Peintre de Hirschfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cratère de Hirschfeld, Musée national archéologique d'Athènes, NAMA 990.

Le « peintre de Hirschfeld » est le nom conventionnellement donné à un potier et céramographe grec anonyme, actif en Attique entre -750 et -725, dont la production est dans le style de la fin de l'époque géométrique I. Son nom est dû à l'archéologue Gustav Hirschfeld qui a décrit pour la première fois le chef-d'œuvre désormais connu sous le nom de cratère de Hirschfeld, conservé au Musée national archéologique d'Athènes (inv. 990)[1].

Style[modifier | modifier le code]

Le style du peintre de Hirschfeld reprend celui du maître du Dipylon et de son atelier, mais à la différence de celui-ci, comme en témoignent le NAMA 990 et le MMA 14.130.14, la plus grande partie de la surface du vase est cette fois dédiée à des scènes où interviennent des chœurs et autres rassemblements de figures humaines représentées en nombre. La décoration géométrique (coquilles Saint-Jacques, méandres, losanges, pointillés, triangles) a une fonction ornementale secondaire par rapport aux scènes quasi narratives qui annoncent le style ultérieur géométrique tardif II[2].

Œuvres attribuées à cet atelier[modifier | modifier le code]

Cratère funéraire athénien, atelier du « peintre de Hirschfeld », géométrique tardif I, -750/-735 environ. Hauteur : 108,3 cm. New York, Metropolitan Museum of Art 14.130.14


Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gisela M. A. Richter, Two Colossal Athenian Geometric or "Dipylon" Vases in the Metropolitan Museum of Art, American Journal of Archaeology, octobre-décembre 1915.
  • Jeffrey Mark Hurwit, The art and culture of early Greece : 1100-480 b.C., Cornell University Press, London, 1985 (ISBN 0-8014-1767-8)
  • John Nicolas Coldstream, Greek geometric pottery : a survey of ten local styles and their chronology, 1968, p.41
  • Gustav Hirschfeld, Lettera ad A. Conze, Annali dell’ Instituto di corrispondenza archeologica, 1872, p.131–181
  • Steven L. Hyatt, The Greek vase, Michigan 1981, p.30
  • Corpus Vasorum Antiquorum, tome 79, 1995, p.22.
  • Thomas Mannack, Griechische Vasenmalerei. Eine Einführung. Theiss, Stuttgart 2002, p.76. (ISBN 3-8062-1743-2).

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]