesh : la peinture Thangka ou Mandala[modifier | modifier le code]

Monpa

La tribu Monpa vit dans l'Arunachal Pradesh (50 000 habitants), au Tibet (25 000) et dans le Bhutan (3 000). Ils sont bouddhistes. Les Monpas est un peuple mongoloïde qui parlent des langues tibéto-birmanes. Les Monpas sont bouddhistes. Les Monpas font des peintures Thangka.

Un Thangka, littéralement « chose que l'on déroule », « rouleau », est une peinture, un dessin, ou un tissu sur toile caractéristique de la culture bouddhisme au Tibet, au Nepal, dans le Bhutan, au Sikkim et dans l’Arunachal Pradesh. Les peintures Thangka représentent généralement des diagrammes mystiques symboliques (mandala), des divinités du bouddhisme tibétain ou de la religion bön, ou encore des portraits du dalaï-lama. Ils sont destinés le plus souvent à servir de support à la méditation. Le sujet est représenté au centre, entouré de personnages subordonnés faisant partie de sa suite, de ses diverses formes divines, etc. Les divinités importantes du panthéon sont représentées dans la partie supérieure. La partie inférieure est réservée aux offrandes diverses et aux divinités gardiennes de la Loi. Sont figurées également des montagnes, un élément de l'iconographie tibétaine traditionnelle[41].

Voir aussi : Thangka de Sikkim et de l’Arunachal Pradesh à partir du VIIIe siècle

Tribu Rengma du Nagaland : la peinture sur tissus[modifier | modifier le code]

La tribu Rengma (61 000 habitants) est un tribu de Nagaland (51 000) et d'Assam.

Le Nagaland est divisé en sept districts administratifs. Le nom vient des Naga, ethnie locale répartie entre seize groupes et trente tribus qui constituent 84 % de la population. C’est une ethnie de type mongoloïde qui parlent des langues tibéto-birmanes. Les Nagas étaient des chasseurs-cueilleurs et se consacraient aux activités traditionnelles des peuples premiers (chasse, cueillette, agriculture vivrière). Les guerres tribales étaient fréquentes et les Nagas étaient coupeurs de têtes. Chaque tribu, chaque clan vivait isolément et avait ses propres traditions animistes. Les Britanniques mirent fin à la pratique de la coupe de têtes et aux guerres tribales. Les Nagas furent évangélisés par des missionnaires baptistes venus d'Amérique. La conversion au christianisme (maintenant 90 % des habitants à Nagaland sont chrétiens), l'alphabétisation, l'initiation à l'anglais furent les causes de changements culturels considérables, et de la perte irrémédiable des traditions ancestrales.

La peinture sur tissu avec un bout de bambou est une tradition qui reste chez les Rengmas, qui pratiquent (par des hommes âgées) cet art fortement qualifié de la peinture sur des vêtements. La peinture est une mélange de la sève d’un arbre, la cendre des feuilles et de la bière très fort. Les tribus Lotha (548 000 habitants) et Ao (232 000 habitants) pratiquent également cet art[42],[43],[44].

Tribu Santhal du Bengale et de l'Orissa : la peinture Jadupatua[modifier | modifier le code]

Peinture Santhal, style Jadupatua.

La tribu Santhal - une tribu de langue austro-asiatique - compte 6 millions d’habitants (la troisième tribu en Inde) qui vivent dans les États de Bengale-Occidental (West Bengal), Bihar, Orissa et Jharkhand. Les Santhals sont animistes.

Ils sont connus pour leurs peintures sur rouleau [45] : les Jadupatuas [46], qui a la même expression que dans l'art de Patta Chitra. Les jadupatuas (jadu veut dire magicien et patua image) sont peintres et conteurs, et vont de village en village raconter les histoires qu'ils ont peintes sur des rouleaux de feuilles de papier.

Tribu Saura de l'Orissa[modifier | modifier le code]

Peinture Saura.

La tribu Saura (alias Sora, Saora, Savara et Sabara) [47], [48] - une tribu de langue austro-asiatique - vit dans l'Orissa avec 535 000 habitants en 2011 [49], [50]. Les Sauras représentent un des 62 groupes tribaux de l’Orissa. Les peintures muraux Saura [51] ont une certain ressemblance avec celles des Warli. Les Sauras sont des grand marcheurs, grimpeurs et chasseurs. Les Sauras sont hindouistes.

Chez les Sauras, on exerce le chamanisme. Les "grands chamanes" sont toujours des femmes. Au nombre de ces fonctions figure la relation aux morts. La tâche de conduire les rituels funéraires afin de mieux accompagner les morts vers l'au-delà incombe donc à ces grands chamanes. Leurs peintures sont des moyens destinés à conjurer des mauvais sorts ou à invoquer des moments propitiatoires ou, plus généralement, destinés à marquer les 4 principaux moments de la vie : la naissance, la puberté, le mariage, le décès. Au-delà des formes traditionnelles de l’art indien qui relate généralement des épisodes des grandes légendes de l’hindouisme, les Sauras puisent leur inspiration pour traduire une Inde qui mêle scènes primitives et objets du monde moderne. Très souvent les illustrations sont inscrites dans un cadre géométrique très strict, une façon de figurer le resserrement de la tribu en un lieu protégé, tel un temple virtuel porteur de leur identité. Deux motifs d’encadrement bordent généralement chaque peinture : celle située à l’extérieur symbolise la ligne des montagnes qui les entourent, l’autre figure la forêt qui les abrite. Probablement une façon d’affirmer leur territoire et leurs ressources face aux dangers qui les menacent.

Tribu Tharu de l'Uttarakhand et de l'Uttar Pradesh[modifier | modifier le code]

Tharu women in traditional dress

La Tharu - une tribu de langue indo-aryenne - vit au Nepal (1 700 000), dans l'Uttarakhand (256 000) et l'Uttar Pradesh (84 000). Ils sont hindou (87 %) et bouddhistes (13 %). Les Tharu est un peuple mongoloïde. Les femmes Tharu font des peintures murales[52].

Tribu Vaghri du Gujarat : la peinture Kalamkari[modifier | modifier le code]

La tribu Vaghri vit dans le Gujarat, à Rajasthan et au Pakistan. Ils parlent Vaghriboli (proche de Gujarati) dans leur tribu, et Gujarati. Ils sont Hindu. Ils furent placés par les Anglais sous le régime du Criminal Tribes Act (en)[40] en 1871.

Voir : Peinture Kalamkari

Tribu Warli du Maharastra et du Gujarat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Warli.
Reena Umbersad Valvi - Warli artiste - RF Anders Laustsen

La tribu Warli avec une langue indo-aryenne compte d'un million d’habitants situés dans le Maharastra (360 000), le Gujarat (260 000), Le Karnataka, Goa et au Pakistan. Les Warlis ont leur propre mode de croyance, de vie et de coutume. Ils sont animistes, mais assimilent volontiers traditions et divinités hindoues.

Les Warlis habitent dans des villages traditionnels, disséminés dans la campagne autour de la ville de Dahanu dans le Thane District. Leurs peintures murales, dont la tradition remonte à 2500-3000 avant notre ère, ont des similarités à celles que l’on trouve dans les grottes de Bhimbetka, dans le Madhya Pradesh.

Les peintres Warli sont d’authentiques peintres qui ont appris simplement en regardant les anciens (les femmes surtout) peindre les fresques traditionnelles sur les murs des maisons, comme cela se pratique en terre Warli depuis plusieurs millénaires. Tous respectent les règles de la tradition : la représentation des personnages avec deux triangles, de couleur blanche sur un fond brun. Les sujets sont les dieux, la vie quotidienne et les légendes de leur tribu. Les Warli expriment leurs croyances par des peintures rituelles, autrefois réalisées uniquement par des femmes, deux fois par an, à la récolte du riz ou lors des mariages. Au départ, elles étaient peintes sur le mur des maisons bâties en terre rouge et en bambou. L’habitation était auparavant lavée rituellement avec de la bouse de vache.

Les motifs graphiques sont très simples : le cercle, le triangle et le carré. Le cercle et le triangle sont issus de l’observation de la nature. Le carré (souvent au centre de la peinture) est l’espace réservé au sacré. Les corps humains sont représentés par des triangles inversés. Ils expriment le mouvement. Le triangle pointé vers le haut représente le bassin, celui pointé vers le bas, le torse. Le cercle représente la tête. Les peintures Warli sont exécutées sur un fond ocre, rouge ou noir à partir de bouse de vache. La couleur blanche est obtenue à partir de pâte de riz, d’eau et de gomme et placée à l’aide d’un bâtonnet de bambou mâchonné à son extrémité pour lui donner la souplesse d’un pinceau.

Depuis une trentaine d’années, les peintures montrent une recherche esthétique plus grande, plus innovatrice. À la suite de Jivya Soma Mashé, le maitre incontesté, les peintres représentent leurs rêves, disent leur émotion, parlent d’espoir [53], [54], [55].

Tribus d'Hazaribagh du Jharkhand : la peinture Khovar et Sohrai[modifier | modifier le code]

Rukmani Devi, peinture Khovar. RF Anders Laustsen

Dans la région de la ville Hazaribagh, dans le Jharkhand, les femmes des tribus Kurmi, Prajapati, Ganju, Santhal, Oraon, Malhar, Munda…, peignent sur les murs de leur maisons.

Le Jharkhand est un plateau du Nord de l’Inde boisé parcouru de vallées profondes et peuplé de populations aborigènes, en particulier dans la petite région de Hazaribagh. Plus d’une douzaine de sites [56] préhistoriques y ont été découverts avec des peintures rupestres qui rappellent les poteries néolithiques de la civilisation de l’Indus contemporaine de Babylone. Cet art rupestre se retrouve dans le style contemporain des peintures murales des villages des environs en deux styles principaux, Khovar et Sohrai, dont les artistes sont exclusivement des femmes.

Les motifs sont là pour célébrer les mariages (l'art "Khovar") et pour fêter la moisson et vénérer les vaches (l'art "Sohrai"). La peinture Khovar est maintenant exercée dans les villages de Jorakath et Kharati dans le sud-ouest de Hazaribagh; la peinture Sohrai dans le village Bhelwara dans l'est de Hazaribagh.

Le style Khovar est un art nuptial pratiqué par des tribus semi-hindouisées qui vivent dans des villages nichés dans des collines boisées. Il utilise la technique du Sgraffito qui consiste à appliquer une couche de terre noire mélangée avec du charbon de bois qu’on laisse sécher avant d’y appliquer une terre semi liquide blanche à base de kaolin qui est ensuite raclée avec un peigne ou avec les doigts, pour découvrir le substrat noir et faire apparaitre des motifs qui jouent sur le contraste blanc-noir[57],[58].

Annexes[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Voici quelques expositions notables :

  • 1984 - Mumbai, Chemould Art Gallery - Jyvia Soma Mashé, solo
  • 1985 - Bhopal Inde - Bharat Bhavan - « Hill Korwa »
  • 1988 - Japon, Bharat Mahotsav - Jangarh Singh Shyam
  • 1988 - Londres, Bharat Mahotsav - Jangarh Singh Shyam
  • 1989 - Paris, Musée Pompidou et Halle de la Villette - « Magiciens de la terre » avec Jangarh Singh Shyam
  • 1990 - New Delhi - National Gallery of Modern Art - Jangarh Singh Shyam
  • 1992 - Pays-Bas - « Nine contemporary Indian artists » - Jangarh Singh Shyam
  • 1992 - Mumbai - Chemould Art Gallery - Jangarh Singh Shyam, solo
  • 1993 - Australie - « Multiple streams of Contemporary Indian Art » - Jangarh Singh Shyam
  • 1996 - Paris - Galerie du jour par Frank André Jamme - « Hill Korwa »
  • 1996 - Mumbai - Chemould Art Gallery - Hazaribagh painting from Jharkhand
  • 1997 - New Delhi - Sahajan Art Gallery - Jangarh Singh Shyam, solo
  • 1998 - New Dehli - Crafts Museum - « Other Masters » - Jyvia Soma Mashe, Jangarh Singh Shyam, Bhajju Shyam ...
  • 1998 - Paris, Musée des Arts Décoratifs - Expéditions Indiennes - Jangarh Singh Shyam
  • 2001 - New York - Drawing Center - « Hill Korwa »
  • 2001 - Mumbai, National Gallery of Modern Art - Venkat Shyam
  • 2003 - Jivya Soma Mashe - Richard Long "Dialog" Museum Kunst Palast Düsseldorf
  • 2004 - Jivya Soma Mashe - Richard Long "Un Incontro" PAC Milan
  • 2004 - Barcelone - Venkat Shyam
  • 2007 - Écosse - The tallest Story Competition - Venkat Shyam
  • 2007 - Paris, Halle Saint Pierre - Jyvia Soma Mashe
  • 2009 - Mumbai - Pundole Art Gallery - « Now that the trees have spoken » : Bhuri Bai, Ram Singh Urveti, Ladoo Bai, Narmada Prasad Tekam
  • 2009 - Mumbai - Chemould Art Gallery « Jangarh Singh Shyam and family »
  • 2010 - New Delhi - Art Alive Gallery - « Jangarh Kalam » : Durga Bai, Ram Singh Urveti, Bhajju Shyam, Mayank Shyam
  • 2010 - Paris, Musée du Quai Branly - « Autres Maîtres de l'Inde »
  • 2010 - États-Unis, Davis Museum - Painted songs and stories
  • 2010 - Brookline Art Center, near Boston - « The tribal art of Venkat Raman Singh Shyam »
  • 2012 - Paris, Fondation Cartier - « Histoires de voir » avec Jivya Soma Mashe, Shantaram Tumbada, Chano Devi
  • 2015 - Paris, Espace Beaurepaire - « Vernacular India, tribal painting » : Gond, Bhil, Rathwa, Hill Korwa, Baiga, Meena, Warli

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Julia Marchand, Construction identitaire de l’art tribal contemporain indien : Jangarh Singh Shyam et Jyvia Soma Mashe,
  2. Riddles of Indian Rockshelter Paintings - S K Tiwari - Sarup and Sons - 1999 - (ISBN 978-3-908617-13-6)
  3. « Cave and Rock Art in India »
  4. « Dr. Gautam Chatterjee, ROCK ART HERITAGE OF INDIA »
  5. Jean Clottes et Meenakshi Dubey-Pathak, Des images pour les Dieux, Éditions errance, 2013, (ISBN 978-2-877-72559-0)
  6. Verrier Elwin, The Baiga, Gian Publishing House, 2009 (édition reprint), (ISBN 978-81-212-0054-7)
  7. Rajesh K. Gautam, Baigas: The Hunter Gatherers of Central India, 2011, (ISBN 978-93-501-8039-6)
  8. Wilhelm Koppers, Die Bhil in Zentralindien, Verlag Ferdinand Berger, Horn-Wien, 1948
  9. Bhananushanker Gahlot and Dr Dharmendra Pare, Bhil Devlok, Adivasi Lok Kalam Evam Boli Vikas Academy, 2013
  10. « Artistes Bhil »
  11. a, b et c illustrations : Mayank Kumar Shyam, Ram Singh Urveti, Bhuri Bai, Freedom : Sixty Years After Indian Independence, Art and Heritage Foundations, 2007, (ISBN 978-81-904858-0-7)
  12. Jyotindra Jain, Painted Myths of Creation. Art and Ritual of an Indian Tribe, Lalit Kala Akademi, ASIN: B000OJOIUA
  13. Haku Shah, The Ritual Painting of the God Pithora Baba in Central Gujarat : A Tribal Ritual, 1984
  14. « Symbols of Chittara and its Contextual Relevance in the Society »
  15. « Artistes de L'école « Jangarh Kalam » »
  16. a et b Gita Wolf, Bhajju Shyam et Jonathan yamakami, Signature - patterns of Gond Art, taraBOOKS, 2010, (ISBN 978-93-80340-02-9)
  17. Shalina Reys and Nankusia Shyam, Bulli & The Tiger, Pratham Books, 2010, (ISBN 978-93-50220-17-7)
  18. Kanchana Arni et Gita Wolf, Bhajju Shyam, Beasts of India, Tara Books, 2003, (ISBN 81-86211-78-0)
  19. I Anushka Ravishankar, illustrations: Bhajju Shyam, like cats, Tara books, 2009, (ISBN 978-81-906756-1-1)
  20. Gita Wolf et Sirish Rao, illustrations: Bhajju Shyam, La petite sirène, Syros, 2009, (ISBN 978-2-7485-0841-3)
  21. a et b Bhajju Shyam, illustrations: Durga Bai et Ram Singh Urveti, La vie nocturne des arbres, Acte Sud Junior, 2013, (ISBN 978-2-330-02132-0)
  22. Bhajju Shyam, Mon voyage inoubliable, Syros, 2014, (ISBN 978-2-7485-1490-2)
  23. Gita Wolf & Andrea Anastasio - illustrations: Bhajju Shyam, Alone in the Forest, Tara Books, 2012, (ISBN 978-81-923171-5-1)
  24. Sirish Rao, illustrations: Bhajju Shyam, Voila comment je vois les choses, Syros, 2007, (ISBN 2-7485-0567-0)
  25. a et b illustrations: Gîta Wolf and Bhajju Shyam, Creation, Tara Books, 2014, (ISBN 978-93-831450-3-4)
  26. Venkat Raman Singh Shyam with S. Anand, Finding My Way - A Gondwana Journey, navayana - A draft sample for Frankfurt Buchmesse, 2012
  27. Sirish RAO, illustrations: Durga Bai, Les Animaux musiciens, Acte Sud Junior, 2008, (ISBN 978-2-7427-7804-1)
  28. Anushka RAVISHANKAR et Sirish RAO, illustrations: Durga Bai, Un, deux, trois, dans l'arbre!, Acte Sud Junior, 2006, (ISBN 978-2-7427-5916-3)
  29. Gita Wolf, illustrations: Durga Bai, Book of Rhyme, taraBOOKS, 2010, (ISBN 978-93-80340-06-7)
  30. a et b Illustrations: Durga Bai et Subhash Vyam, Bhimayana, Éditions MeMo, 2012, (ISBN 978-2-35289-153-6) - La vie d'Ambedkar
  31. « La légende des sept frères, Illustré par Subhash Vyam. Le texte librement présenté par Lucas Chevalier, Anne Chevalier et Anders Laustsen. »
  32. illustrations: Ram Singh Urveti, I saw a Peacock with a fiery Tail, Tara Books, 2011, (ISBN 978-93-80340-14-2)
  33. « Courrier International - 30 septembre 2010 »
  34. S.G. Deogaonkar, The Hill Korwa, 1986, (ISBN 0-00-000030-2)
  35. « Korwa : des écritures magiques » publié en 1996 par « Galerie du Jour Agnès B.». Auteur : Franck André Jamme. (ISBN 978-2-906496-22-4).
  36. « Peinture Kurumba »
  37. « The Hindu, Sep 13 2013, Cadence of Kurumba life »
  38. Madan Meena, Nurturing Walls: Animal Paintings by Meena Women, Tara Books, 2009, (ISBN 978-81-86211-68-7)
  39. les peintures Mandana et Thapa sont aussi exercé par d'autres tribus et non-tribus au Rajasthan et au nord de Madhya Pradesh
  40. a et b « Dhara Vora, From painted walls to colour books, 2010 »
  41. David Jackson, Tibetan Thangka Painting - Methods And Materials, 2006, (ISBN 978-1-559-39257-0)
  42. Textiles of Nagaland, Indira Gandhi National Centre for the Arts, 2007-10-25
  43. James Philip Mills, (1980) [1937]. The Rengma Nagas, Macmillan and Co./United Publishers. OCLC 826343
  44. Richard Kunz & Vibha Joshi. 2008., Naga - A Forgotten Mountain Region Rediscovered., Basel: Merian
  45. Amitabh SenGupta, Scroll Paintings of Bengal, Art in the Village, 2012, (ISBN 978-1-4678-9663-4)
  46. « Jadupatuas »
  47. Verrier Elwin, The Religion of an Indian Tribe, Oxford University Press, 1955
  48. Verrier Elwin, Saora Pictographs, Marg, 1948
  49. « Tribal Population in Orissa, census 2011 »
  50. « Tribal Population in Orissa, page 100 -120 »
  51. Dinanath Pathy, Let A Thousand Flowers Bloom: Contemporary Art of Orissa, Aryan Books International, 2001, (ISBN 978-81-7305-209-5)
  52. « Tharu Tribal Arts and Culture »
  53. Yashodhara Dalmia, The painted world of the Warlis: Art and ritual of the Warli tribes of Maharashtra, Lalit Kala Akademi, 1988, ASIN: B0006ETVN2
  54. Christian Guillais et Michèle Panhelleux, Les petits hommes qui dansent sur les murs. L'art ancestral des Warlis, 2014, (ISBN 978-1-291-81100-1)
  55. Texte et Warli dessins par Rajesh Chaitrya, Nina Sabnanini, Ankir Chadha, My Gandhi Story, Éditions Tulika Publishers, 2014, (ISBN 978-9-350-46483-0)
  56. Saraiya, Mirzapur, Vindhyan, Isco, Thethangi, Saraiya, Satpahar, Khandar, Raham, Sidpa, Gonda, et Nautangwa.
  57. « Tribal Art of Hazaribagh, 2010 »
  58. Bulu Imam, Hazaribagh School of Painting & Decorative Arts, 2015, (ISBN 978-3-659-76166-9)