Pauline Croizette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pauline Croizette
Mme Carolus-Duran, née Pauline Croizette.jpg

Carolus-Duran, La Dame au gant (1869), Paris, musée d'Orsay. Pauline Croizette pose ici pour son mari.

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Lieu de travail
Fratrie
Conjoint

Pauline Croizette, née Pauline Marie Charlotte Croizette le 12 janvier 1839 à Saint-Pétersbourg, morte en 1912 à Fréjus, est une pastelliste et miniaturiste française.

Elle est l'épouse du peintre Carolus-Duran et la sœur de la comédienne Sophie Croizette.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pauline Croizette épouse Carolus-Duran, rencontré lors d'une visite au musée du Louvre, le 30 janvier 1868. Le peintre la représente dans sa célèbre toile La Dame au gant (1869) (Paris, musée d'Orsay)[1] ainsi que dans son autoportrait Le Baiser (1868).

Le couple aura trois enfants, deux filles, dont l'une sera l'épouse de Georges Feydeau, et un garçon.

Sarah Bernhardt donne une description physique et morale des sœurs Croizette qu'elle a bien connues, dans son autobiographie Ma double vie : mémoires de Sarah Bernhardt (1907)[2]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Pauline Croizette est essentiellement connue pour des copies de grands maîtres. Elle exposa au Salon de 1846, de 1866 et à celui de 1875. On lui doit aussi des portraits.

  • Coupe en porcelaine de Sèvres,d'après Nattier
  • Le Galant Jardinier, d'après Schenau
  • Pierre Carolus Duran, 1882, pastel
  • Portrait de Marguerite Baugnies, 1882
  • Portrait d'enfant, 1884
  • Portrait d'André bébé, 1903
  • Portrait de Marie-Anne Duran
  • Portrait de Mme Eugène Bloch

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les beaux-arts : revue nouvelle, 1862, p. 342
  • Jules Claretie, Carolus Duran, Librairie des Bibliophiles, 1883
  • Jules Claretie, Peintres & sculpteurs contemporains, Librairie des bibliophiles, vol.2, 1884, p. 171
  • Annie Scottez-De Wambrechies, Carolus-Duran, 1837-1917, Musée des beaux-arts de Lille, 2003, pp. 88, 138, 203

Notes et références[modifier | modifier le code]