Peñarroya-Pueblonuevo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Peñarroya-Pueblonuevo
Blason de Peñarroya-Pueblonuevo
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Statut Municipio
Communauté autonome Andalousie
Province Cordoue
Comarque Valle del Guadiato
Maire
Mandat
Luisa Ruiz Fernández (PSOE) (PSOE)
2007-2011
Code postal 14200
Démographie
Gentilé (es) Peñarrotense, Peñarriblense ou Peñarroyense
Population 11 863 hab. (2008)
Densité 183 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 18′ 00″ nord, 5° 16′ 00″ ouest
Altitude 537 m
Superficie 6 488 ha = 64,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Cordoue

Voir sur la carte administrative de Cordoue
City locator 14.svg
Peñarroya-Pueblonuevo

Géolocalisation sur la carte : Andalousie

Voir sur la carte administrative d'Andalousie
City locator 14.svg
Peñarroya-Pueblonuevo

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Peñarroya-Pueblonuevo

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Peñarroya-Pueblonuevo
Liens
Site web www.penarroyapueblonuevo.es

Peñarroya-Pueblonuevo est une ville d’Espagne, dans la province de Cordoue, communauté autonome d’Andalousie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

C'est de 1272 que date la référence la plus ancienne au nom de Peñarroya, localité du royaume d'Alfonse X. Elle tire son origine d'une simple villa médiévale, transformée plus tard en village, connu sous le nom de Peña Roja (« Rocher Rouge » en espagnol).

À la suite des événements de Fuente Obejuna en 1476, ses habitants quittent le village et s'établissent à Peñarroya, qui devient alors un village habité toute l'année. Il dépend alors, et jusqu'en 1886, à la commune de Bélmez.

La vraie fortune de Peñarroya arrive en 1777, quand José Simón de Lillo, fournisseur de viandes de l'armée et des mines d'Almadén, se dirigeant vers Bélmez pour acheter des moutons, passant le long du ruisseau de la Hontanilla, reconnait des affleurements de charbon dans les terres noires.

La localité de Pueblonuevo del Terrible apparut au XIXe siècle, grâce aux exploitations minières. Le nom de « Terrible » lui vient d'un chien qui portait ce nom et qui était connu pour sa férocité.

La commune actuelle est issue de la fusion en 1927 des deux communes de Peñarroya et de Pueblonuevo, qui avaient déjà été séparées de Bélmez au siècle précédent. Les deux noyaux de population étaient effectivement contigus.

Le développement industriel[modifier | modifier le code]

L'importance des gisements attira les investisseurs, pour la plupart français, qui fondèrent de nouvelles compagnies minières.

Le premier complexe industriel (Cerco Industrial) fut construit en 1875 près de Pueblonuevo del Terrible par la Hullera Belmezana (« Charbonnages de Bélmez »). Elle se développa rapidement et fit construire la voie ferrée entre Bélmez et Castillo de Almorchón, puis entre Bélmez et Cordoue afin d'attirer de nouveaux mineurs et d'exporter la production. Cela attira effectivement de nombreux immigrants qui s'installèrent alors dans la région. Il y avait plusieurs Français, envoyés par leur compagnie et établis dans le quartier de la colonie française, mais également de nombreux Portugais et des Italiens. Peu à peu, le mouvement ouvrier se renforça.

Dans la première décennie du XXe siècle, l'ensemble minier de Peñarroya-Pueblonuevo devint l'un des principaux pôles industriels d'Andalousie et le plus grand de la province de Cordoue. On y trouvait une fonderie de plomb, une centrale thermique, une usine de désargentation, une de produits chimiques, etc. En 1914, avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, la production s'accrut encore plus, et la commune atteignit une population de 24 000 habitants.

Monuments[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Population de Peñarroya-Pueblonuevo
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
13 024 12 740 12 559 12 453 12 351 12 171 11 985 11 918 11 863 11 883

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]