Pauline Mvélé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pauline Mvele Nambane est une actrice, scénariste et réalisatrice de documentaires burkinabè et gabonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en Côte d'Ivoire en 1969, Pauline Mvélé passe son enfance, son adolescence et ses études au Burkina Faso. Elle étudie à l'université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou où elle obtient une maîtrise en Sciences de l'information et de la communication option journalisme. Elle y rencontre son mari, avec lequel elle part s'installer au Gabon[1]. Elle travaille d'abord comme journaliste, écrivant notamment pour le magazine Amina[2].

Engagée dans la lutte contre le VIH/SIDA à travers son association Espoir pour les enfants[3], et après avoir écrit pour Amina un article sur les femmes séropositives, elle réalise en 2009 son premier film documentaire sur cinq femmes vivant avec le VIH au Gabon, Accroche-toi !, produit et financé par le CENACI (Centre national du cinéma du Gabon, actuellement IGIS : Institut Gabonais de l'Image et du Son). Avec ce documentaire, elle vise à lutter contre les discriminations et la stigmatisation des personnes séropositives, et également à encourager les personnes vivant avec le VIH à se soigner et à protéger leur entourage[2]. Pour la réalisation de ce documentaire, elle est encadrée par le réalisateur gabonais Imunga Ivanga[4].

En 2011, elle réalise le documentaire Non coupables !, qui se penche sur la pratique de spoliation des veuves par les familles de leur mari défunt au Gabon[4].

En 2014, elle réalise le documentaire Sans famille, d'après le surnom de la prison de Libreville[4]. À travers les témoignages d'anciens détenus, elle révèle les violations des droits fondamentaux dans les prisons gabonaises[5]. Ce documentaire a reçu le prix du meilleur documentaire en 2014 au FESTICAB (Festival International du Cinéma et de l’Audiovisuel du Burundi)[6].

Elle prépare actuellement un nouveau documentaire, Le Nganga blanc, qui s'intéresse à Hugues Obiang Poitevin, un Français qui pratique depuis quarante ans le tourisme d'initiation au Gabon autour du culte Bwiti. Ce projet a remporté le premier prix du "Marathon du pitch" du FESPACO en 2017[7].

Pauline Mvélé a participé à la création du Rédoac (Réseau des documentaristes d'Afrique centrale), dont elle est vice-présidente[8]. Cet organisme créé dans le cadre du festival itinérant Vision Documentaire vise à promouvoir la création documentaire et à créer une solidarité entre documentaristes[9].

Depuis 2015, elle a été coordinatrice artistique[10], puis Déléguée générale[11] du festival Escales Documentaires de Libreville[6].

Les documentaires de Pauline Mvélé ont été projetés et sélectionnés dans de nombreux festivals africains et européens[6].

Engagements[modifier | modifier le code]

Pauline Mvélé est une cinéaste engagée : elle travaille autour de thématiques sur lesquelles elle cherche à faire bouger la société. C'est la raison pour laquelle elle choisit de réaliser des documentaires, qui selon elle interpellent davantage les gens[4]. Ses documentaires portent sur des problèmes sociétaux africains, tels que la spoliation des veuves, le VIH/SIDA, le cancer, l'environnement, la protection des grands singes, la prison[12]. La thématique de l'exclusion est centrale dans son travail de réalisatrice. À travers ses documentaires, elle cherche à donner une voix aux personnes laissées pour compte, à provoquer le débat sur des situations ignorées et à faire évoluer des pratiques qui lui semblent anormales dans la société gabonaise[4].
Fondatrice et présidente de l'association de lutte contre le VIH/SIDA gabonaise Espoir pour les enfants, elle anime des actions de sensibilisation et de prévention en milieu scolaire. L'association ne distribue pas de préservatifs mais prône l'abstinence comme moyen de prévention[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Accroche-toi !
  • 2011 : Non coupables
  • 2014 : The Best (dans le cadre du projet Canal+ / CFI L'Afrique au féminin)
  • 2014 : Sans famille (Prix du meilleur documentaire au FESTICAB)
  • 2014 : Vivre avec le cancer et La Minute du cancer (commandes de la fondation Sylvia Bongo Ondimba)

Comédienne[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Le Choix de Chantal de Carlyn Saltman (rôle principal)
  • 2015 : Télésourd de Matamba Kombila (second rôle)

Distinctions et participations à des jurys[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Prix du meilleur documentaire au FESTICAB pour son documentaire Sans famille[6].
  • 2015 : membre du jury de la compétition internationale du festival Escales documentaires de La Rochelle[12].
  • 2016 : membre du jury de la 20e édition du festival Écrans noirs de Yaoundé[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Kaboré, « Pauline Mvélé : la journaliste burkinabè devenue N°1 en réalisation de documentaires », sur www.touteinfo.com (consulté le 12 octobre 2019)
  2. a et b « Gabon : Le cinéma-vérité sur le Sida de Pauline Mvele », sur Gaboneco (consulté le 12 octobre 2019)
  3. a et b « VIH-Sida : Espoir pour les enfants sensibilise », sur Gabonreview.com | Actualité du Gabon |, (consulté le 12 octobre 2019)
  4. a b c d et e « Pauline Mvele, Réalisatrice : « je veux dénoncer cette pratique d'exploitation des veuves » », sur afriquefemme.com (consulté le 12 octobre 2019)
  5. Georges-Maixent Ntoutoume, « FESTIVAL TAZAMA/« Sans famille », ou la violation des droits de l’homme - GABONEWS », sur www.gabonews.com (consulté le 12 octobre 2019)
  6. a b c d et e « Pauline Mvélé », sur www.africine.org (consulté le 12 octobre 2019)
  7. « Fespaco 2017/concours de pitch : Pauline Mvélé remporte le 1er prix documentaire », sur Gabonreview.com | Actualité du Gabon |, (consulté le 12 octobre 2019)
  8. « Pauline Mvélé : « La nécessité de la création d’un réseau n’est plus à démontrer » | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo », sur www.adiac-congo.com (consulté le 12 octobre 2019)
  9. « Festival Vision Documentaire », sur www.institut-francais-tchad.org (consulté le 12 octobre 2019)
  10. « Images Francophones - Gros plans - Libreville continue ses escales documentaires », sur www.imagesfrancophones.org (consulté le 12 octobre 2019)
  11. « La fréquentation des salles a battu tous les records », sur www.africine.org (consulté le 12 octobre 2019)
  12. a et b Escales Documentaires, « Jury 2015 | Escales Documentaires » (consulté le 12 octobre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]