Pavel Dybenko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pavel Dybenko
Dybenko PE.jpg
Fonction
Député de l'Assemblée constituante russe de 1918
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Allégeance
Activités
Fratrie
Fiodor Dybenko (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Parti politique
Membre de
Comité central de l'Union soviétique (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Arme
Grade militaire
Komandarm 2nd rank (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflits
Première Guerre mondiale
Front ukrainien (1919) (en)
Northern Taurida Operation (en)
Révolte de Kronstadt
Insurrection de Petrograd en octobre 1917 (d)
Révolution russe
Journées de juillet 1917
Révolte de TambovVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
signature de Pavel Dybenko
Signature

Pavel Iefimovitch Dybenko (en ukrainien : Павло Юхимович Дибенко, en russe : Павел Ефимович Дыбенко), né le à Novozybkov et mort exécuté le à Kommounarka, est un révolutionnaire russe et un officier soviétique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pavel Dybenko est né d'une famille de paysans ukrainiens dans le village de Lyudkovo (situé sur l'actuel territoire de la ville de Novozybkov dans l'oblast de Briansk). Il se déplace à Riga pour travailler en tant que docker. En , il rejoint la flotte de la Baltique, puis, en 1912, il adhère au parti bolchevique.

Après la révolution d'Octobre, il est chargé au sein du Conseil des commissaires du peuple des affaires navales. Il est le compagnon d'Alexandra Kollontaï de 1917 à 1922[1]. Après la guerre civile, il est décoré de l'Ordre du Drapeau rouge pour ses actes militaires. En 1922, Dybenko est nommé commandant d'un corps de l'Armée rouge.

Au cours des années 1930, Dybenko devient membre du Soviet suprême de l'URSS.

Dans le cadre des Grandes Purges, il dirige personnellement l'« épuration » dans le district militaire de Leningrad en 1936-1937. En , il participe, en tant que juge, au procès des officiers généraux de l’Armée rouge (appelé le « groupe Toukhatchevski »). Dybenko fait ensuite partie des officiers purgés du Parti communiste de l'Union soviétique en 1938. Il est accusé de corruption, de comportement immoral, ainsi que d'espionnage au profit des États-Unis. Il est condamné à mort et fusillé.

Vingt ans plus tard, Dybenko est réhabilité par Nikita Khrouchtchev.

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henryk Lenczyc, « Alexandra Kollontai. Essai bibliographique », Cahiers du monde russe,‎ , p. 205-241 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]