Pavillon du Verdurier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pavillon du Verdurier
Image dans Infobox.
Vue du pavillon
Présentation
Destination initiale
Marché couvert
Destination actuelle
Lieu d'exposition
Style
XXe siècle
Architecte
Construction
1919
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Division administrative
Commune
Adresse
15 rue du CollègeVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne
(Voir situation sur carte : Haute-Vienne)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Limoges
(Voir situation sur carte : Limoges)
Point carte.svg

Le pavillon du Verdurier est un monument du centre-ville de Limoges, situé tout près du lycée Gay-Lussac. Ancien pavillon frigorifique construit après la Première guerre mondiale, il est ensuite successivement un marché couvert, une gare routière puis, de nos jours encore, une salle d'exposition.

Brève présentation[modifier | modifier le code]

Détail

Le quartier du Verdurier, quartier populaire, est considéré comme insalubre au début du XXe siècle. Il est partiellement détruit par décision du conseil municipal, en 1912-1913. Il est rebâti jusqu'aux années 1930.

Le pavillon du Verdurier a été construit en 1919 par Roger Gonthier, architecte de la Gare des Bénédictins. Édifice de plan octogonal, il est bâti en béton armé et orné de mosaïques et de grès cérame par la maison Gentil & Bourdet de Boulogne-Billancourt. Contrairement à une fausse information couramment reprise, y compris par la notice des Monuments historiques, les décorations intérieures ne sont pas signées du peintre Léonard Chigot, mort en 1903[1], mais du dessinateur Pierre Parot, associé au verrier Francis Chigot, fils de Léonard[2].

Il est originellement construit comme pavillon frigorifique, destiné au stockage et à la vente de viande importée d'Argentine, en pleine pénurie liée à la Grande Guerre[3]. Devenu marché couvert, il est cédé à la commune deux ans après sa construction et dès 1942 devient gare routière, fonction qu'il gardera plus de 30 ans.

L'édifice a été inscrit au titre des monuments historiques le [4]. Le pavillon est restauré par la Ville en 1978 et acquiert sa fonction qu'il occupe de nos jours, celle de lieu d'exposition.

Accès[modifier | modifier le code]

Ce lieu est desservi par les lignes de trolleybus de la TCL : 4 (station Saint-Pierre), 2 (station Place Wilson).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Association Francis Chigot, « Biographie », sur francischigot.fr (consulté le ).
  2. Données produites par Martine Tandeau de Marsac, historienne, petite-fille de Francis Chigot.
  3. Limoges de A à Z, Philippe Grandcoing et Michel Kiener, Ed. Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2010
  4. « Ancien pavillon frigorifique, dit pavillon du Verdurier », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]