Paulus (chanteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paulus.
Paulus
Description de l'image Paulus 01.jpg.
Informations générales
Naissance
Bayonne (Basses-Pyrénées)
Décès (à 63 ans)
Saint-Mandé (Seine)
Activité principale chanteur
Genre musical chanson française
Années actives 1864-1906

Jean-Paul Habans, dit Paulus, est un chanteur français, né à Bayonne le , mort à Saint-Mandé le . Créateur de En revenant de la revue, hymne du boulangisme, il est, avec Thérésa et Ouvrard, une des premières véritables vedettes du café-concert.

Biographie[modifier | modifier le code]

Affiche (1891) par Sem

Paulus grandit à Bordeaux. Il fait ses débuts dans les caf'conc' de Paris en 1864 et fréquente les goguettes. Petit à petit, il est programmé dans les salles françaises les plus prestigieuses, notamment à l'Eldorado. Il est le premier en 1888 à atteindre des cachets très importants (400 francs par représentation en 1888[1]).

Il crée En revenant de la revue en à L'Eldorado, chanson à la gloire de l'armée française qui se remet de la défaite. Le soir du 14 juillet, dans son tour de chant, alors que Paris ne parle que de la revue de Longchamp, Paulus modifie le couplet :

Moi, j' faisais qu'admirer
Tous nos braves petits troupiers

par

Moi, j' faisais qu'admirer
Notr' brav' général Boulanger

La salle lui fait un triomphe. La chanson devient une chanson boulangiste et entre dans la petite histoire de la chanson française. Elle sera notamment enregistrée par Malloire[2] (1889-1959), par Perchicot et bien plus tard, reprise par Bourvil (1950) ou Guy Béart (1982).

En 1887, il fonde le journal La Revue des Concerts. Il est brièvement le propriétaire d'une salle de spectacle à Paris, le Ba-Ta-Clan, en 1892[3]. Fermé pour cause de faillite, le Ba-Ta-Clan redevient, sous la direction de Paulus, un lieu à la mode. Il en confie la direction artistique à son parolier favori, Léon Garnier. On y voit et entend Fragson, Bruant, Paula Brébion[4], et l'une des attractions est assurée par Buffalo Bill. L'aventure dure jusqu'en 1897[5]. À partir de 1889, il part en tournée dans les capitales européennes, en Russie et à New York. Il fait ses adieux le sur la scène de la Gaîté. Le chansonnier Octave Pradels recueille alors ses souvenirs. Ils seront publiés sous la forme de 33 fascicules illustrés[6], accompagnés de reproductions des personnages cités, et de partitions. Ces souvenirs fourmillent d'anecdotes sur le café-concert, ses contemporains et quelques figures légendaires : Thérésa, Gustave Nadaud, Céleste Mogador, Virginie Dejazet, Marius Richard[7], Polin, Harry Fragson, Yvette Guilbert, Félix Mayol, Aristide Bruant, Dranem mais aussi la cantatrice Hortense Schneider.

Selon la revue Les Chansons de Paris (1903)[8], Paulus a créé au cours de ses « 30 années de succès, 2 500 chansons ».

Il meurt en 1908 et est inhumé dans le Cimetière Sud de Saint-Mandé, dépendant de la commune mais situé dans le 12e arrondissement de Paris.

Quelques chansons[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C. Brunschwig, L.-J. Calvet, J.-C. Klein, 1981, p.301. ; Serge Dillaz, 1991, p. 47-48
  2. Malloire sur data.bnf.fr
  3. Id., p.300.
  4. Paula Brébion sur Du temps des cerises aux feuilles mortes.net
  5. Le Bataclan
  6. La Vie illustrée, n° 424 du 30 novembre 1906.
  7. Marius Richard sur data.bnf.fr
  8. Chansons de Paris, no 2 3 mai 1903, p.10.
  9. Louis Raynal sur data.bnf.fr
  10. Louis-César Desormes sur data.bnf.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources historiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chantal Brunschwig, Louis-Jean Calvet, Jean-Claude Klein, Cent ans de chanson française, coll. Points actuels, Seuil, Paris, 1981 (ISBN 2-02-00-2915-4) (1re éd. reliée)
  • Serge Dillaz, La Chanson sous la IIIe république (1870-1940), Tallandier, 1991 (ISBN 2-235-02055-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]