Paulette Pétras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (mars 2017).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Paulette Pétras
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Date et lieu inconnusVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour

Paulette Pétras est une bibliothécaire et conservatrice à la Bibliothèque nationale de France morte le 5 novembre 2016 à Paris[1]. Veuve de Georges Perec, elle a largement contribué à la documentation et à la mémoire de son œuvre. Elle est désignée le plus souvent sous le nom de Paulette Perec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étudiante à la Sorbonne, Paulette Pétras fait la connaissance de Georges Perec en 1959. La même année, elle trouve un travail au Louvres, puis postule sur un poste vacant dans l’enseignement en Tunisie pour lequel elle est retenue.

Son compagnon doit obtenir un permis de séjour pour la suivre, et pour cette raison, ils marient en octobre 1960. Le couple part pour Sfax en Tunisie d'où il revient l'année suivante et s'établit au no 5 de la rue de Quatrefages à Paris[2].

Paulette Pétras obtient un diplôme de bibliothécaire et de conservatrice à la Bibliothèque nationale de France, une institution où elle travaille toute sa vie[3].

Le couple se séparent en 1969, mais sans jamais divorcer ; ils restent étroitement liés jusqu'à la mort de Perec.

Elle meurt des suites d'un accident vasculaire cérébral, à Paris le 5 novembre 2016

L'œuvre de Georges Perec[modifier | modifier le code]

Paulette Pétras figure elle-même comme un personnage dans l'œuvre de Georges Perec. Le premier roman publié de Perec, Les Choses (Julliard, 1965, Prix Renaudot) raconte le récit d'un jeune couple, Jérôme et Sylvie, qui est inspiré de leur vie personnelle. On doit à Pétras le titre de l'ouvrage Les Choses.

Paulette Pétras participe aussi aux rencontres destinées à créer des phrases sans la lettre « e », pour La Disparition[1].

Conservatrice à la Bibliothèque nationale de France, Paulette Pétras contribue professionnellement à la constitution de son œuvre. Elle écrit des textes, une chronique de sa vie, produit l’inventaire de ses archives et réalise des activités de médiation autour du projet littéraire de Georges Perec[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Denis Cosnard, « Mort de Paulette Perec, veuve de Georges Perec », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  2. David Bellos, Georges Perec, une vie dans les mots, Paris, Seuil, , 832 p. (EAN 9782020168687)
  3. (fr) OLIVIER JACQUOT, « Décès de Paulette Perec, conservateur à la BnF et veuve de Georges Perec », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France,‎ (lire en ligne)