Paule Castaing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paule Castaing
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Paule PenelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Propriétaire de
Auberge de Beaurivage (d) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Paule Castaing, parfois surnommée Paulette Castaing, née le à Nîmes (Gard)[1] et morte le [2] à Lyon (Rhône)[3], est une cheffe cuisinière française, doublement étoilée au guide Michelin de 1964 à 1988[4] pour le Beau Rivage à Condrieu (Rhône).

Elle est considérée comme la dernière des mères lyonnaises[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Paule Germaine Célina Penel naît à Nîmes de parents boulangers qui partent s'installer ensuite à Alboussière, en Ardèche[6]. Paule Penel obtient son certificat d'études en 1923, puis son Brevet supérieur en 1924. En juin 1924, Paule Penel entre en apprentissage de cuisine avec Mademoiselle Cheynet à l’Hôtel Beau Séjour d'Alboussière. L'hôtel est ensuite racheté par Eugénie Castaing, veuve de Pierre Castaing. Paule Penel poursuit son apprentissage dans l’établissement avec le chef Chazotte, avec qui elle apprend les bases de la cuisine classique, puis avec les chefs Chauvin et Rambion[3]. Plus tard, elle prend la responsabilité de la cuisine. Elle rencontre dans l'établissement Raymond Castaing, le fils d'Eugénie Castaing, élève à l'école hôtelière de Nice, qu'elle épouse à Porte-lès-Valence en 1933[6],[7].

Paule Castaing et Raymond Castaing sont amenés à faire des saisons d'hiver à Megève à partir de 1933. Pendant l'occupation, l'hôtel est réquisitionné par le régime de Vichy et le couple travaille pour un volailler à Villefranche-sur-Saône puis au restaurant Alaize, rue Royale à Lyon où Paule Castaing est en cuisine tandis que son mari est Maître d'hôtel[6],[1]. Dans cette même rue est installée la Mère Brazier, chez qui Paule Castaing avait refusé un emploi[1].

Le Beau Rivage[modifier | modifier le code]

En 1946, Eugénie Castaing revend l'hôtel Beau Séjour d’Alboussière et achète pour Raymond et Paule Castaing des parts d’un petit hôtel-restaurant des bords du Rhône, la Maison du pêcheur à Condrieu, qui est transformé en établissement plus haut de gamme rebaptisé le Beau Rivage[6],[7].

Le Beau Rivage devient une étape privilégiée sur l’axe Paris-Côte d’Azur et reçoit des personnalités telles que Sacha Guitry, René Clair, Charles Vanel ou le publicitaire Jean Mineur[1].

Paule Castaing donne naissance à une fille, nommée Danièle, en 1950[6].

En 1955 l'hôtel-restaurant entre dans la jeune chaîne des Relais de Campagne. Beau Rivage devient Relais Gourmand en 1966.

Paule Castaing reçoit une première étoile au Guide Michelin en 1956, puis une deuxième en 1964[5], qu'elle conserve jusqu'en 1988[4], date à laquelle elle prend sa retraite, à soixante-dix-sept ans[8]. Veuve depuis 1984, elle se retire à Lyon pour vivre auprès de sa fille Danièle[1].

De 1998 à 2000, Paule Castaing travaille de nouveau en cuisine à la Brasserie de l’Opéra, rue de l’Arbre-Sec à Lyon, établissement tenu par sa fille. En janvier 2011, elle entre en maison de retraite à Vaise[7]. Lors de son centième anniversaire, Paul Bocuse lui rend hommage[9].

On la trouve citée sous le surnom de « mère Castaing »[10], « mamie Castaing »[4] ou « mamie Paulette ».

Le chef Alain Alexanian (futur étoilé avec l'Alexandrin) a été formé chez Paule Castaing.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Jean-François Mesplède, « Paulette Castaing : une Mère centenaire de légende… », sur www.lhotellerie-restauration.fr (consulté le 14 juin 2020)
  2. DM, « Décès de Paulette Castaing », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le 14 juin 2020)
  3. a et b Jean-François Mesplède, Le Grand dictionnaire des cuisiniers, Page d'écriture, , p. 40
  4. a b et c « La cuisine des Gones » (consulté le 14 juin 2020).
  5. a et b Le Progrès, « La dernière des mères lyonnaises, Paule Castaing, s’en est allée » (consulté le 14 juin 2020).
  6. a b c d et e « BEAU SEJOUR à Alboussière - Travail d'investigation pour remonter dans le temps de l'histoire : 4 vies en plus de 100 ans », sur www.associationletriangle.fr (consulté le 14 juin 2020)
  7. a b et c « IL ETAIT UNE FOIS …. « BEAU RIVAGE » du temps passé à nos jours », sur www.associationletriangle.fr (consulté le 14 juin 2020)
  8. « Une grande dame au piano », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juin 2020)
  9. « zoom. Paul Bocuse rend hommage à Paulette Castaing mère lyonnaise centenaire », sur www.leprogres.fr (consulté le 14 juin 2020)
  10. « REPLAY. Documentaire : Un siècle de pionnières, à la table des mères lyonnaises », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le 15 juin 2020)