Pays de la région mulhousienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pays de la Région Mulhousienne
Pays de la région mulhousienne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Régions Alsace
Départements Haut-Rhin
Siège Mulhouse
Démographie
Population 258 485 hab. (2008)
Subdivisions
Communes 39
EPCIFP 2
Liens
Site web http://www.region-mulhousienne.fr
Carte de l’Alsace avec les régions naturelles et Mulhouse au sud.

Le pays de la région mulhousienne était une entité constituée au sens de la loi Voynet. Ce pays regroupait des communes issues de trois régions naturelles alsaciennes : majoritairement l’Ochsenfeld et la Hardt mais également le nord Sundgau.

Le pays de la région mulhousienne regroupe 258 485 habitants en 2008, repartis dans 39 communes.

Composition territoriale[modifier | modifier le code]

Au , le Pays de la région mulhousienne était constitué de deux intercommunalités :

Le Pays de la région mulhousienne (montre encore les anciennes intercommunalités en rouge, magenta et jaune avant leur fusion avec les communes isolées en vert).

L'intercommunalité et l'absence de réelle unité de l'agglomération jusqu'à la création fin 2009 de Mulhouse Alsace Agglomération ont longtemps handicapé la politique locale et donné régulièrement lieu à des conflits d'ordre politique entre intercommunalités.

Par arrêté préfectoral du 16 décembre 2009, la Communauté d'agglomération Mulhouse Sud-Alsace a fusionné avec la Communauté de communes de l'Ile Napoléon et la Communauté de communes des Collines, avec rattachement des communes d'Illzach, Galfingue, Pfastatt et Heimsbrunn pour donner naissance à Mulhouse Alsace Agglomération. La commune de Wittelsheim, longtemps restée en dehors de toute structure intercommunale l'a finalement rejointe le à la suite d'une longue procédure judiciaire[1].

Enfin le , la communauté de communes Porte de France Rhin Sud fusionne avec Mulhouse Alsace Agglomération[2], provoquant la dissolution du Pays, qui voit ses prérogatives reprises par l'agglomération qui recouvre désormais le même territoire[3].

Principales zones urbaines et d'activités[modifier | modifier le code]

Avec plus de 15 000 habitants, Wittenheim et Illzach sont respectivement les quatrième et cinquième communes les plus peuplées du Haut-Rhin. Viennent ensuite avec plus de 12000 habitants Rixheim, Riedisheim et Kingersheim puis Pfastatt, Sausheim, Lutterbach, Brunstatt, Morschwiller-le-Bas, et Didenheim.

Les zones commerciales Kingersheim-Wittenheim (Kaligone-Pôle 430), l'Île-Napoléon (Illzach, Sausheim), le Technopôle (parc des Collines et de la Mer Rouge) ainsi que l'Usine Peugeot-Citroën de Sausheim constituent les principaux pôles d'activité de l'agglomération.

Les communes de la banlieue proche sont celles qui sont incluses dans l'unité urbaine, celles qui sont dans la banlieue lointaine sont plus éloignées mais fortement dépendantes de Mulhouse.

La banlieue proche[modifier | modifier le code]

La banlieue lointaine[modifier | modifier le code]

Communes du pays non rattachées au SCOT[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wittelsheim: La Ville prépare son entrée dans M2A », Journal l'Alsace du 22 décembre 2013, consulté le 7 janvier 2014
  2. « SDCI du Haut-Rhin », sur http://www.haut-rhin.gouv.fr, (consulté le 11 juillet 2016).
  3. « Le SCOT de la Région Mulhousienne », sur http://www.ville-staffelfelden.fr (consulté le 2 février 2017).