Paula White

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paula White
Image illustrative de l’article Paula White
Paula White en 2011
Généralités
Nom Paula White
Nom de naissance Paula Furr
Date de naissance
Lieu de naissance Tupelo
Nationalité Américaine
Pays de résidence États-Unis
Diplôme Aucun
Spiritualité
Religion Christianisme évangélique
Courant Théologie de la prospérité
Fonctions
Vie personnelle
Conjoint(e) Dean Knight puis
Randy White puis
Jonathan Cain
Enfant(s) 1

Paula White (ou White-Cain), née Paula Furr le à Tupelo (Mississippi), est une pasteure chrétienne évangélique charismatique et une télévangéliste américaine. Proche de Donald Trump à partir des années 2000, elle devient sa conseillère religieuse en 2011, puis le reste durant sa présidence. Des soupçons de détournements de fonds pèsent sur elle et sur la congrégation Without Walls qu'elle a fondée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Née le à Tupelo (Mississippi), Paula Furr perd son père, qui se suicide quand elle a cinq ans. Entre six et treize ans, elle est victime de nombreuses agressions sexuelles de la part de voisins et de proches, mais sa mère n'apprend ces sévices que des années plus tard. Elle qui se destinait à la gymnastique devient une adolescente boulimique[1].

Mariages[modifier | modifier le code]

Elle se marie avec Dean Knight, dont elle a son seul enfant. Le couple se sépare en 1989, au moment où Paula fait la connaissance du pasteur Randy White, qu'elle épouse et avec qui elle fonde la congrégation Without Walls[1]. Cette megachurch située en Floride revendique environ vingt mille fidèles [2].

Paula White lance un programme de prières et d’exhortations télévisées, Paula Today, qui connaît un succès important. Elle y gagne une importante fortune, qui correspond à la théologie de la prospérité qu'elle promeut : pour elle, la richesse est un signe divin de bonne santé spirituelle, et la pauvreté une punition venue d'en haut[3]. Elle menace sur Internet ceux qui ne font pas de dons à son œuvre : « Vos rêves mourront et vos enfants aussi »[1].

Rencontre avec Donald Trump[modifier | modifier le code]

En 2001, après avoir regardé une prestation de Paula White, Donald Trump l'appelle pour la féliciter[2].

Conseillère spirituelle de Donald Trump[modifier | modifier le code]

En 2016, le nouveau président américain la nomme présidente du conseil évangélique de son administration[3].

En janvier 2017, elle est choisie pour prononcer une « invocation » lors de l’inauguration de la présidence du successeur de Barack Obama[4].

Le , Paula White est nommée officiellement conseillère spirituelle de la Maison-Blanche[5]. Elle y préside l'association Faith and Opportunity, qui assure la communication du président américain avec les différentes communautés religieuses

Elle affirme que « quand [elle est] à la Maison-Blanche, Dieu est à la Maison-Blanche »[3].

Le , alors que l'élection présidentielle est finie mais que le décompte des bulletins est toujours en cours, elle est filmée en train de prêcher sur le thème de la « victoire » de Donald Trump ; cette vidéo est tournée en ridicule sur Internet tant les paroles et les gestes de Paula White sont outrés[6].

Controverses[modifier | modifier le code]

Accusations de détournements de fonds[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Chloé Friedmann, « Paula White, la pasteure multimillionnaire qui prêche à l'oreille de Donald Trump », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  2. a et b Philippe Gélie, « États-Unis : Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  3. a b et c Solène Gressier, « Donald Trump : qui est Paula White sa “conseillère spirituelle” ? », Gala,‎ (ISSN 1243-6070, lire en ligne).
  4. Timothée de Rauglaudre, « Les habits religieux de l’ultralibéralisme », Revue du Crieur, vol. N°17, no 3,‎ , p. 14 (ISSN 2428-4068 et 2649-7565, DOI 10.3917/crieu.017.0014, lire en ligne, consulté le 9 novembre 2020)
  5. Henrik Lindell, « États-Unis : Paula White, une prédicatrice évangélique à la Maison blanche », La Vie,‎ (ISSN 0151-2323, lire en ligne).
  6. Maxime Requocillé, « “J'entends la victoire !” : Paula White, la prédicatrice pro-Trump qui agite les réseaux sociaux », L'Express,‎ (ISSN 0014-5270, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]