Pax Sinica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pax Sinica (latin pour Paix chinoise) est un terme historiographique, modelé d’après l’expression originale Pax Romana, appliqué à la période de la paix en Asie orientale, maintenue par l'hégémonie chinoise. Elle couvre généralement les périodes de domination ses dynasties Han, Tang et Ming. Pendant ces périodes, la Chine fut la civilisation dominante dans la région, en raison de sa puissance culturelle, politique, économique, et militaire.

La première Pax Sinica du monde oriental fut établi par la dynastie chinoise des Han. Elle coïncida avec la Pax Romana du monde occidental sous l’égide de Rome[1]. Elle stimula les voyages lointains et le commerce[2]. La Pax Sinica et Pax Romana commencèrent toutes deux à s’éroder vers l’an 200[2]..

La Chine des Tang (618-907) établit un seconde Pax Sinica[3]. Cela fut considéré comme l'un des âges d'or de la Chine[3]. L'économie, le commerce, la culture et la science furent florissante et atteignirent de nouveaux sommets[3]. Au début de la dynastie des Tang, notamment pendant le règne de l'empereur Taizong, les Chinois soumirent leurs voisins nomades[3]. Ceci assura la sécurité et la paix de nombreux itinéraires commerciaux[3]. La Pax Sinica permit un nouvel âge pour l'échange via la route de la soie[3]. La civilisation chinoise devint ouverte et cosmopolite à toutes les personnes proches et lointaines[3]. Beaucoup de gens de différentes origines et confessions se rendirent dans la capitale Chang'an[3], dont des clercs, des commerçants, et des envoyés d'Inde, de Perse, d'Arabie, de Syrie, de Corée et du Japon[3].

Une résurgence de ce terme apparut au cours des dernières années, alors que la montée de la Chine changeait le paysage géopolitique en Asie. Le point de vue que la nouvelle Pax Sinica en Asie centrale pouvait aider à maintenir la stabilité dans la région, fut exprimé[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John C. Plott, Global History of Philosophy : The Han-Hellenistic-Bactrian period, New Delhi, Motilal Banarsidass, , 259 p. (ISBN 978-81-208-0456-2, lire en ligne), p. 57
  2. a et b (en) Encyclopedia of world environmental history, New York, Krech III, Shepard; McNeil, J.R.; Merchant, Carolyn, (ISBN 9780415937337), p. 135
  3. a b c d e f g h et i (en) Kishore Mahbubani, The New Asian Hemisphere : The Irresistible Shift of Global Power to the East., New York, PublicAffairs, , 336 p. (ISBN 978-1-58648-628-0), p. 149
  4. Pax-Sinica: Why the U.S. should hand over Afghanistan and Central Asia to China

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • KIM, S.S, China's Pacific Policy: Reconciling the Irreconcilable, International Journal, 1994.
  • Kueh, Y.Y. (2012). Pax Sinica: Geopolitics and Economics of China's Ascendance
  • TERMINSKI, Bogumil, (2010), The Evolution of the Concept of Perpetual Peace in the History of Political-Legal Thought, Perspectivas Internacionales, vol. 10: 277-291.
  • YEOH, Kok Kheng, (2009), Towards Pax Sinica?: China's rise and transformation : impacts and implications, University of Malaya.
  • ZHANG, Yongjin, (2001), System, empire and state in Chinese international relations, Review of International Studies, vol. 27: 43-63.