Paulhac (Haute-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paulhac
Paulhac (Haute-Loire)
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Intercommunalité Communauté de communes Brioude Sud Auvergne
Maire
Mandat
Laurent Philippon
2020-2026
Code postal 43100
Code commune 43147
Démographie
Gentilé Paulhacois[1]
Population
municipale
623 hab. (2021 en diminution de 4,01 % par rapport à 2015)
Densité 74 hab./km2
Population
agglomération
8 014 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 06″ nord, 3° 20′ 56″ est
Altitude Min. 436 m
Max. 646 m
Superficie 8,4 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Brioude
(banlieue)
Aire d'attraction Brioude
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Brioude
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Paulhac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Paulhac
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
Paulhac
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Paulhac

Paulhac (prononcé [po.jak] = Pauillac), est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Paulhac est un petit village de 684 habitants (recensement de 2007) situé à 476 mètres d'altitude en surplomb de la plaine du Brivadois. La commune est proche du parc naturel régional Livradois-Forez à environ 9 km.

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte
Carte de la commune avec localisation de la mairie.

La commune de Paulhac se trouve dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes[I 1].

Elle se situe à 40 km par la route[Note 1] du Puy-en-Velay[2], préfecture du département, et à 3 km de Brioude[3], sous-préfecture

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] : Beaumont (1,5 km), Saint-Laurent-Chabreuges (2,5 km), Brioude (2,9 km), Cohade (4,5 km), Bournoncle-Saint-Pierre (5,3 km), Vieille-Brioude (5,8 km), Lamothe (6,1 km), Saint-Géron (6,1 km).

Communes limitrophes de Paulhac
Beaumont
Saint-Beauzire Paulhac Brioude
Saint-Laurent-Chabreuges

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[5]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Nord-est du Massif central, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 800 à 1 200 mm, bien répartie dans l’année[6].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 632 mm, avec 7,6 jours de précipitations en janvier et 6,1 jours en juillet[5]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Fontannes », sur la commune de Fontannes à six km à vol d'oiseau[7], est de 11,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 611,9 mm[8],[9]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Paulhac est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[11],[I 2],[12]. Elle appartient à l'unité urbaine de Brioude, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[I 3] et 8 014 habitants en 2021, dont elle est une commune de la banlieue[I 4],[I 5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Brioude, dont elle est une commune du pôle principal[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 39 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 6],[I 7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (71,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,9 %), prairies (28,8 %), forêts (21 %), zones urbanisées (8,3 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 322, alors qu'il était de 319 en 2013 et de 292 en 2008[I 8].

Parmi ces logements, 84,1 % étaient des résidences principales, 10 % des résidences secondaires et 5,9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 96,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 2,8 % des appartements[I 9].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Paulhac en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (10 %) inférieure à celle du département (16,1 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 84 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (81,5 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 10].

Le logement à Paulhac en 2018.
Typologie Paulhac[I 8] Haute-Loire[I 11] France entière[I 12]
Résidences principales (en %) 84,1 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 10 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 5,9 12,4 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Des années 1830 à 1870, la vie de la commune est agitée par une opposition entre deux clans, l’un conservateur et l’autre progressiste. Le clan conservateur se structurait autour des châtelains, de la famille Miramon, il était soutenu par le prêtre alors que le parti progressiste se rassemblait autour d'un gros propriétaire et ancien maire, Pellet. Aux élections municipales de 1832, il fallut quatre tours pour parvenir à désigner régulièrement un conseil. Pierre Serre et Jean Clavier succédèrent à Pellet dans la conduite du parti anti-légitimiste et furent nommés à la mairie trois fois avant 1848, puis élus en 1848. Le nouveau prêtre, Martin, rejoignit leur parti et l’ensemble se mit à promouvoir les idées socialistes.

Le préfet, ne pouvant démettre légalement le maire et son adjoint, les suspendit néanmoins en 1851 tandis que le curé était muté. La population refusa de suivre la messe et appela un pasteur protestant pour changer de religion. La situation se dénoua en  : le maire fut démis et un missionnaire envoyé pour ramener la population dans le giron de l’Église catholique. Quant à la mairie, elle revint aux Miramon. Mais en 1870, un tiers des électeurs vota "Non" au plébiscite du 8 mai 1870, et un autre tiers s’abstint. Un peu plus tard, Miramon dut démissionner et fut remplacé par un quarante-huitard[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Paulhac est membre de la communauté de communes Brioude Sud Auvergne[I 13], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Brioude. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[15].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Brioude, au département de la Haute-Loire, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 13].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Brioude pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 13], et de la deuxième circonscription de la Haute-Loire pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[16].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1848 décembre 1851 Pierre Serre   suspendu en juillet 1851, démis[14]
1851 1870 Napoléon de Miramon[14]    
1870        
1953 1969 Marcelin Virat    
avant 1988 mars 2008 Lucien Ayel DVD  
mars 2008 2020 Annie Bard[17] DVG  
2020 En cours Laurent Philippon[18]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[20].

En 2021, la commune comptait 623 habitants[Note 5], en diminution de 4,01 % par rapport à 2015 (Haute-Loire : +0,11 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
455493540538545507493516525
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
501492484474491489464446438
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
442439429401399391383294299
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
337375350425561618654659658
2017 2021 - - - - - - -
636623-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 27,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 32,9 % la même année, alors qu'il est de 31,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 315 hommes pour 322 femmes, soit un taux de 50,55 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (50,87 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 14]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,3 
90 ou +
0,6 
6,7 
75-89 ans
8,2 
25,0 
60-74 ans
23,9 
21,6 
45-59 ans
27,2 
15,5 
30-44 ans
15,5 
13,9 
15-29 ans
9,9 
16,0 
0-14 ans
14,7 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2020 en pourcentage[I 15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,4 
8,2 
75-89 ans
11,6 
20,2 
60-74 ans
20,2 
21,4 
45-59 ans
20,4 
16,9 
30-44 ans
16,3 
15,2 
15-29 ans
13,3 
17,2 
0-14 ans
15,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 271 ménages fiscaux[Note 6], regroupant 645 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 21 720 [I 16] (20 800  dans le département[I 17]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 18] 6,5 % 3,4 % 7,7 %
Département[I 19] 6,3 % 7,7 % 7,7 %
France entière[I 20] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 392 personnes, parmi lesquelles on compte 76,5 % d'actifs (68,9 % ayant un emploi et 7,7 % de chômeurs) et 23,5 % d'inactifs[Note 7],[I 18]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui du département, mais inférieur à celui de la France.

La commune fait partie du pôle principal de l'aire d'attraction de Brioude[Carte 2],[I 21]. Elle compte 132 emplois en 2018, contre 149 en 2013 et 147 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 274, soit un indicateur de concentration d'emploi de 48 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 56,4 %[I 22].

Sur ces 274 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 47 travaillent dans la commune, soit 17 % des habitants[I 23]. Pour se rendre au travail, 89,8 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 1,1 % les transports en commun, 5,5 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 3,7 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 24].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Paulhac en 2016.
  • Château de Paulhac. Un château du Moyen Âge a poussé en haut de la colline qui domine Paulhac.

Inscrit aux monuments historiques depuis le [23]. Un des plus beaux d'Auvergne, on en parle dès le Xe siècle. Donjon circulaire du XIIe ou XIIIe siècle, construction au XVe d'un château avec deux ailes perpendiculaires. Aménagements et décors des XVIIe-XVIIIe siècles. À la fin du XIXe, l'édifice est rendu plus confortable par la famille de Cassagnes de Miramon tout en accentuant son caractère médiéval par un style néo gothique.

Le château est toujours habité mais en partie accessible aux visiteurs.

Le château fut ravagé par un incendie le . La toiture a été refaite en 2016, la restauration complète est en cours et il sera à nouveau ouvert au public[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  6. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  7. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Métadonnées de la commune de Paulhac » (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Unité urbaine 2020 de Brioude », sur insee.fr (consulté le ).
  4. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  8. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Paulhac » (consulté le ).
  9. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Paulhac - Section LOG T2 » (consulté le ).
  10. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Paulhac - Section LOG T7 » (consulté le ).
  11. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  12. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  13. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Paulhac » (consulté le ).
  14. « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Paulhac (43147) », (consulté le ).
  15. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de la Haute-Loire (43) », (consulté le ).
  16. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Paulhac » (consulté le ).
  17. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  18. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Paulhac » (consulté le ).
  19. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  20. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  21. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  22. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Paulhac » (consulté le ).
  23. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  24. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Haute-Loire », sur habitants.fr (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Paulhac et Le Puy-en-Velay », sur fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Paulhac et Brioude », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Paulhac », sur villorama.com (consulté le ).
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  7. « Orthodromie entre Paulhac et Fontannes », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Fontannes », sur la commune de Fontannes - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Station Météo-France « Fontannes », sur la commune de Fontannes - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  11. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. a b et c Peter M. Jones, « Quelques formes élémentaires de la vie religieuse dans la France rurale (fin XVIIIe et XIXe siècles) », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations. Volume 42, no 1, 1987, p. 104-106.
  15. « communauté de communes Brioude Sud Auvergne - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  16. « Découpage électoral de la Haute-Loire (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  17. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 28 août 2014).
  18. « Liste des maires » [PDF], Préfecture de la Haute-Loire, (consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  23. Monuments historiques Château de Paulhac
  24. « Le château de Paulhac renaît de ses cendres sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr) » (consulté le ).
  25. Notice no PA00092724, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]