Paulin de La Garde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paulin de La Garde
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Antoine des Escalins des Aimars, dit « Paulin de la Garde » (v. 1498-1578), originaire de La Garde-Adhémar, est un officier de marine de la Couronne de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut corsaire français agissant pour le compte de François Ier, puis de Henri II. Il fut envoyé en ambassades par François Ier à Venise, Constantinople auprès de Soliman le Magnifique, promu général de l'armée navale en 1542, général des Galères en 1544.

Il devint baron de La Garde le , à la suite de la donation par Louis Adhémar, dernier baron de Grignan, des biens et titres d'Antoine Adhémar de La Garde qu'il les avait légués à son épouse, car sans postérité, elle-même les ayant cédés à son cousin par alliance. En 1574 il reçut d'Henri III la seigneurie de Brégançon érigée pour lui en marquisat.

Il décède le dans le château de La Garde, à plus de 80 ans, léguant aux Adhémar la baronnie (reçue de Louis de Grignan) qui finit par revenir, par voie de justice, à son fils hors mariage, Jean-Baptiste Escalin[1].

Faits d'armes[modifier | modifier le code]

En avril 1545, il participe avec ses routiers et à la demande de Jean Maynier, seigneur d'Oppède, premier président du parlement de Provence, qui avait promulgué l'édit de Mérindol, aux massacres des Vaudois du Luberon.

En juillet 1545, il est à Portsmouth lorsque sombre « la Mary Rose », vaisseau-amiral de Henri VIII d'Angleterre alors qu'elle se préparait à attaquer la flotte française.

En 1555, il coule deux galions espagnols de la flotte d'Andrea Doria.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'ironie de l'histoire est que le petit-fils du capitaine Paulin, Louis Escalin des Aimars, devenu baron de La Garde, épousera Jeanne, fille aînée de Louis-François de Castellane-Adhémar, comte de Grignan, descendant direct par alliance du baron Louis.


Sources[modifier | modifier le code]

  • Yann Bouvier, Antoine Escalin Des Aimars (1498 ?-1578) de la Garde-Adhémar au siège de Nice : Le parcours d’un ambassadeur de Francois 1er, Université de Nice, Master CMMC, 28 p. (lire en ligne)
  • Brantôme, Mémoires.
  • Louis Moréri, Le Grand Dictionnaire historique ou Le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane, t. 3, Paris, Brunel, , 216 p. (lire en ligne), p. 123.
  • Abbé Nadal, Essai historique sur les Adhémar et madame de Sévigné, Valence 1858