Pauline Gower

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pauline Gower
Description de l'image Pauline Gower.jpg.
Naissance
Tonbridge, Kent, Angleterre
Décès (à 36 ans)
Royal Tunbridge Wells, Kent, Angleterre
Nationalité Britannique
Activité principale
Ascendants
Robert Gower
Conjoint
William Cusack Fahie

Pauline Mary de Peauly Gower Fahie () était une pilote et auteure britannique qui a créé la branche féminine de l'Air Transport Auxiliary pendant la Seconde Guerre mondiale.

Petite enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Fille du député Robert Gower et scolarisée à la Beechwood Sacred Heart School, elle a volé pour la première fois avec Alan Cobham et a été fascinée par l'expérience. Gower a rencontré Dorothy Spicer (en) à l'aéroclub de Londres de l'aérodrome de Stag Lane[1] et sont devenues amies par la suite. En , elles établissent un service de taxi aérien et de ballade aérienne dans le Kent[2]. Gower était autorisée à transporter des passagers contre rémunération et avait obtenu une licence de pilote B après avoir répondu aux exigences du test, notamment un vol de nuit en solo et plus de cent heures de vol de jour[3]. Spicer avait obtenu son diplôme d'ingénieur au sol et était titulaire d'une licence de pilote « A » (privé). Elles ont loué un avion et acheté plus tard un Gypsy Moth pour le commerce, mais ont eu du mal à gagner leur vie et ont donc décidé de rejoindre le cirque aérien Crimson Fleet puis le spectacle aérien des hôpitaux britanniques.

Carrière de pilotage[modifier | modifier le code]

En 1932, afin de soutenir les hôpitaux britanniques, elles parcoururent le pays avec un cirque aérien, organisant des reconstitutions aériennes dans 200 villes[4]. Elles ont rejoint la section aéronautique de la Women's Engineering Society en 1932[5]. Gower a également écrit pour Girl's Own Paper et Chatterbox et a publié un recueil de poèmes, Piffling Poems for Pilots, en 1934. Elle connaissait bien l'écrivain W.E Johns dont le personnage Worrals était inspiré de sa personne ainsi que d'Amy Johnson[réf. nécessaire].

Travail d'ingénieur[modifier | modifier le code]

Gower dans le cockpit d'un Tiger Moth de Havilland.
Cinq aviatrices de l'ATA, Lettice Curtis, Jenny Broad, Audrey Sale Barker, Gabrielle Patterson et Gower.

En 1935, elle fut nommée membre du conseil de la Women's Engineering Society[6]. Elle a présidé une réunion sur « L’histoire des dirigeables britanniques », où M. M. Langley s'est fait le défenseur de l'aéroglisseur et Hon. A.F. de Moleyns du dirigeable[7]. En 1936, Gower a été la première femme à obtenir la licence de navigateur de deuxième classe du ministère de l’Air[8]. Plus tard cette année-là, Gower et sa collègue Dorothy Spicer (des « aéronautes audacieuses ») ont présenté un document technique lors de l'assemblée générale annuelle de la Women's Engineering Society sur le traitement des métaux pour les ingénieurs aéronautiques[9]. En 1938, elle a été nommée commissaire à la défense civile à Londres auprès de la Garde aérienne civile. Cette année-là, son travail sur les femmes dans l'aviation — Women with Wings — a été publié[10].

Air Transport Auxiliary[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Gower utilisa ses connexions haut placées pour proposer la création d'une section pour femmes dans le nouvel Air Transport Auxiliary — l'ATA serait responsable du transport des avions militaires de l'usine ou de l'atelier de réparation jusqu'à l'unité de stockage ou unité opérationnelle jusqu'aux autorités. Basée à Hatfield, Gower forma une équipe de traversiers composée de huit femmes pilotes en [11].

Gower a été nommée à la tête de la branche féminine et a commencé la sélection et les essais de femmes pilotes. Les huit premiers membres ont été nommés par l'ATA le . Parmi les premiers membres, figuraient l'internationale de hockey sur glace Mona Friedlander, Margaret Fairweather (fille de Lord Runciman) et l'ancienne danseuse de ballet Rona Rees[12]. Plus tard, Amy Johnson et l’ancienne skieuse olympique Lois Butler y furent intégrées. Gower a reçu le MBE pour ses services en 1942 et a reçu un trophée Harmon à titre posthume en 1950[13].

La British Library conserve un enregistrement de Gower relatant ses expériences de vol au-dessus du Kent pendant un vol de nuit, ainsi que ses opinions sur les femmes pilotes[14].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Gower a épousé le commandant de l'escadre Bill Fahie en 1945. Elle est décédée en 1947, en donnant naissance à deux fils jumeaux qui ont survécu[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Michael Fahie, Spicer [married name Pearse], Dorothy Norman (1908–1946), aviator and aeronautical engineer, Oxford University Press, coll. « Oxford Dictionary of National Biography », (DOI 10.1093/ref:odnb/67672, lire en ligne).
  2. « "Thirteenth Annual Report". The Woman Engineer. The Institution of Engineering and Technology. 3 (12): 189. », .
  3. « Aviation As A Career », The Woman Engineer, vol. 111, no 10,‎ , p. 151 (lire en ligne).
  4. (en) Pauline Gower et Dorothy Spicer, « Aviation as a carrer », The Women's Engineer, vol. 3, no 10,‎ , p. 151 (lire en ligne).
  5. (en) Caroline Haslett, « New Members », The Women's Engineer, , p. 189.
  6. « The Women Engineer », theiet.org, vol. 4,‎ , p. 62-63 (lire en ligne, consulté le ).
  7. « The Women's Engineer », theiet.org, vol. 4,‎ , p. 94-95 (lire en ligne, consulté le ).
  8. « The Women's Engineer », theiet.org, vol. 4,‎ , p. 104-1055 (lire en ligne, consulté le )
  9. « The Women's Engineer », theiet.org, vol. 4,‎ , p. 204-205 (lire en ligne, consulté le ).
  10. (en) Lois K. Merry, Women Military Pilots of World War II : A History with Biographies of American, British, Russian and German Aviators, Jefferson, NC, McFarland & Company Inc., , 220 p. (ISBN 978-0-7864-4441-0, lire en ligne).
  11. Judy Lomax, Women of the Air, Londres, John Murray, , 141 p. (ISBN 0-7195-4293-6)
  12. « ATA First Eight », www.airtransportaux.com (consulté le ).
  13. (en) « Mrs. W. C. Fahie », The Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Gower, Pauline. (n.d.). Ferry pilots. ».
  15. Notice of Pauline Fahie's death, flightglobal.com, 13 March 1947.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Lettice Curtis, The Forgotten Pilots : A Story of the Air Transport Auxiliary, 1939-45, Olney, Nelson & Saunders, , 337 p. (ISBN 0-947750-02-9).
  • Owen Dudley Edwards, « The Battle of Britain and Children's Literature », dans Paul Addison et Jeremy A. Crang, The Burning Blue: a new history of the Battle of Britain, Londres, Pimlico, (ISBN 978-0-7126-6475-2).
  • (en) Owen Dudley Edwards, British children's fiction in the Second World War, Édimbourg, Edinburgh University Press, , 744 p. (ISBN 978-0-7486-1651-0).
  • Fahie, Michael, Une moisson de souvenirs: La vie de Pauline Gower, MBE. Peterborough: GMS Enterprises, 1995; (ISBN 1-870384-37-7)
  • (en) Giles Whittell, Spitfire women of World War II, Londres, HarperPress, , 292 p. (ISBN 978-0-00-723535-3).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :